Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12 mars 2009

Amours mythiques : Didon

 

Observe ces reproductions de tableaux et réponds au questionnaire

 

  1. Dans ce tableau d'Ingres, Virgile, à gauche, finit de lire le passage où il évoque la mort de Marcellus, en présence de Livie, d' Octavie, d'Auguste et de Mécène. En entendant ces mots, qui lui rappellent la mort de son fils, Octavie s'évanouit. Quelle est l'oeuvre littéraire que lit le poète ?
    1812 Ingres Virgile lisant l'Eneide- Huile sur Toile- 304x323 cm.jpg
  2. A quoi reconnaîs-tu Enée?
    énéeetanchise-spada.jpg
  3. Quelles activités fait-on dans la ville de Didon ?
    Didon_et_Eneecarthage.jpg

    William Turner 1815 Didon Construisant Carthage, ou la naissance de l'Empire Carthaginois.jpg

  4. A quoi reconnais-tu les Troyens ? Qui reconnais-tu dans les hauteurs ?
    didoneténée-verkolye.jpg
  5. Qui est l'enfant que Didon entoure de ses bras?
    eneedidon.jpg
  6. Que porte l'enfant sur la tête?
    énéeracontantà didonlesmalheursdetroie.jpg
  7. Qu'aperçois-tu dans les hauteurs?
  8. A quoi vois-tu qu'il y a un orage?
    paysageavecuniondedioneténée-dughet.jpg


  9. Observe les regards de Didon et d'Énée; qu'en penses-tu?Didon et Énée -rubens.jpeg
  10. Que ressent Énée? Qui lui parle?
    mercureordonneàénée-samacchini.jpg
    Sur wikicommons, on trouve reproduites les illustrations de l'Énéide conservée à la Bibliothèque Vaticane et qui date du Moyen-Âge. A voir absolument.

    Pour écouter Didon sur la Toile :

    analyse de l'opéra sur le site ResMusica

    Dido and Aeneas, opéra d'Henry Purcell : ouverture musicale  
    La mort de Didon (musique) : que demande Didon ?
    Analyse du spectacle proposé en 2005 à Montréal sur le site ResMusica



    Lis maintenant la lettre où Didon s'adresse  à Énée ; dans quel état d'esprit se trouve Didon ?
    Efforce toi de lire sans chercher à faire de traduction, mais plutôt en essayant de comprendre directement ; balaye du regard le texte et le vocabulaire, puis reviens au texte .
    Héroïdes : vers 39-44 ; 49-60 Texte transformé
    Une mer furieuse

    aut mare, quale uides agitari nunc quoque uentis : 
    qua tamen aduersis fluctibus ire paras ? 
    quo fugis ? obstat hiems. hiemis mihi gratia prosit ! 
    adspice ut euersas concitet Eurus aquas.
    quod tibi malueram, sine me debere procellis ; 
    iustior est animo uentus et unda tuo. 



    Une mer vengeresse 

    iam uenti ponent, strataque aequaliter unda 
    caeruleis Triton per mare curret equis. 
    tu quoque cum uentis utinam mutabilis esses 
    et, nisi duritia robora uincis, eris. 
    quid, si nescires, insana quid aequora possunt, 
    expertae totiens tam male credis aquae ? 
    ut, pelago suadente etiam, retinacula soluas, 
    multa tamen latus tristia pontus habet. 
    nec uiolasse fidem temptantibus aequora prodest ; 
    perfidiae poenas exigit ille locus
    praecipue cum laesus amor, quia mater Amorum 
    nuda Cytheriacis edita fertur aquis.
    Une mer furieuse

    Venti mare quale vides nunc agitant : 
    tamen aduersis fluctibus ire paras ? 
    quo fugis ? obstat hiems. hiemis mihi gratia proderit ! 
    adspice ut concitet Eurus euersas aquas. 
    malo procellis debere magis quam tibi ; 
    iusti unda et ventus sunt ; non animus tuus est..



    Une mer vengeresse

    iam uenti ponent, strataque aequaliter unda 
    Triton per mare curret caeruleis equis. 
    tu quoque muta cum uentis 
    et, nisi duritia robora uinces, mutabis. 
    scisne quid insana aequora possunt, 
    credis expertae totiens tam male aquae ? 
    Pelagus tibi suadeo, retinacula soluas, 
    multa tristia tamen latus pontus habet. 
    aequora non tibi proderit si violaveris fidem ; 
    perfidiae poenas exigit ille locus, 
    praecipue cum laesus est amor, quia 
    mater Amorum venit ex Cyteriacis aquis.

Vocabulaire du texte (le vocabulaire souligné est à savoir)

qualis, e : tel que - nunc, adv. : maintenant aduersus, a, um : contraire (prép. + acc. = contre) - eo, is, ire, iui, itum : aller -  paro, as, are : préparer, procurer (paratus, a, um : prêt, préparé à, bien préparé, bien fourni)  - quo, . Adv. =où ? (avec changement de lieu)  - fugio, is, ere, fugi : s’enfuir, fuir  - obsto, as, are, stiti, staturus : faire obstacle à, gêner  - hiems, hiemis, m: l’hiver  - aspicio, is, ere, spexi, spectum : regarder, examiner, considérer, voir -  ut, conj. : + ind. : comment   - concito, as, are : pousser vivement, exciter, soulever, enflammer Eurus, i, m. : l’Eurus (vent du sud-est)  - euerto, is, ere, uerti, uersum : 1 - mettre sens dessus dessous, bouleverser, retourner. - 2 - jeter à terre, renverser, abattre, détruire. - 3 - expulser, exproprier, dépouiller, chasser        - malo, mauis, malle, malui : préférer  - procella, ae, f. : la tempête  - debeo, es, ere, ui, itum : devoir, être en dette (envers quelqu’un = +datif)  - magis,..quam adv. : plus que

pono, is, ere, posui, situm : 1. poser 2. déposer 3. placer, disposer 4. installer 5. présenter, établir sterno, is, ere, stravi, stratum : étendre à terre, abattre, renverser,  - aequaliter, adv. : également Triton, onis, m. : Triton (fils de Neptune)  - curro, is, ere, cucurri, cursum : courir  - caeruleus, a, um : bleu, bleu sombre  -          muto, as, are :       1. déplacer 2. changer, modifier 3. échanger -   cum, inv. :1. Préposition + abl. = avec            2.    conjonction + ind. = quand, lorsque, comme, ainsi que             3. conjonction + subj. : alors que

nisi, conj. : si... ne... pas ; excepté  - duritia, ae, f. : la dureté, l’obstruction ; la vie dure, la sévérité  - robur, oris, n. : le rouvre, le chêne, la dureté, la solidité  - scio, is, ire, sciui, scitum : savoir  - quis, quae, quid : qui ? quoi ? après si, nisi, ne, num, quis est l’équivalent de aliquis (quelqu’un, quelque chose). -  insanus, a, um : fou, aliéné  - aequor, oris, n. : la plaine, la mer  - credo, is, ere, didi, ditum : I. 1. confier en prêt 2. tenir pour vrai 3. croire II. avoir confiance, se fier  - expertus : expérimenté, essayé -  totiens, inv. : tant de fois ; ... quotiens : autant de fois... que tam, adv. : si, autant  - male, adv. : mal, vilainement  - pelagus, i, n. : la mer suadeo, es, ere, suasi, suasum : conseiller, convaincre (+datif)  - retinaculum, i, n. : attache, corde, bride, cordage, lien.  - soluo, is, ere, ui, utum : détacher, payer, dénouer (- nauem = lever l’ancre) -  tristis, e : 1. triste, affligé 2. sombre, sévère, morose latus, a, um : large pontus, i, m. : la haute mer, la mer  - uiolo, as, are : traiter avec violence, profaner, outrager  - fides, ei, f. : 1. la foi, la confiance 2. le crédit 3. la loyauté 4. la promesse, la parole donnée 5. la protection  -  perfidia, ae, f. : la mauvaise foi, la perfidie  - poena, ae, f. : le châtiment (dare poenas : subir un châtiment)  - exigo, is, ere, egi, actum : - exiger, réclamer, redemander, faire rentrer (de l’argent), faire payer, lever (un impôt), percevoir (une taxe). - ille, illa, illud : ce, cette, celui-ci, celle-ci, il, elle  -   ille, illa, illud : adjectif : ce, cette(-là) ; pronom : celui-là, celle-là, cela.  - praecipue, adv. : surtout  - laedo, is, ere, si, sum : blesser, endommager, nuire à  - quia, conj. : parce que  - mater, tris, f. : mère  - Cyteriacis : de Cythère

 

 

 

 

Compare ta lecture avec ce que Virgile fit dire à Didon, dans l'Énéide, chant  IV, v.309 / 313, sur le site d'Itinera Electronica.

 Pour connaître l'histoire des deux amants, lis ce résumé du chant IV de l' Énéide, le roman d' Énée et Didon sur le site de l'université de Louvain.

Pour te guider dans le commentaire, voici quelques pistes : (les mots importants d' Ovide sont en gras)

Quel est l'état d'esprit de Didon quand elle parle ?  Comment évolue-t-il ? Quel lexique utilise-t-elle ? Que veut-elle faire grâce à ses paroles ? Quels arguments utilise-t-elle ?

Intéresse-toi au paysage. Quel rapport entretient-il avec l'humeur de Didon ? Quels adjectifs caractérisent la mer ? Pourquoi Didon souhaite-t-elle voir Énée aussi changeant que les vents ?

 

16:47 Écrit par Vega dans Latin | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | |  Imprimer |

Commentaires

Ariane est seule sur cette île hostile abandonnée par son mari Thésée, rapidement elle prend peur et pense à sa mort qu'elle imagine infâme. Sa peur est due à l'isolement mental provoqué par sa solitude, l'hostilité de l'île et l'abandon de Thésée qu'elle aime. En pensant à sa mort, elle fait une généralisation abusive car elle s'imagine dévorée par les animaux sauvages qui vivent dans l'île, elle croit que lors de ces funérailles sa mère n'éprouvera aucunes émotions, elle ne versera pas de larmes et donc qu'elle subira une mort infâme, indigne. A cause de cela elle sera condamné à ne pas pouvoir passer le Styx.

Écrit par : Alexandre MILLET | 19 mars 2009

La solitude d'Ariane:

Ariane est abandonnée par Thésée sur une île déserte, elle se retrouve donc dans un lieu dont elle ne connait rien, autours de l’île où elle se trouve, il n’ ya que la mer Egée qui l’entour de toutes parts. Elle se sent seule, il n’y a ni animaux, ni hommes ni rien, cet isolement est dut à l’éloignement de la terre paternelle et au fait que tout parait tellement sauvage à coté du palais où elle vit normalement .Elle se sent également très triste, car elle est seule sans personne pour la soutenir mais surtout parce qu’elle à été abandonnée par celui qu’elle aime, tous cela là panique, elle est effrayée et s’imagine être dévorée par des bêtes sauvages et féroce, et déjà que cela est terrible pour elle, notamment pour une princesse, elle s’imagine mourir seule, sans les larmes de sa mère, sans aucun honneur et sans personne, et qu’elle sera condamnée à errer dans le Styx pendant cent ans.

Écrit par : Laureline | 19 mars 2009

Ariane se sent seule. Pas seulement parce que elle EST seule, mais aussi parce que l'abandon de Thésée l'a rendue trés vulnérable : Elle fait une généralisation abusive, et pense que si Thésée n'a pas voulu d'elle, personne ne voudras d'elle.
Et puis, elle est aussi isolée mentalement : elle est seule sur une île inconnue, au beau milieu de la mer, et elle voit seulement de l'eau autour d'elle.
Elle a peur, peur d'être dévorée par des animaux imaginaires et iréels. Elle craint une mort sans honneur, sans amour et sans consolation.
De plus, elle est éloignée de la Terre Paternelle, et ne voit ni humains, ni animaux.
L'île est "fermée", entourée par l'eau.

Analyse du texte :
Negat, en fin de phrase "fabrique" une réelle "clotûre", en plus de la phrase déjà négative, negat enlève à Ariane tout espoir.
Les interrogations répétées expriment le doute d'Ariane qui est perdue, dans l'océan et dans sa tête.

Écrit par : Della Giacomo Sophie | 19 mars 2009

Arianne, qui est a l'origine une princesse, habituée a avoir tout a portée de main de ne manquer de rien se retrouve abandonnée par celui qu'elle aime sur une ile deserte.
Elle a donc plusieurs raisons de se sentir déstabilisée : elle manque de tout ici ce dont elle n'as pas l'habitude, elle est seule d'un solitude atroce car l'abandon de Thésée a été vécu comme une trahison.Quand elle analyse les lieux sa peur augmente , on nous informe que c'est une ile isolée , que la mer l'entoure qu'il n'y a ni hommes ni bétes.Arianne , donc seule se mets a imaginer le pire , elle ne connait rien de ce monde donc pour elle l'inconu lui fait peur elle s'imagine mourrir dans des conditions atroces , elle apréhende que des bétes sauvages viennent la dévorer , lui dévorer le ventre.Elle pense alors a qui saura qu'elle est morte tout de suite lui vient une pensée pour celle qui lui a donné la vie : sa mere , elle l'immagine ne sachant pas ce qui est réellement arrivé.Elle s'immagine mourrir sans les larmes de sa mere... mourrir sans honneur .

Écrit par : Della Giacomo Zoé | 19 mars 2009

Les commentaires sont fermés.