Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08 mars 2009

Latinistes de Troisième : Amours mythiques

Premier texte de notre série mythologique: La mort d'Ariane .


Voici  la lettre d' Ariane à Thésée, 10 ème texte des Heroides d 'Ovide. Ovide imagine des lettres d'amour fictives, venant pour la plupart d'amantes malheureuses: Didon, Pénélope, Ariane, Phèdre pour n'en citer que quelques-unes. Certains de leurs destinataires leur répondent (toujours fictivement, bien sûr).  L'intérêt de ces lettres imaginaires, outre leur aspect mythologique et culturel, réside dans la finesse psychologique d' Ovide.

Texte d’origine : vers 59-64 ; 83-88 ; 119-122
Texte transformé
Solitude d’Ariane 
Quid faciam ? quo sola ferar ? uacat insula cultu ; 
non hominum uideo, non ego facta boum. 
omne latus terrae cingit mare ; nauita nusquam. 
nulla per ambiguas puppis itura uias. 
finge dari comitesque mihi uentosque ratemque, 
quid sequar ? accessus terra paterna negat. 
Bestiaire d’Ariane 
iam iam uenturos aut hac aut suspicor illac, 
qui lanient auido uiscera dente lupos. 
forsitan et fuluos tellus alat ista leones ? 
quis scit an et saeuas tigridas insula habet. 
et freta dicuntur magnas expellere phocas ; 
quis uetat et gladios per latus ire meum ? 
La mort d’Ariane 
Ergo ego nec lacrimas matris moritura uidebo 
nec mea qui digitis lumina condat, erit. 
spiritus infelix peregrinas ibit in auras 
nec positos artus unguet amica manus. 
ossa superstabunt uolucres inhumata marinae ;
Solitude d’Ariane 
Quid faciam ? Quo sola eo ? Vacat insula cultu ; 
Non hominum video, non ego facta bovum. 
omne latus terrae pontus cingit ; nauita nusquam. 
nulla puppis per ambiguas uias it. 
Si habebo comitesque uentosque ratemque, 
quo ibo ? accessus terra paterna negat. 
Bestiaire d’Ariane 
iam iam aut hac aut illac caveo, 
forsitan viscera lanient auido dente veniunt lupi. 
forsitan et fuluos leones ista tellus alat ? 
quis scit an et saeuas tigridas insula habet. 
forsan et freta magnas phocas expellunt ; 
quis uetat et gladios per latus meum ire ? 
La mort d’Ariane 
Ergo ego nec lacrimas matris moritura uidebo 
nec erit qui digitis mea lumina condat. 
spiritus infelix peregrinas in auras ibit 
nec membra posita unguet amica manus. 
ossa inhumata superstabunt uolucres marinae ;
Texte transformé par M. Robin Delisle, professeur de latin à Malakoff.
 Vocabulaire nécessaire pour comprendre et traduire:

 

Vocabulaire du texte transformé
Vocabulaire du texte transformé
quis, quae, quid : qui ? quoi ? 
facio, is, ere, feci, factum : faire 
qui, quae, quod : qui ; interr. quel ? lequel ? 
solus, a, um : seul 
eo, is, ire, iui, itum : aller 
uaco, as, are : être vide, être inoccupé, oisif 
insula, ae, f. : l’île, l’immeuble à appartements 
cultus, us, m. : - 1 - la culture du sol, le travail du laboureur, le labour, le 
labourage ; le soin matériel. - 2 - la culture, l’éducation. - 3 - le culte 
(respect rendu aux dieux ou à des hommes), les témoignages de 
respect, le respect, les honneurs, les égards. - 4 - le genre de vie, le genre de 
civilisation ; les moeurs ; la vie de plaisir, le luxe. - 5 - l’appareil, la parure, la 
toilette, le costume, l’habit ; l’ornement (du style). 
non, neg. : ne...pas 
homo, minis, m. : homme, humain 
uideo, es, ere, uidi, uisum : voir (uideor, eris, eri, uisus sum : paraître, sembler) 
factum, i, n. : le fait, l’action, le travail, l’ouvrage 
bos, bouis, m. : bœuf 
omnis, e : tout 
latus, eris, n. : le côté 
pontus, i, m. : la haute mer, la mer 
cingo, is, ere, cinxi, cinctum : ceindre, entourer 
nauita, ae, m. : marin 
nusquam, inv. : nulle part 
nullus, a, um : aucun 
puppis, is, f. : poupe 
ambiguus, a, um : entre deux, variable, douteux, ambigu 
uia, ae, f. : route, chemin, voyage 
habeo, es, ere, bui, bitum : avoir (en sa possession), tenir 
comes, itis, m. : compagnon 
uentus, i, m. : vent 
ratis, is, f. : le radeau, le navire 
quo, Adv. =où ? (avec changement de lieu) 6. suivi d’un comparatif = d’autant 7. conj. : pour que par là 
accessus, us, m. : l’approche 
paternus, a, um : du père, des aïeux 
nego, as, are : nier 
iam, adv. : déjà, à l’instant 
aut, conj. : ou, ou bien 
hac : par ci 
illac, adv. : par là 
caueo, es, ere, caui, cautum : faire attention, veiller à ce que 
(cautus, a, um : sûr, en sécurité, défiant, circonspect) 
forsitan : peut-être 
uiscus, eris, n. : chair, entrailles 
lanio, as, are : mettre en pièces, déchirer 
auidus, a, um : désireux, avide
dens, dentis, f. : dent 
lupus, i, m. : loup 
fuluus, a, um : fauve, doré 
leo, onis, m. : lion 
iste, a, ud : ce 
tellus, uris, f. : terre, sol, terrain, pays 
alo, is, ere, ui, altum ou alitum : 1. nourrir, alimenter 2. développer 
3. se nourrir 
scio, is, ire, sciui, scitum : savoir 
an, inv. : est-ce que, ou est-ce que ; an... an..., si... ou si 
saeuus, a, um : cruel 
tigris, is (ou idis) m ou f : tigre, tigresse 
fretum, i, n. : le détroit, la mer, les flots 
phoca, ae, f. : le phoque 
expello, is, ere, puli, pulsum : chasser 
gladius, i, m. : glaive 
fero, fers, ferre, tuli, latum : porter, supporter, rapporter 
latus, eris, n. : le côté 
meus, mea, meum : mon 
ergo, conj. : donc 
nec, adv. : et...ne...pas 
lacrima, ae, f. : larme 
mater, tris, f. : mère 
moriturus, a, um : mourante 
digitus, i, m. : le doigt (de pied), l’orteil (ad digitum : jusqu’à l’abandon) 
lumen, inis, n. : 1. la lumière 2. le flambeau, la lampe 3. le jour 4. l’éclat, le rayon 5. les yeux 
condo, is, ere, didi, ditum : cacher, enfermer, enterrer (condere urbem : fonder une ville) 
spiritus, us, m. : 1. l’air 2. le souffle 3. la vie 4. l’inspiration 5. la suffisance, l’arrogance, l’orgueil 
infelix, icis : malheureux 
peregrinus, a, um, adj. et n. : étranger 
in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre 
aura, ae, f. : le souffle, la brise, le vent, l’air 
membrum, i, n. (généralement au plur) : membre, organe 
pono, is, ere, posui, situm : 1. poser 2. déposer 3. placer, disposer 4. installer 5. présenter, établir 
unguo, is, ere, unxi, unctum : oindre, parfumer 
amicus, a, um : ami (amicus, i, m. : l’ami) 
manus, us, f. : main, petite troupe 
os, ossis, n. : os 
inhumatus, a, um : sans sépulture 
superstos, as, are, steti, statum : se tenir au dessus 
uolucris, is, f. : oiseau 
marinus, a, um : marin

12:24 Écrit par Vega dans Latin | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook | | |  Imprimer |

Commentaires

solitude d'arriane:

Ariane abandoné sur cette île au mileu de la mer se sent seul est attaqué par toutes les bêtes de cette île, elle s'imagine déjà morte et dévorée, déchiquetéepar les animaux sauvages. Elle se sent seul pour plusieurs raison, la premièrela plus évidente c'est qu'elle est seul sur l'île vue qu'elle s'est fait abandonner par thésée elle est donc seul sur cette île seul au milieu de la mer. c'est une princesse elle n'a pas l'habitude d'être laisser seul sur une île au milieu de la mer immense ou l'on ne voit même pas les autres îles aux enlentours. Elle pense aussi que vu que son maris, la personne qu'elle aime l'a abandonnée elle se met a pensée que tout le monde peut l'abandonner. Elle se sent seul car elle pense que les animaux imaginaires la dévoreront prochainement et que l'île n'est pas habitée elle ne recevra pas de scépulture, et sans les larmes de sa mère. Ariane se sent d'autant plus abandonnée que elle est seul sur Lîle qui est elle même seul au milieu de la mer. Ovide a écrit ce texte en mettant un rapport métaphoriue entre Ariane et cette île.

Écrit par : Silvan Barral | 14 mars 2009

Commentaire de la solitude d'Ariane:

Ariane, seule, abandonnée par Thésée sur une île située au beau milieu de la mer Egée, a peur. Sa peur est dûe à son isolement mental ainsi que réel, lui-même provoqué par l'abondon de celui qu'elle aime. A cause de cela, elle commet une "généralisation abusive":"tout le monde m'abandonne". L'isolement mental est provoqué par le lieu de parole : elle est sur une île sans humains, sans animaux, loin de la terre paternelle, mais aussi car elle s'interroge sans arrêt. Arianne a aussi peur d'être dévorée par des animaux sauvages imaginaires. Si elle était attaquée, elle mourrait sans sépulture, sans les larmes de sa mère, donc sans honneur ni consolation : c'est une mort infâme : elle sera à jamais condamnée à errer en essayant de traverser le Styx.

Écrit par : Théo Jude | 14 mars 2009

La solitude d’Ariane.


Seule, Ariane est abandonnée par l’homme qu’elle aimait, Thésée, sur une île sans âme qui vive et qui est loin de la terre paternelle. Sa vulnérabilité est due à sa solitude réelle et mentale. Par ce choc, elle fait une généralisation abusive. Sa peur est de mourir sans honneur, sans amour, sans consolation, sa mort serait infâme. Elle craint ainsi d’être dévorée par des animaux imaginaires et irréels. Le lieu de parole est aussi un élément de son isolement mental.

Écrit par : Jeanne Loeffler | 15 mars 2009

La solitude d'Ariane
Abandonnée par Thésée, Ariane se sent seule sur cette île fermée par la mer la mer et éloignée de la terre paternelle d'où l'on ne voit pas de terre à l'autre bout. N'étant qu'une princesse elle ne pense pas à comment s'en aller mais à comment elle va mourir. Elle a peur ; elle se retrouve emprisonnée dans un isolement mental créé par une généralisation abusive du faite que son mari l'a abandonnée (ils m'abandonnent tous). Elle pense mourir dévorée par des bêtes sauvages tel qu'un loup, un phoque, etc. Elle pense aussi qu'elle va mourir sans honneur, sans amours, sans consolations et sans les larmes de sa mère ce qui serait une mort infâme.

Écrit par : guillaume lehmann | 15 mars 2009

Commentaire du texte "solitude d'Ariane" extrait des Héroides d'Ovide.

Après l'abandon de son mari Thésée, Ariane, jeune princesse crétoise, se retrouve seule sur une île vide de culture, d'humains et de bêtes, entourée de tous côtés par de l'eau. Cet isolement réel la rend vulnérable. La solitude, en partie due à l'éloignement de la terre paternelle et à l'abandon de celui qu'elle aime, provoque en elle une grande panique. En effet, elle s'imagine dévorée par des lions féroces, des phoques, des loups et d'autres animaux qui sont en fait imaginaires. Elle traduit sa peur d'une mort infâme : sans honneur, consolation ni amour à travers ces rêves. Elle s'interroge sans cesse et doute. Elle exprime par une généralisation abusive son sentiment d'abandon et de solitude ("tous m'abandonnent"). Tout ce qu'elle ressent est lié au lieu de parole : l'île. L'auteur utilise un rapport métaphorique entre Ariane et l'île : l'isolement et la solitude ("sola").

Écrit par : Laure Meilhac | 17 mars 2009

Abandonnée par Thésée, Arianne se retrouve seule sur une île déserte, au milieu de la mer Egée. Elle est vulnérable et ne sait pas quoi faire. Elle commence à s'isoler mentalement ce qui entraine une généralisation abusive ("tous m'abandonnent"), de plus la peur de cet inconu l'envahie. Elle commence à imaginer sa mort. Se fera-t-elle dévorée par les animaux de l'île? Bien qu'ils ne soient qu'imaginaires, ils terrifient Arianne. La princesse s'interroge de plus en plus sur cette mort sans honneur, sans consolation, sans sépulture, loin de sa famille qui ne la pleurera peut-être même pas. Ce lieu de parole, loin de la terre paternelle est d'autant plus effrayant pour une princesse qui n'a jamais été habituée à une telle solitude. Dans son texte Ovide utilise un rapport métaphorique entre Arianne et l'île ("sola")

Écrit par : Océane Pagnoux | 18 mars 2009

ETUDE THEMATIQUE DE LA MORT D'ARIANE, D'OVIDE :

I/ RAPPEL DES FAITS

Ariane, princesse crétoise qui avait aidé Thésée à sortir du labyrinthe de Dédale grâce à son fil, s'est lâchement faite abandonnée par celui-ci sur une île perdue au milieu de la mer.

II/ ANALYSE THEMATIQUE

Les thèmes principaux de ce texte sont la solitude d'Ariane, ainsi que le thème de la "mort" de celle-ci. A noter que c'est la solitude qui, je pense, a entraîner la mort de la jeune princesse.

A quoi est dû cette solitude ?

Elle est dû à l'isolement mental d'Ariane et, nous allons le voir tout à l'heure, le lieu où elle se trouve (l'île).

Cet isolement mental est le résultat d'une véritable solitude.( En effet, elle vient d'être abandonnée par son bien-aimé.) De plus, elle est très vulnérable : tout de même, c'est une princesse sur une île non-habitée !
Il est aussi le résultat d'interrogations répétées et du manque de connaissances d'Ariane en matière de survie (ce qui entraîne le doute).
Enfin, il est le résultat d'une peur énorme d'être dévorée par des animaux imaginaires (Ariane rêve de ces animaux) et la peur d'une mort sans honneurs, sans amour et sans consolations.

La jeune princesse a aussi tendance à trop généraliser, elle pense que tous l'abandonneront comme l'a fait Thésée. Ceci n'améliore pas la situation.


La solitude d'Ariane est aussi dû à l'île : il n'y a ni hommes ni animaux, elle est totalement fermée par l'eau et Ariane est éloignée de "sa terre paternelle" (motifs de clôture).

Pour conclure, Ariane et l'île sont liées par un rapport métaphorique dont le point commun est qu'elles sont toutes deux seules.

Écrit par : Maeva Travail Latin | 18 mars 2009

La solitude d'Ariane

La célèbre Ariane est très vulnérable, car sa solitude est bien réelle : Thésée l'a abandonné. Désormais, elle se trouve sur île déserte, seule avec ses tourments...
Un isolement mental voit le jour, une généralisation abusive qui la fait douter sur la réaction de ses proches : "tous m'abandonnent".
Le rapport métaphorique entre Ariane et l'île rend la solitude de la princesse encore plus oppressante. L'île est isolée par sa clôture aquatique. Elle se trouve loin de la terre paternelle définivement : "negat". Sur cette île il n'y a pas d'humains, ni d'animaux. Ariane, une princesse, abandonnée sur une île déserte, doit se débrouiller seule. Comme elle n'est pas habituée à l'action, elle va penser, rester sans rien faire et s'imaginer toutes sortes de choses.
De là grandit sa peur d'être dévorée par des animaux imaginaires irréels et comme elle et véritablement seule de mourir sans honneur, sans amour, sans consolation (elle pense aux larmes que sa mère ne va pas verser) mais surtout sans sépulture, ce qui, dans l'Antiquité romaine (et grecque), était considéré comme infâme.
Conclusion : son imagination morbide est due à sa solitude.

Écrit par : Clément Couleaud | 19 mars 2009

La mort d'Ariane est la conséquence de plusieurs de plusieurs faits. Tout d'abord il faut partir du principe que c'est sa solitude qui est la cause de son isolement mental : elle est sur une île fermée, clôturée par de l'eau ou il n'y a ni animaux, ni humains ; elle est seule abandonnée par Thésée d'où sa vulnérabilité. Elle a aussi très peur de mourir sans honneur et sans sa mère et peur d'être dévorée par des animaux sauvages ; elle se répète des interrogations, elle est en doute continuel. En bref, elle est déconnectée du monde. Tous ces faits sont causes de l'imagination de sa mort.

Écrit par : michaud pierre alias miche | 19 mars 2009

La solitude d'Arianne ou l'isolement mental

On peut dire que la soiltude d'Arianne est étroitement liée avec sa mort.
D'abord, cette solitude est due à un isolement mental qui vient du fait qu'elle est réellement seule sur cette île, abandonnée par Thésée, elle se sent vulnérable. Et vu qu'elle a été abandonnée par celui qu'elle aimait, elle crée une généralisation abusive basée sur une mentalité pessimiste :"comme Thésée m'a abandonné, alors tout le monde m'abandonnera".
Ensuite, cet isolement mental provoque chez elle des interrogations répétées et des doutes sur son avenir. De plus, elle se sent isolée car elle a peur de mourir dévorée par des animaux sauvages féroces mais imaginaires; c'est son imaginaton mortifère qui lui fait imaginer que des loups, des lions, des tigres et des phoques la dévereront. Enfin, elle a peur d'une mort sans honneur, sans amour, sans consolation; elle a peur d'une mort seule.
En définitif, on peut dire que cet isolement mental est lié au lieu où elle se trouve : une île perdue deans la mer Egée, créant ainsi un rapport métaphorique où Arianne est telle une île perdue dans une mer de doutes où les animaux de la mort viendront la dévorer.

Écrit par : François Duno | 19 mars 2009

Ariane en se retrouvant sur cette île, ayant été abandonnée par Thésée, l'amour de sa vie, ressent une très forte solitude; donc elle se renferme sur elle même et commence à déprimer.
Cet isolement mental la renforce dans sa solitude réelle, elle est vulnérable puisque c'est une princesse et que son amour l'a quittée. De par ce fait elle généralise et se met a penser que tous l'abandonneront puisque Thésée l'a abandonnée. Elle se met aussi à douter de tout et à se poser maintes et maintes questions. Suite à cette solitude mentale et physique elle a peur, peur que de féroces bêtes sauvages viennnent la manger, et qu'ensuite que des charognards s'occupent de ses restes. Ce qu'elle redoute dans ceci c'est qu'elle meure sans considération : sans l'amour de sa mère qui ne sera pas là; sans honneur car elle n'aura pas de sépulture digne d'une princesse (même pas de sépulture du tout) et sans consolation puiisque personne ne la pleurera.
Son isolement mental est dû au fait que l'île lui semble déserte, qu'elle est entourée partout par la mer et qu'elle est loin de sa ville maternelle. Elle pense que cela est définitif.

Écrit par : Thibaud Hubert | 19 mars 2009

Arianne est une princesse de Crete qui se retrouve sur une île ,a priori deserte ,perdue dans la mer égée suite a l'abandon de Thésée , qu'elle aime . De par sa solitude réelle (elle est séparée de sa terre natale qu'elle ne peut même pas aperçevoir et coincer dans un "univers" qui ne ressemble en rien au sien) , elle est vulnérable et une peur irationnelle l'envahit : elle se croit prête a être dévoré par des animaux imaginaire vue l'endroit (lions , tigre ,phoque ,...) et généralise l'abandon de Thésée à tous sans raison . Elle craint aussi de mourire sans honneur , sans amour et sans la consolation de sa mère . De plus,elle parle toute seul et s'interroge sur son sort . On peut dire qu'il y a un rappoert métaphorique netre l'isolement d'Arianne et celui de l'île , tout deux coupés du reste du monde .

Écrit par : RAUL | 19 mars 2009

Ariane a été abandonnée par Thésé sur une île qu'elle ne connait pas, où il n'y a pas de traces d'humains ni d'animaux domestiqes et où l'eau est de tous les côtés sans qu'on ne puisse apercevoir une terre. Elle est peur de cette île car elle ne la connait pas: elle a peur d'être dévorée par des animaux qu'elle imagine, elle a aussi peur de mourir seule, loin de sa terre sans dignité,sans amour maternel, sans conslation. Elle pense qu'ellene revera jamais personne et pense que si Thésé l'a abandonnée c'est que tout le monde l'abandonnera. Elle se pose des question, elle doute... Sa solitde physique est effacée par sa solitude mentale qui est accentué par le fait que l'endroit où elle se trouve (l'île) est lui même isolé.

Écrit par : Sarah Charron | 19 mars 2009

La solitude d’Ariane :

Ariane a été abandonnée sur une île par Thésée où il n’y a pas d’animaux, ni d’humains.
La solitude due à un isolement mental la rend vulnérable. De plus, elle fait une généralisation abusive, elle pense que si Thésée l’a abandonnée, tous l’abandonneront.
Elle est coincée sur cette île entourée par de l’eau, éloignée de sa terre paternelle qu’elle ne peut même pas apercevoir. L’isolement crée des interrogations répétées ainsi que des doutes.
Elle a peur d’être dévorée par des animaux qu’elle imagine, elle a peur d’une mort sans honneur, sans amour et sans consolation : d’une mort infâme.
On peut dire qu’Ariane et l’île sont reliées par un rapport métaphorique : elles sont toutes les deux seules.

Écrit par : Quentin Betoulle | 19 mars 2009

RESUME

Ariane est la fille du roi de Crète Minos (elle est donc une princesse). Séduite par Thésée, elle décide donc de l’aider lors de son combat contre le Minotaure en lui donnant une pelote de fil pour qu’il ne se perde pas dans le labyrinthe. En échange de son aide, Thésée promet à Ariane de s’enfuir avec elle et de l’épouser. Ils s’enfuient donc ensemble. Mais Thésée l’abandonne ‘au passage’ sur une île (l’île de Naxos) et la princesse se retrouve désormais seule.

LA SOLITUDE

La solitude qu’éprouve Ariane est due à son isolement mental.
Cet isolement mental vient d’abord du fait qu’elle est vraiment seule. L’île étant inhabitée («non hominum video, non ego facta bovum», « vacat insula cultu ») et, Thésée l’ayant abandonnée, elle est vulnérable et croît que tout le monde va aussi l’abandonner. De plus, elle éloignée pour toujours de sa terre paternelle («accessus terra paterna negat », clôture).

Son isolement mental vient aussi d’un autre fait.
Etant une princesse elle ne peut ni chasser, ni se protéger face à des bêtes. Elle ne peut que dormir, réfléchir et s’interroger. En effet, elle s’interroge et commence à avoir peur et à douter sur plusieurs choses.

Premièrement, elle a peur de la façon dont elle va mourir. Elle s’imagine déjà dévorée, avec ses entrailles et son ventre déchiquetés («forsitan viscera lanient avido dente veniunt lupi», et, donc plus d’enfants), par des bêtes féroces. Ces bêtes sont en fait des animaux imaginaires puisqu’elle croît qu’il y a sur l’île des loups («lupi »), des lions (« leones »), des tigres (« tigridas ») et des phoques (« phocas »). Or, ces animaux ne peuvent pas tous être dans le même lieu ( conditions climatiques et autres) .

Deuxièmement, elle a peur que sa mort soit :
-sans honneurs («nec erit qui digitis mea lumina condat» ; «ossa inhumata»)
-sans amour et sans consolation («nec lacrimas matris»; «nec amicus manus»).

Pour finir, je dirais qu’il y a un rapport métaphorique dans cette histoire qui est tel qu’Ariane a un point commun avec l’île qui est la solitude («sola»).

Écrit par : SAUVIAT Céline | 19 mars 2009

La solitude d'Ariane est ressentie dans son isolement mental réel et iréel.
En effet la pricesse se retrouve abandonnée par thésée sur une île déserte en plein milieu de la mer égée alors qu'elle devait se marier avec lui. Vulnérable, elle fait alors une généralisation abusive de sa vie et se met à rêver. Elle se voit mourir sans amour, ni honneur, ni consolation, dévorée par des animaux sauvages. Une mort sans sépulture, qui l'oblige à érer infiniment (c'est à dire 100ans pour un romain).
Ariane est donc perdue, elle se répête des interrogations mais persone n'est là pour lui répondre. D'où l'importance du lieu où elle est retenue prisonnière, une île fermée par de l'eau, ainsi que du terme "negat" qui marque la fin du récit mais aussi d'Ariane.

Écrit par : SABOURDY Chloé | 19 mars 2009

La solitude d'Arianne et d'abord physique abandonnée par Thésée sur l'île de Naxos. En effet elle est seule Entourée d'eau sans autres îles ou bateau aux alentours. Cet isolement physique donne naissance à un isolement moral qui se trabuit par des pensées de plus en plus morbide elle s'imagine tuée par es animaux qui ne peuvent pas être tous au même endroit (phoque,lion). Cet peur de la mort retrouvera une peur de mourir seule sans "les larmes de sa mère" et une peur de la damnation éternelle (100 ans) car personne ne lui feme les yeux
Enconclusion Arianne est une métaphore de lîle car elle est ell-même enfermée non pas d'eau mais de ses propres pensées

Écrit par : Thomas Javerliat | 21 mars 2009

Je suis vraiment désoléé de vous déranger mais je voudrais savoir ,pour Ariane, quelle partie ou plutôt de quels vers à quels vers il faudrait ue je prenne le texte de Catulle?

Voilà c'était ma question. si vous n'arrivez pas à me donner la réponse sur mon adresse mail si dessus vous pouvez peut-être essayez sur l'adresse mail de ma maman: bernadette_sauviat@yahoo.fr

Merci d'avance et bonne soirée!

Écrit par : Sauviat Céline | 28 mars 2009

La raison la plus essentielle par dépit de ce chauffe le zéphyr du bain de soleil sensible, la saleté , la cause peut également servir de fronts atmosphériques et plus encore.

Écrit par : Owequepoomemo | 24 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.