Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17 janvier 2013

L'enlèvement des Sabines

Romulus vient de fonder Rome. Soucieux d'assurer sa descendance et de peupler sa ville, il se heurte à un gros problème : il a des Romains, aucune Romaine.  La solution : un enlèvement collectif. Il décide donc d'organiser de grands jeux ; les Romains invitent leurs voisins les Sabins, enlèvent les jeunes femmes et mettent en fuite les hommes. Trois ans plus tard, les Sabins prennent leur revanche et attaquent Rome pour reprendre leurs femmes. Mais Hersilia, fille du roi Tatius et femme de Romulus, s'interpose. Les Sabines, devenues Romaines, ne veulent pas que s'entretuent leurs pères et leurs maris. La paix est donc scellée entre les deux peuples.

sala8_cortona_sabine.jpg
Pietro da Cortona, L'Enlèvement des Sabines, huile  sur toile, 280,5 x 426 cm, Pinacoteca capitolina, Rome.
crédit photo : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Cortona_Rape_of_the_Sabine_Women_01.jpg
 
Cet Enlèvement des Sabines est peint par Pietro Berettini "da Cortona", né à Cortona en 1597 et mort à Rome en 1669. Cortona représente le moment de l'enlèvement des jeunes filles sabines par Romulus et ses compagnons. On reconnaît le Romain à ses attributs guerriers traditionnels : le casque, le vêtement militaire, le glaive, les caligae, les enseignes avec l'aigle.
Le tableau est construit sur un rythme 1/3, 2/3. A droite, la scène d'enlèvement s'inscrit dans un triangle classiquement et statiquement posé sur sa base. Le tableau est visible à la Pinacoteca Capitolina de Rome.
 
 
 
Voici une autre version du même instant peinte par Nicolas Poussin vers 1637- 1638 et conservée au musée du Louvre à Paris :
poussin_sabines.jpg
Nicolas Poussin, L'Enlèvement des Sabines, 1637-38, Musée du Louvre, Paris.
crédit photo : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nicolas_Poussin_-_L%27enlèvement_des_Sabines,_1637-38.jpg
Romulus se tient à gauche du tableau, debout, drapé dans sa cape- toge rouge et domine les événements. Poussin l'a peint dans une pose qui dérive directement de l'art de la statuaire impériale antique, sans se soucier de la correspondance strictement chronologique mais en cherchant à rendre l'esprit romain antique. Toutefois, il n'est pas statique comme dans les statues antiques. Remarquez la position de ses pieds : il est en équilibre sur le pied gauche.

Au centre, c'est la panique. Comment Poussin la retranscrit- il ?
Hommes et femmes fuient dans tous les sens, masculin et féminin sont entremêlés, les corps fusionnent . Les matières souples volent au vent La position de chaque corps est dans un équilibre franchement instable, les membres sont fléchis : il a dû être difficile aux modèles de garder la pose longtemps. Essayez pour voir ! Même le cheval blanc est représenté en appui sur ses deux jambes arrière, cabré. Chaque personnage est donc représenté en mouvement, comme si le peintre avait capté au vol un instantané de la scène.
Sur les visages sont peintes toutes les nuances de l'effroi, de l'étonnement, de la douleur attendues dans une scène de panique : les expressions du visage sont mobiles et très diverses.
Poussin a peint en outre trois couples de Romains en train d'enlever une Sabine, les trois pouvant s'inscrire dans un triangle.
Devant, à droite, un Romain intercepte une jeune femme dans sa course. A gauche, un autre la soulève dans ses bras. Au centre, à l'arrière-plan, un troisième soulève sa captive beaucoup plus haut : ce sont 3 étapes successives du même mouvement, comme s'il était décomposé. Autrement dit, l'ancêtre du dessin animé ! Le tout est placé devant un fond architectural en perspective avec un point de fuite situé entre les deux bâtiments, de façon à créer l'illusion de la profondeur de champ (la fameuse 3ème dimension).
Les personnages sont enclos dans deux diagonales qui partent des extrémités basses du tableau pour se rejoindre dans le paysage, accentuant l'effet dynamique du tableau.
 
 
Voici enfin une version de David qui date du XIXe  également conservée au musée du Louvre à Paris.
 
 
 
 
 
davidsabines.jpg
Jacques-Louis David, L'intervention des Sabines, 1799, Musée du Louvre, Paris
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:The_Intervention_of_the_Sabine_Women.jpg

Dans ce tableau, les Sabins ont décidé de venir reprendre les Sabines précédemment enlevées. David a choisi l'instant où Hersilia s'interpose entre les combattants  pour demander la paix. Son père, Tatius, roi des Sabins est à gauche ; son mari, Romulus, roi de Rome, à droite, est aisément reconnaissable au symbole de la Louve et des deux jumeaux qu'il porte sur son bouclier .

Vêtue de blanc, les bras écartés, Hersilia, inscrite dans un triangle posé sur la pointe, concentre l'attention des acteurs du tableau comme celle des spectateurs. A ses pieds, une femme montre ses enfants, une autre se jette aux pieds du combattant, une troisième implore du regard le roi de Rome.

Le tableau évoque les conséquences heureuses de cette action : un guerrier remet son glaive dans son fourreau ; des mains se lèvent, des casques sont brandis en signe de paix : la guerre est finie. Contrairement aux précédents tableaux de David (voir par exemple le Serment des Horaces), les femmes tiennent ici le rôle principal dans l'histoire et dans les proportions du tableau.

Pas d'effet de perspective ici. Les monuments sont peints " à plat ", en ligne, comme dans une fresque. La représentation nue des guerriers accentue l'effet de peinture à l'antique voulue par David.

 

Commentaires

Cette page est vraiment sympathique! Les informations sont bien détaillées et expliquées, les descriptions des tableaux sont géniales. Cela m'a beaucoup aider dans mes recherches! Je conseillerai cette page à mes collégues.

Écrit par : maurane | 17 janvier 2013

Bonjour Maurane et bienvenue sur mon blog ! Merci pour votre commentaire et vos encouragements.

Écrit par : Vega | 17 janvier 2013

C'est bien.

Écrit par : henri | 17 janvier 2013

Merci Henri. Bienvenue sur mon blog !

Écrit par : Vega | 17 janvier 2013

Etant passioné des histoires des civilisations greques et romaines, ces informations basiques ci-dessus m'ont énormémment plus, les descriptions artistiques des oeuvres sont réellement riche, et personnelement le tableau de David mer donne un effet cabalistique qui fait ressortir les êtres humaines: les femmes!
De nos jours les femmes ne sont plus considérésà leurs juste valeurs ça m'échoeur de voir que de jour en jour cela se dégrade, dire qu'en l'an -703, les femmes pouvaient arrêter une bataille; maintenant sous la réoublique il n'est plus possible que cela se fasse; je suis perplexe.

Écrit par : Rilleu Paul Franck | 17 janvier 2013

Votre commentaire m'a particulièrement plus! Malgrés quelques fautes de frappe, il est aisément compréhensible!

Écrit par : Alida mais apelle-moi Ali! | 17 janvier 2013

Merci Paul Franck, soyez le bienvenu.

Écrit par : Vega | 17 janvier 2013

Merci Ali ; vous avez entièrement raisonne ce qui concerne les fautes de frappe, je les corrige tout de suite !

Écrit par : Vega | 17 janvier 2013

Les commentaires sont fermés.