Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08 octobre 2009

8 Octobre

"Celui qui apprend quelque chose de moi enrichit son savoir sans réduire le mien."

Thomas Jefferson

10:08 Écrit par Vega dans La citation du jour | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | |  Imprimer |

Commentaires

Excuser moi Madame mais j'ai posté un commentaire sur cette citation et je vois qu'il n'est toujours pas apparut alors que de nouveau articles et commentaires eux sont apparus.
Je voudrais donc savoir si vous n'avez simplement pas eu le temps de vous en occuper ou si vous ne l'avez pas reçu.

Merci d'avance.

Écrit par : Claire T | 10 octobre 2009

A Claire : rien n'est arrivé depuis ton commentaire du 3 octobre ; les commentaires paraissent automatiquement, sans moi. Je les modère a posteriori si besoin est. Je crois qu'il va falloir que tu recommences… Avais-tu cliqué sur envoyer et indiqué la capsule antispam ?

Écrit par : vega | 10 octobre 2009

Thomas Jefferson dit que quand il enseigne quelque chose à quelqu'un, le savoir de cette personne s'enrichit sans que le sien ne se réduit.
Je suis d'accord avec lui. Quand quelqu'un apprend quelque chose de moi il enrichit son savoir sans m'enlever (ou réduire) le mien.
Quand un professeur de mathématiques apprend à un élève une table de multiplication il ne l'oubliera pas.
Donc Thomas Jefferson a raison en disant cela même si cela peut arriver que certaines personnes à force de répéter finissent par oublier.

Écrit par : BEN AHMED DAHO Alaa | 11 octobre 2009

Alaa, je pense que ton exemple n'est pas clair et que ta démonstration est fausse. Je m'explique : dans ton exemple , on ne sait pas si "il " désigne le professeur ou l'élève. Ensuite, ton hypothèse de départ "apprendre à autrui enrichit le savoir d'autrui mais ne réduit pas mon savoir" devient "apprendre permet de ne pas oublier" : tu as donc changé d'idée en cours de route et tu n'as pas prouvé ton hypothèse de départ, c'est-à-dire la citation de Jefferson. Pour terminer, je trouve ta conclusion très paradoxale : comment expliques-tu que plus on répète (= à force de ) plus on oublie ?
Il me semble que la phrase cache cette idée : le savoir est un "objet" différent de toutes les autres choses, puisque lorsqu'on le donne à quelqu'un d'autre, on continue de le posséder. Je crois que c'est cela l'idée à discuter.

Écrit par : vega | 11 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.