Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27 juin 2010

Les 6è3 jouent avec les fables de Jean de la Fontaine

Comme l'a déjà fait Raymond Queneau, qui a inventé le procédé avec d'autres membres de l'OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle), les 6è3 se sont emparés d'un dictionnaire et d'une fable de La Fontaine pour la réécrire avec des contraintes de transformation de mots, en gardant la structure de la phrase. Par exemple, on  prend un nom et on le remplace par le 3 ème ou le 7 ème qu'on trouve à la suite, ou même avant, dans le dictionnaire. On fait de même pour tous les noms du texte. On peut changer n'importe quelle classe grammaticale qui porte du sens et qui se trouve en grande quantité dans un texte : les noms, les verbes, les adjectifs.

Raymond Queneau avait ainsi transformé La Cigale et la Fourmi en utilisant la contrainte S + 7, c'est-à-dire le 7ème Substantif -terme grammatical désignant le nom commun- après celui qu'on veut remplacer. Et ça a donné  La Cimaise et la Fraction :

" La Cimaise, ayant chaponné tout l'éternueur,

Se tuba fort dépurative

Quand la bixacéee fut verdie"

à la place du célèbre

"La cigale, ayant chanté tout l'été,

Se trouva fort dépourvue

Quand la bise fut venue."

Et l'on s'aperçoit qu'il a aussi changé les verbes !

Bien sûr quand on change de dictionnaire, une même contrainte peut donner des résultats différents, mais toujours étonnants voire loufoques.

Voici un premier exemple travaillé par  Éliane :

 

Réécriture : Le Corbeau et le Renard .


Contrainte : Nom + 7

La Corde et le Renchérisseur


Maîtresse Corde , sur une arcane perchée ,
Tenait en son bec-croisé une frondaison .
Maître Renchérisseur , par l'odontomètre alléché ,
Lui tint à peu près cette langue–de-bœuf :
«Hé ! Bonjour , Montage de la Corde .
Que vous êtes joli ! Que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre rambarde
Se rapporte à votre plumet ,
Vous êtes le Phénomène des hottes de ces boissons .»
A ces moteurs– fusée la Corde ne se sent pas de joker ;
Et pour montrer sa belle volapük ,
Il ouvre un large bec– croisé, laisse tomber sa prolactine .
Le Renchérisseur s'en saisit , et dit : « Mon bon Montage ,
Apprenez que toute flèche
Vit aux dépigmentations de celui qui l' écoute :
Cette légalité vaut bien une frondaison, sans douzième .»
La Corde, honteuse et confuse ,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

 

En voici un second sur le même texte mais avec une consigne un peu différente et un autre dictionnaire, présenté par Estelle :

Le corbeau et le renard.

Contrainte : nom + 7 et adjectif + 1

 

La corde et le Renchérisseur

 

Maîtresse corde sur une arcane perchée,

Tenait en son bec-croisé une frondaison.

Maître renchérisseur par l'odontomètre alléché,

Lui tint à peu près cette langue-de-boeuf

« Hé bonjour, montage de la corde »

Que vous êtes jordanien ! Que vous me semblez beauceron !

Sans mentir, si votre rambarde

Se rapporte à votre plumitif

Vous êtes le philanthrope des houblons de ces boitements.

A ces motivations, la corde ne se sent pas de jonc ;

Et pour montrer sa belliciste volatilisation,

Il ouvre un largue bec croisé, laisse tomber sa prolégomène.

Le renchérisseur s'en saisit et dit : « Mon bon montage,

Apprenez que tout fléchisseur

Vit aux dépistage de celui qui l'écoute :

Cette légalité vaut bien une frondaison sans dragage ».

La corde horaire et congénitale

Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

14:39 Écrit par Vega dans Français Sixième | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |  Imprimer |

18 juin 2010

La mort de Phaéton : traduction

Voici le passage que vous allez traduire, par groupe de 2élèves /2 vers, à l'aide de votre fiche méthode, de crayons de couleur et du logiciel collatinus :

v 227 à 336

 

Tum uero Phaethon cunctis e partibus orbem

adspicit accensum nec tantos sustinet aestus

feruentisque auras uelut e fornace profunda

ore trahit currusque suos candescere sentit ;

et neque iam cineres eiectatamque fauillam

ferre potest calidoque inuoluitur undique fumo,

quoque eat aut ubi sit, picea caligine tectus

nescit et arbitrio uolucrum raptatur equorum.

Sanguine tum credunt in corpora summa uocato

Aethiopum populos nigrum traxisse colorem

08:00 Écrit par Vega dans Latin 4ème | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |  Imprimer |

13 juin 2010

Un mythe céleste : Phaéton

Lisez en ligne le mythe raconté par Ovide dans les Métamorphoses sur le site de la BCS. : Ovide, Met, livre II v. 1 à 332.

Pour l'instant, on ne lira que la traduction. Relevez les éléments intéressants pour montrer quelle était la conception du ciel des Romains (astres, positions, fonction/ rôle etc.) Coloriez les mots.

Tous les mots en bleu sont des appels de note : cliquez dessus pour lire la note correspondante.

Pour mercredi : finir la lecture en ligne et le relevé.

Vous pouvez aussi télécharger la traduction ici (v 1- 271, attention il manque les vers 272 à 332) et l'imprimer.

phaéton-blog.doc

 

22:25 Écrit par Vega dans Latin 4ème | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |  Imprimer |

03 juin 2010

Travail à faire pour mardi 8/06 : un crustulum

Celui sur les radicaux de la 3è déclinaison ; il est long, je sais ;-) mais il est faisable !

Indiquez-moi votre résultat . Gratias vobis ago, discipuli.

21:53 Écrit par Vega dans Latin 5ème | Lien permanent | Commentaires (23) |  Facebook | | |  Imprimer |