Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11 mars 2011

Nouvelles fantastiques des 4è 5

CI-dessous les brouillons.

16:26 Écrit par Vega dans Français 4ème | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | |  Imprimer |

Commentaires

Oui chéri attend je fini de regarder les infos
Halalalala quel gourde celle là !!! Bon qu’ est ce qu’ il y a de nouveau.
FLASH INFO :Plusieurs seïsmes ont frapper certain site d’ anciennes activités
Maya où d’ étonnant signe on apparu que vous pouvez voire dans les image que le journaliste John Connor nous a rapporter du Pérou on peut voir certain graphique qui etait utiliser dans le stemple maya

Écrit par : BENNIA Kamel | 11 mars 2011

Madame ,
Est-ce que j'ai le droit d'introduire un narrateur dans le recit fantastique ?

Écrit par : Laurine REDON | 12 mars 2011

A Laurine : c'est même une obligation sinon ce n'est pas un récit, c'est du théâtre. La contrainte est que le narrateur est aussi le personnage, qui dira donc "je".

Écrit par : vega | 13 mars 2011

Je me réveillais en sursaut, le front dégoulinant de sueur : je venais de faire un cauchemar où les fantômes, vampires et loups-garous régnaient sur le monde, m'obligeant à faire des choses atroces !
Je me levais, enfilais mes pantoufles et allais dans la cuisine boire un verre d'eau pour me remettre de mes émotions. Des pas craquaient au-dessus de moi, je crus que ce fut mon père qui se levait, mais à peine avais-je reposé mon verre d'eau sur la table de la cuisine qu'un cri long et perçant résonna. Je crus ensuite que ce fut ma soeur, Lison, et je décidais de monter dans sa chambre. Elle était là, lovée sur son ours en peluche, dormant paisiblement. Je me dirigeais alors vers la chambre de mon père, mais celui-ci dormait également ! Peut-être avais-je rêvé ? Peut-être n'étais-ce qu'une hallucination ? J'étais pourtant persuadé de ne pas avoir rêvé ! Je décidais alors de retourner me coucher et de mener mon enquête demain, mais j'eu peine à retrouver le sommeil.

Écrit par : Marie Cartet | 18 mars 2011

Les commentaires sont fermés.