Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15 décembre 2011

Autocorrection grammaticale : exercices sur la valeur des temps

 

Bonjour,

voici les corrigés des deux exercices liés à la leçon sur la valeur des temps. Vérifie précisément le temps et la valeur pour chaque verbe et si besoin corrige d'une autre couleur. Indique-moi ton score dans les commentaires et le type d'erreurs qui revient le plus souvent.

Si tout est juste : c'est parfait, bonnes révision et bonnes vacances ;-)

S'il y a des erreurs : reprends ton manuel pour la conjugaison ou la leçon ; si tu n'as pas compris quelque chose, poose -moi ta question (polie et précise, c'est mieux :-) dans les commentaires et abonne-toi à ce commentaire pour recevoir ma réponse par mail !

Dans les deux cas, il y aura un contrôle -bilan sur TOUT ce que nous avons fait dans le chapitre autobiographie le lundi après la rentrée.


D'ici là, joyeux Noël !

Exercice 1 : Vérifie que tu sais donner le temps puis la valeur précise des verbes soulignés. Ils appartiennent tous au système coupé de l'énonciation ( = système du passé)

Anne Frank était âgée de dix ans lorsque la guerre éclata. Quand son père eut aménagé l'arrière de son entreprise, il décida d'y cacher sa famille pour éviter la déportation. L'annexe, où la famille Frank vécut pendant deux ans, comportait plusieurs pièces. Une autre famille juive, les Van Daan, partageait l'annexe avec les Frank. Anne rédigeait son journal intime dans un cahier qu'on lui avait offert pour ses treize ans. Dès lors, le journal d'Anne Frank se présenta sous forme de lettres adressées à une amie imaginaire, Kitty, à laquelle elle confiait régulièrement ses joies et ses peines. Anne pensait que personne ne s'intéresserait à son journal. Les deux familles furent arrêtées en août 1944 car elles avaient été dénoncées. Anne mourut du typhus en 1945 alors qu'elle était détenue dans le camp de Bergen- Belsen. Après sa mort son père publia le journal de sa fille hormis tous les passages qu'il avait supprimés par souci des convenances.

était : imparfait / action de second plan

éclata : passé simple / action de premier plan

eut aménagé : passé antérieur / action de premier plan antérieure au temps de référence

décida : passé simple / premier plan

vécut : passé simple / valeur ponctuelle + action de 1er plan

comportait : imparfait / descriptif

partageait : imparfait / descriptif

rédigeait : imparfait / itératif ou répétitif ou duratif

avait offert : plus que parfait / antériorité par rapport à l'imparfait de la même phrase

se présenta : passé simple / action de 1er plan + ponctuelle

confiait : imparfait / itératif ou répétitif

pensait : imparfait / descriptif

s'intéresserait : conditionnel simple / futur dans le passé

furent arrêtées : passé simple (voix passive) / action de 1er plan

avaient été dénoncées : plus que parfait (voix passive) / antériorité par rapport au passé simple

mourut : passé simple / action de 1er plan

était détenue : imparfait (voix passive) / action de 2nd plan

publia : passé simple / action de 1er plan

avait supprimés : plus que parfait / antériorité par rapport au passé simple

Exercice 2 : Relève dans ce récit les verbes au présent et au passé composé et donne leur valeur. Puis récris le texte dans le système coupé de l'énonciation ( = en utilisant le passé simple comme temps de référence).

Je colore en rouge les verbes au présent et en vert les verbes au passé composé. Ami daltonien, si tu passes par ici, signale ta présence !

Protégée, choyée, amusée par l'incessante nouveauté des choses, j'étais une petite fille très gaie. Pourtant, quelque chose clochait puisque des crises furieuses me jetaient sur le sol, violette et convulsée. J'ai trois ans et demi, nous déjeunons sur la terrasse ensoleillée d'un grand hôtel — c'était à Divonne-les-Bains ; on me donne une prune rouge et je commence à la peler. « Non », dit maman ; et je tombe en hurlant sur le ciment. Je hurle tout au long du Boulevard Raspail parce que Louise m'a arrachée du square Boucicaut où je faisais des pâtés […]

Je me suis souvent interrogée sur la raison et le sens de mes rages. Je crois qu'elles s'expliquent en partie par une vitalité fougueuse et par un extrémisme auquel je n'ai jamais tout à fait renoncé.

Simone de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée, © Gallimard, 1958

La valeur des temps est la suivante :

Dans le premier paragraphe, tous les verbes en rouge au présent sont des présents de narration : ils permettent de rendre le récit plus vivant en le rendant contemporain de l'écriture et de la lecture, comme si tout se passait sous nos yeux, en direct. Il montre en outre la force du "souvenir", qui n'apparaît plus comme un fait passé et lointain mais au contraire vif et actuel.

Dans le premier et le deuxième paargraphe, le passé composé a une valeur achevée par rapport au présent : c'est l'aspect accompli. Les p. c. du 2ème paragraphe montrent en outre comment ces évènements passés continuent à avoir des répercussions sur le présent.

Dan le deuxième paraphe, le présent " je crois" a une valeur d'énonciation ou d'actualité, tandis que le le présent "s'expliquent " a une valeur de vérité générale. En effet, si le fait de croire est lié au moment où Beauvoir écrit ces lignes, donc contemporain de l'énonciation, l'explication qu'elle en déduit existe de tout temps.

Réécriture au système coupé de l'énonciation :

Protégée, choyée, amusée par l'incessante nouveauté des choses, j'étais une petite fille très gaie. Pourtant, quelque chose clochait puisque des crises furieuses me jetaient sur le sol, violette et convulsée. J'avais trois ans et demi, nous déjeunions sur la terrasse ensoleillée d'un grand hôtel — c'était à Divonne-les-Bains ; on me donna une prune rouge et je commençai à la peler. « Non », dit maman ; et je tombai en hurlant sur le ciment. Je hurlai tout au long du Boulevard Raspail parce que Louise m'avait arrachée du square Boucicaut où je faisais des pâtés […]

Je m'étais souvent interrogée sur la raison et le sens de mes rages. Je croyais qu'elles s'expliquaient en partie par une vitalité fougueuse et par un extrémisme auquel je n'avais jamais tout à fait renoncé

15:27 Écrit par Vega dans Français 3ème | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |  Imprimer |

Commentaires

un vrai boulot pour les parents...en attendant, très joyeux noël pour vous et vos proches. Et très bonne année, rendez-vous en 2012.
Cordialement

Écrit par : papa de lucie | 16 décembre 2011

Très joyeux Noël à vous aussi, papa de lucie, et merci pour vos bons voeux. Puisse 2012 vous être sereine et agréable et combler vos désirs.
L'énigme continue pendant les vacances ! A bientôt donc !

Écrit par : Vega | 16 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.