Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23 juin 2013

Quelques jours de travail en Andalousie pendant les vacances de Pâques

La particularité de cette mobilité, pour nous Français, est qu’elle tombait pendant nos vacances de Pâques, à la fin avril ; je n’ai pas reçu l’autorisation d’y emmener les élèves volontaires mais j’ai pu y partir seule. Étant donné le contexte du calendrier, j’ai convaincu ma famille de passer quelques jours en Andalousie pendant que je serais au travail, afin de concilier  mes obligations professionnelles et les vacances des enfants. Le trajet s’est fait en voiture, sur deux jours pleins. Nous avons pu visiter l’Alhambra à Grenade le dimanche.

Avant l’ouverture officielle du meeting, j’ai pris contact avec la coordinatrice espagnole, Silvia Thomas, et nous nous sommes retrouvées pour discuter et travailler sur le projet de mobilités individuelles que nous envisageons entre nos deux établissements, puis le lundi 21 à midi nous avons également déjeuné ensemble. Le dimanche est arrivée l’équipe finlandaise et nous nous sommes retrouvées avec grand plaisir.

Le lundi matin 21 j’ai eu  de gros problèmes de dos et de vertèbres, Silvia m’a indiqué un physiothérapeute (les kinésithérapeutes locaux) chez qui je me suis rendue dans l’après-midi. A mon retour en fin d’après-midi, comme je parlais  en anglais et en espagnol , j'ai pu accueillir et présenter les délégations roumaines, grecques et italiennes en attendant que les professeurs espagnols soient disponibles ; le soir, le programme a officiellement commencé par des retrouvailles chaleureuses dans un restaurant andalou tout proche où j’avais eu l’occasion de voir dans le week-end un concert de chant flamenco.

Le mardi matin 22,  nous avons été accueillis à la mairie d’El Ejido où nous avons rencontré le maire et la responsable du tourisme, puis nous sommes allés voir une petite exposition de peinture dans le cadre de la semaine culturelle à El Ejido où étaient exposées des reproductions de grands peintres du Prado, enfin  à l’IES Las Norias où, après un déjeuner sur le pouce à l’épicerie –cafétéria de l’IES, nous avons démarré  une session de travail où nous avons présenté nos travaux sur les activités d’extérieur. Les indications géographiques avaient été récupérées par le professeur d’éducation physique, Antonio Casasola, et transformées en photo pour créer des diaporamas  qui défilaient en boucle sur deux ordinateurs où l’on voyait les paysages de chacun de nos pays ainsi que les activités de plein air que l’on pouvait y faire.

COMENIUS 2012-sports.doc

J’ai eu aussi l’occasion de retrouver deux élèves finlandaises qui étaient  en Espagne pour 3 mois, en mobilité individuelle et nous avons pu parler de leur emploi du temps et de ce que cette mobilité leur apportait, bien qu’elles ne connussent pas l’espagnol avant d’arriver et que l’établissement andalou n’enseignât pas le finnois ; nous sommes partis déjeuner tandis que les élèves étaient récupérés par les familles puis nous nous sommes retrouvés pour aller visiter une serre où la propriétaire cultive tomates, melons poivrons en agriculture biologique, voire en hydroponie hors-sol. Nous avons découvert des techniques agricoles de pointe, respectueuses de l’environnement, qui ne sont  pas encore majoritaires en Andalousie.  De retour à l’hôtel, nous sommes partis dîner tard.

Le mercredi matin 23, les activités de plein air ont débuté par un atelier d’apprentissage du surf, sur la plage des Genoveses, dans le parc naturel de Cabo de Gata-Nijar. L’atelier était encadré par le professeur de chimie, Alberto, des professeurs d’EPS de l’IES et des physiothérapeutes qui pratiquent le surf avec lui. Ca a été un immense challenge pour moi, qui ne suis pas particulièrement sportive et qui craignais de passer sous l’eau, mais j’ai participé à fond et je dois dire que je ne le regrette pas. Cela m’a donné l’occasion de comprendre et d’expérimenter à quel point ce projet Comenius est un défi et un enrichissement complet, de l’esprit aussi bien que du corps.

Nous avons ensuite raccompagné les élèves à l’IES et sommes allés déjeuner avec toute l’équipe municipale et culturelle dans un restaurant près d’une petite arène de taureaux et d’un ranch de chevaux. J’ai pu me promener près des chevaux et voir comment on les ferre là-bas, avec des clous et non à chaud pendant que mes collègues assistaient ou participaient à quelques passes de muleta avec un jeune taurillon ; je suis revenue lorsque l’une de mes collègues finlandaises, qui était entrée dans l’arène pour essayer à son tour, a été renversée par le taureau. Je suis allée lui porter secours et me suis occupée d’elle avec deux autres collègues espagnols qui l’ont ensuite amenée à l’hôpital pour passer une radio et vérifier qu’elle n’avait rien de cassé ni de commotionné. Le soir nous avons dîné près de l’hôtel.

Le jeudi 24 au matin nous avons pris la route pour la montagne des Alpujarras, dans la Sierra Nevada ; nous avons visité un petit domaine viticole et le cellier, puis sommes allés faire une randonnée dans la montagne près de Laujar de Andarax, entre 800 et 1200m. d’altitude. Là aussi, un nouveau challenge physique à relever : deux heures de marche sur des sentiers en côte, en lacets, avec des descentes en rappel à faire à la corde au milieu des arbres ; mais le paysage est grandiose, témoigne d’une très lointaine époque où la Sierra Nevada était un glacier ; il y a une grande variété d’arbres et j’y ai découvert une petite fleur, le ciste crépu (Cistus crispus), qui n’existe pas chez nous et que j’ai pu identifier avec une application de botanique que je possède sur mon téléphone. Après le déjeuner, nous sommes allés visiter une fabrique d’huile d’olive. De retour à l’hôtel, nous sommes repartis dîner sur le port pour un dîner d’adieu où nous avons eu droit à un joyeux concert de pop rock anglaise pendant la dernière heure.

15:32 Écrit par Vega dans Comenius | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.