Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 septembre 2013

The problem we all live with, Norman Rockwell

Bonjour,

Nous allons travailler aujourd'hui sur ce tableau de Rockwell. Pour vous aider à préparer votre épreuve d'Histoire des Arts, je vous donne un guide de questionnement qui vous sera utile pour analyser n'importe quelle œuvre picturale ; ensuite nous analyserons l'œuvre en classe et je vous ferai prendre en main le logiciel de retouche photos pixlr pour tracer les lignes dominantes et le sens de circulation de l'image.

 

Guide de questionnement :

Intro : je présente

a- le tableau : titre, date, technique, dimensions, lieu de stockage

b- l’auteur : biographie essentielle (dates, mouvement, œuvres marquantes)

c- le contexte de création de l’œuvre (Que se passe-t-il dans le pays, dans le monde, dans la société, dans les arts au moment où l’artiste élabore son œuvre ? Pourquoi cette œuvre a-t-elle été créée ?)

J’analyse l’œuvre :

            d- Que montre, que dit le tableau ?

            e- Formes, Lignes, Couleurs, Circulation dans l’œuvre (= quel chemin le regard suit-il ?)

            f- Comment le raconte-t-il ? Quels symboles utilise-t-il ?

J’interprète l’œuvre : Sens, significations.

Conclusion et élargissement à d’autres œuvres.

 

Voici une représentation du tableau de Rockwell :

 

histoire des arts,rockwell,ségrégation

 

Quelques éléments pour la présentation de l'œuvre :

Elle s'inscrit dans la thématique Arts, Etats et pouvoirs. Domaine Arts du visuel.

a- Cette peinture est une illustration proposée pour la couverture du magazine Look, 1964. Rockwell a peint un tableau, une huile sur toile, de 91 sur 147 cm, actuellement visible au Norman Rockwell Museum à Stockbridge dans le Massachusetts, Etats-Unis.

b- l'auteur : Norman Rockwell, né à New-York en 1894  et mort en 1978,  se définit comme un illustrateur  ; il a notamment travaillé sur des romans célèbres de Mark Twain. Ses illustrations les plus connues retracent de scènes de la vie quotidienne de la bourgeoisie américaine, avec des personnages–types. Il illustre aussi des couvertures de magazine comme le Saturday Evening Post puis Look. Il s'inscrit dans le courant de l'hyperréalisme, un mouvement artistique né dans les années 60, pendant la pleine ébullition du Pop Art aux Etats-Unis, qui vise à recréer par la peinture la précision que l'on trouve dans la réalité ou dans les photographies haute définition (qui n'existent pas encore à l'époque ! ). Tu peux voir d'autres exemples d'oeuvres hyperréalistes dans cet article du Huffington Post sur le peintre israélien Yigal Ozeri : ce ne sont pas des photos que tu vas voir mais bien des peintures ! http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/25/yigal-ozeri-hyper...

 

Tu peux voir son  triple autoportrait et une analyse du tableau ici sur le blog.

 

c- Contexte socio-historique : Rockwell peint dans une période où naissent les lois anti-ségrégation, suite au mouvement de protestation (mouvement des Droits Civiques) déclenché par Rosa Parks puis Martin Luther King.

Il s'agit de la peinture d'un évènement social relativement récent : le 12 Novembre 1960, Ruby Bridges, la petite fille noire au centre, est la première enfant noire afro-américaine à entrer dans une école de blancs, en Louisiane (état du Sud qui faisait partie des esclavagistes à l’époque de la guerre de Sécession), comme la loi l'y autorise désormais. Mais la population s'y oppose, les parents blancs font sortir leurs enfants de l'école et la petite Ruby doit être escortée par des policiers. Or, comme les policiers de l'Etat de Louisiane refusent d'assurer sa protection, ce sont des marshals fédéraux, qui travaillent au niveau fédéral supérieur à celui de l'Etat de Louisiane qui assurent sa protection jusqu’à l’école.

 

Faisons un bref rappel chronologique :

 

En 1876 sont votées les lois Jim Crow qui légalisent la ségrégation fondée sur des préjugés raciaux (la couleur de peau d'un individu le rend  inférieur à un autre, ou supérieur). Elle crée des espaces publics différents selon la couleur de peau ; elle veut des individus "séparés mais égaux ».

 

En 1955, le mouvement des Droits civils ou Civil Rights Movement est déclenché le 1er décembre à Montgomery, en Alabama, lorsque Rosa Parks

histoire des arts,rockwell,ségrégation, rosa parks(crédit : Wikipédia) refuse de donner sa place dans le bus à un blanc. Elle est arrêtée par la police et condamnée à payer une amende, ce qu'elle refuse en faisant appel. Un jeune pasteur jusqu'alors inconnu, Martin Luther King Jr, organise une mouvement de protestation et de boycott de la compagnie de bus : les noirs marcheront pour se déplacer. 

 

Pendant plus d'un an, le mouvement progresse, aidé en cela par les discours enflammés de l'orateur charismatique qu'est King Jr, comme le célèbre I have a dream qu'il prononce en 1963 sur les marches du Lincoln Memorial à Washington. Tu peux lire des extraits traduits de son discours ici  ou écouter et lire son discours là.

histoire des arts,rockwell,ségrégation, Martin Luther King Jr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1964 : la loi sur les droits civiques ou Civil Rights Act abolit les lois discriminatoires Jim Crow.

Quel est le but de l'œuvre ? Mettre en lumière les tensions dans le Sud américain, dues à un racisme ancré dans les mentalités.

 

A présent que nous en savons un peu plus sur le contexte de création, penchons-nous vraiment sur le tableau.

d- Que voit-on sur ce tableau ?

Rockwell a peint une petite fille noire qui se dirige vers la gauche, encadrée par les corps massifs de 4 hommes, coupés aux épaules. On les reconnaît comme des marsalas au bandeau jaune qu'ils portent sur le bras. De la poche du costume du marshal au premier plan à gauche sort un morceau de papier : référence à la loi qui autorise pour la première fois la petite noire à aller dans une école de blancs. Elle est vêtue d'une robe blanche et tient à la main gauche  des affaires d'école : cahier, règle. Sur le mur du fond, on aperçoit une inscriptions : NIGGER ("nègre") et KKK ( "Ku Klux Klan") et des taches de projections de tomate, retombée au sol à droite du tableau. Elle regarde calmement dans la direction où elle marche, sans s'occuper des attaques qui viennent de la position où est placé le spectateur : c'est lui le raciste.

e - Analyse des couleurs : 

histoire des arts, rockwell

blanc, symbole de pureté, d'innocence, de paix

marron : la couleur de la peau de la fillette, qui crée un violent contraste avec sa robe

jaune : lumière, loi et autorité, objets scolaires qui montrent sa réussite ; elle a dû passer un test d'entrée difficile.

rouge : sang, mort

gris : anonymat, neutralité sans visage des marsalas mais aussi inscription racistes sur le mur : KKK (Ku Klux Klan) et Nigger (Nègre)

des lignes et du sens de lecture :

 

histoire des arts, rockwell, ségrégation

L'œil du spectateur part de Ruby pour y revenir.

Les lignes massives des corps protègent la fillette comme des colonnes et bloquent aussi son espace.

Dans sa marche vers l'école, elle vient symboliquement de passer une ligne.

Sens de lecture vers la gauche : une marche vers l'ouest américain ?

Cette image narre une histoire moderne, contemporaine de la création, liée au racisme. Rockwell en propose une vision optimiste. L'élection de Barrack Obama confirme cet american dream.

Prolongements : 

13109821936618.jpg

Barack Obama et Ruby Bridges adultes devant le tableau la représentant, 2011.

Crédit photo

http://village.grioo.com/images/users/403/1017/13109821936618.jpg

A toi de chercher d'autres œuvres qui évoquent la ségrégation ou le refus de la ségrégation.

 Pour tracer tes propres lignes sur une image et préparer ton powerpoint pour l'oral, voici un tutoriel qui t'aidera à prendre en main le logiciel pixlr.com.

Prendre en main un logiciel de retouche photo pour identifier les caractéristiques d’une image .doc

 

J'espère que le cours t'a été utile et fructueux. Qu'en penses-tu ? As-tu d'autres idées à proposer ?  Laisse un commentaire pour me le dire.

 

 

 

 

 

 

Commentaires

génial merci man :)y

Écrit par : gabgab | 23 avril 2014

C'est bien mais un peu court j'aurai préféré plus d'infos

Écrit par : Gaillard | 08 juin 2014

Les commentaires sont fermés.