Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15 juin 2014

Des divinités nouvelles à Rome : Isis et Mithra

 Isis_Musei_Capitolini_MC744.jpg

 

Statue d'Isis provenant de la villa Hadriana à Tivoli près de Rome,

IIe siècle de notre ère, marbre, Musée du Capitole, Rome. Clique sur l'image pour l'agrandir.

Isis est une divinité égyptienne à l'origine, dont le culte à mystères célèbre sa capacité à redonner la vie après la mort, comme elle l'a fait pour son frère et époux Osiris.

1 - Quels sont les 3 détails  caractéristiques de la sculpture romaine dans cette statue ?

2 - A quels détails (il y en a 3)  reconnaît-on immanquablement Isis ? Pour t'aider à les identifier sur l'image, lis cet extrait de l'article que lui consacrent en 1877  Daremberg et Saglio dans leur dictionnaire (article complet sur le site Méditerranées à cette adresse : http://www.mediterranees.net/civilisation/religions/egypt... )

Ses images, il est vrai, se distinguent de toutes les autres à quelques signes certains. Comme indice de son origine, elle tient dans la main droite le sistre (sistrum), sorte de crécelle, dont le son accompagnait les cérémonies du culte égyptien ; à sa main gauche est suspendu un petit seau de forme arrondie, propre à contenir l'eau sacrée [cymbium, situla). Sur son front se dresse la fleur de lotus, emblème de résurrection. Comme les déesse-mères, elle porte une longue robe qui tombe jusqu'à ses pieds et ne laisse à découvert que les avant-bras ; son manteau, souvent garni de franges, est noué sur le devant de la poitrine, entre les deux seins ; ce noeud volumineux et très apparent est, de tous les attributs d'Isis, celui auquel on la reconnaît le plus sûrement. Sa chevelure retombe en boucles le long de son cou ; elle est la déesse euplokamos.

Son culte s'est propagé dans tout l'empire romain au point que des temples à Isis ont été construits un peu partout, notamment à Pompei. Le sanctuaire contenait l'eau sacrée du Nil. L'architecture est très différente des temples romains.

En comparant ces deux temples, le temple d'Isis et le temple d'Apollon à Pompei, note leurs différences  (taille, architecture, emplacement).

Tempio_di_Iside_1.jpg

Temple d'Isis à Pompei, fin du IIe siècle de notre ère. 

temple d'Apollon-Pompei.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Temple d'Apollon à Pompei, Ier siècle de notre ère. 

Arrive ensuite au IIe siècle le culte de Mithra, venu d'Orient : c'est un dieu indo-iranien. En védique, la langue ancienne de l'Inde, "mitra" signifie "ami", "contrat". Il protège la justice, veille à ce que le monde demeure en ordre, c'est le dieu de l'alliance et du serment. Lié à la lumière, il est aussi le protecteur des troupeaux et de ceux qui défendent leur territoire, donc des soldats, ce qui explique sans doute que son culte se soit  particulièrement implanté chez les soldats romains. A Rome, c'est un culte à mystères, comme celui d'Isis et surtout comme les cultes grecs d'Orphée.

Le premier exploit de Mithra, raconté par la légende, c'est de naître d'une paroi rocheuse, une torche et un glaive à la main. Il est là pour lutter contre le mal : la sécheresse, qui détruit toute vie. Il veille sur l'ordre du monde et procure l'eau aux troupeaux en faisant jaillir une source de la paroi rocheuse. Dans la suite de sa légende, le second exploit est lié à sa rencontre avec un taureau sauvage dans les montagnes. Il s'accroche à ses cornes et le monte, tombe, lui lie les pattes arrière, puis le charge sur ses épaules et commence avec lui un long voyage, le transitus. A la fin de ce transitus, Mithra sacrifie l'animal au Soleil, comme le lui a demandé un corbeau messager.  Son sacrifice redonnera la force vitale au monde. Ce qui s'écoule alors de l'animal c'est un sang comme du vin et des chairs comme du grain.  Un chien arrive, qui mange le blé, puis un scorpion qui lui pince les testicules et un serpent. Ces liquides symboliques -sang, vin, sperme-  sont des principes vitaux qui vont permettre la régénération du monde. Pour fêter cette victoire, un banquet est organisé auquel assistent le Soleil et Mithra devenu Sol Invictus. Invaincu et invincible, c'est Mithra qui monte au ciel sur le char solaire.

 

Sur cette représentation du sacrifice du taureau par Mithra (100 à 200 de notre ère, collection Borghèse, musée du Louvre-Lens), comment Mithra est-il vêtu ? Comment s'y prend-il pour sacrifier le taureau ? Quels autres animaux retrouves-tu dans ce bas-relief ?

Mithra_sacrifiant_le_Taureau-005.jpg

Dans l'extrait suivant  que vous avez à traduire  et qui complète le texte de la p. 144 du manuel,  Lucius, le narrateur  des Métamorphoses ou l'Ane d'or, raconte son histoire. C'est un homme très curieux qui, ayant assisté à la métamorphose d'une magicienne en oiseau, a été lui-même métamorphosé en âne. Initié aux mystères d'Isis après des aventures aussi variées que drôles, il reprendra forme humaine grâce à la déesse. Pour l'heure, il décrit le cortège qui accompagne Isis :

religion antique,isis,sculpture,mithra,temple

Cérémonie d'un culte à Isis
fresque provenant d'Herculanum
Ier-IIIe siècle apr. J.-C, 80 cm x 85 cm
Musée Archeologique de Naples, photo Erich Lessing © [Texteimage.com]. Source : http://www.cndp.fr/archive-musagora/religion/religionfr/frescisis2.htm

Uidi et ursam mansuem quae cultu matronali sella uehebatur, et simiam pilleo textili crocotisque Phrygiis Catamiti pastoris specie aureum gestantem poculum. […] Inter has oblectationes ludicras popularium, quae passim uagabantur, jam sospitatricis deae peculiaris pompa moliebatur. […] Ferebatur ab alio cista secretorum capax penitus celans operta magnificae religionis.

Copiez ce texte dans le logiciel Collatinus et lemmatisez-le pour obtenir la liste de vocabulaire. Pour traduire, pensez à construire la syntaxe de la phrase : partez de chaque verbe et  cherchez son sujet et ses compléments, puis repérez les mots subordonnants (pronoms relatifs, conjonction de subordination)

Les commentaires sont fermés.