Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22 juin 2014

Clément Marot, l'interview

"Bonjour Clément Marot, merci d'avoir accepté notre interview. Comment vous définissez-vous ?

— Bonjour. Je me considère comme un poète, je suis d'ailleurs le poète officiel de François Ier. Sa sœur, Marguerite de Navarre, est ma protectrice. J'appartiens à l'Ecole de rhétoriqueurs. J'ai fait de la prison pour mes opinions religieuses - on m'a accusé d'être proche de Luther et Calvin - et j'ai même dû m'exiler de France.

— François Ier vous aimait beaucoup ?

— Il aimait mon esprit, ce qu'à présent vous nommez " humour "et ma façon d'être - incorrigible - et surtout ce que j'écrivais : des épîtres, des élégies : Mon épitre de Marot envoyée au Roy m'a permis de sortir de prison.

— Vous n'écrivez qu'à vos amis ?

— Oh non ! J'écris aussi pour me défendre de l'injustice, pour demander de l'aide, pour remercier d'en avoir reçu… ou pour déclarer mon amour. J'ai un esprit vif, mais j'ai bon cœur. Vous connaissez sûrement mes vers :

« J’avais, un jour, un valet de Gascogne,

Gourmand, ivrogne et assuré menteur,

Pipeur, larron, jureur, blasphémateur,

Sentant la hart de cent pas à la ronde,

Au demeurant, le meilleur fils du monde. »


23:35 Écrit par Vega dans Français Sixième | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.