Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 septembre 2014

Premier cours d'épigraphie : la stèle de l'amphithéâtre de Pouzzoles

Salve, tu qui me legis, 

Pour commencer notre année, nous allons nous initier à l'épigraphie à partir de textes latins originaux gravés sur la pierre ou peints sur des murs. Le mot épigraphie lui-même est composé de deux racines grecques : épi, ἐπι,  "sur",  et graphie, γραφεία, "l'écriture". L'épigraphie, c'est donc l'étude des textes gravés dans des matières qui ne peuvent pas pourrir, comme la pierre, l'argile ou encore le métal. C'est une partie de l'archéologie et de l'histoire extrêmement importante pour les civilisations antiques, puisque toutes les autres matières, périssables, elles,  ont disparu.

Voici notre premier texte latin  : (photo Véronique GUILLAUME, D.R.). C'est une stèle de marbre située dans l'entrée de l'amphithéâtre de Pouzzoles, (Putteoli en latin ) en Italie, près de Naples et de Pompéi, et que nous verrons en vrai lors de notre voyage d'études en octobre.

épigraphie, stèle, Pouzzoles

Premier constat : toutes les lettres sont écrites en capitales. Il n'y a donc qu'une seule graphie pour le u et le v : le V. Même chose pour le i et le j : on trouve I. En effet, les capitales sont beaucoup plus faciles à tracer au burin car elles possèdent des angles et non des courbes contrairement aux minuscules de l'écriture cursive.

Deuxième constat : tout est écrit à la suite, sans espace entre les mots. Sans espace, mais non pas sans séparation : ouvrez l'image dans un onglet par un clic droit, vous verrez de petits signes, comme des points au milieu de la ligne, qui suivent certaines lettres : ils indiquent que le mot est terminé.

Exercice 1 : Recopie sur ton cahier les trois premières lignes, telles qu'elles sont écrites, en capitales, en marquant bien les points de séparation des mots.

Exercice 2 : A la fin de la ligne 2, est-ce le mot DIOS ? Justifie ta réponse.

 

Compare à présent avec la mise en page suivante :

           D.M.

M.CAECILIO.DIOS

CORO.QVI.VIXIT. 

ANNIS.XVII.M.XI.DIE.

            XXVII

M.CAECILIVS.PRIM 

VS.ALVMNO.PROBISSIM

BENE.MERENTI.FECIT

A présent, un peu d'analyse : tous le mots ne sont pas écrits en entier, certains sont abrégés, ce qui explique par exemple la petitesse du caractère M au dernier mot de l'avant-dernière ligne.

D.M. sont les initiales de Diis Manibus = Aux Dieux Mânes. As-tu retrouvé le cas et la fonction de ce groupe nominal ?

Les Dieux Mânes désignent chez les Romains les âmes des morts qui ont reçu une sépulture convenable. On leur rend un culte, public et privé en famille. Il s'agit d'un vieux mot étrusque qui désigne les "Bons", les "Bienfaisants". L'inscription est donc une inscription funéraire.

M. est l'abréviation d'un prénom masculin très courant en latin : Marcus. Mais à quel cas est-il ? Pour le savoir et développer l'inscription, il faut regarder les tria nomina en entier : M. Caecilio Dioscoro. Il s'agit donc du mot Marco, au datif / COI, qui désigne la personne défunte à qui la stèle est consacrée : Marcus Caecilius Dioscorus.

Cela donne pour les trois premières lignes, une fois que l'on a rétabli les mots complets (en rouge :)

Diis.Manibus.

Marco.CAECILIO.DIOS

CORO.QVI.VIXIT.

Le M. de la 4e ligne pose un nouveau problème. on peut vouloir l'interpréter à nouveau comme l'initiale du prénom, mais il n'est suivi d'aucun nomen ni cognomen et se trouve encadré de chiffres romains : XVII, XI puis XVIII à la 5e  ligne, soit 17, 11 et 18. Associé à vixit, qui signifie " a vécu" et à annis, "années" puis die, abréviation de diebus "jour" on peut déduire facilement que M. est l'abréviation du mot "mois" : Mensibus, à l'ablatif comme les deux autres noms. On trouve donc ici la durée de vie du petit Marcus : 17 ans, 11 mois, 18 jours.

 

ANNIS.XVII.Mensibus.XI.DIEbus.

            XXVII

 

Vient ensuite un 3e M. suivi à nouveau de Caecilius puis Primus  (le mot n'est pas fini à la fin de la ligne puisqu'il n'y a pas de point séparant les mots) : cette fois c'est le prénom Marcus ; mais il ne s'agit pas du petit défunt : ce qui le prouve, c'est le cognomen, la troisième partie du nom, la plus personnelle, qui permet d'identifier chaque homme parmi tous ceux de la gens Caecilia. C'est ici Primus, qui signifie  "le premier" : il s'agit très vraisemblablement du père de famille, le paterfamilias : même praenomen, même nomen gentilicum. De plus le cas nominatif nous montre que c'est lui le sujet, celui qui a fait graver la stèle et l'a dédiée.  Cela donne :

Marcus.CAECILIVS.PRIM 

VS.

Enfin le petit M à la fin de PROBISSIm indique une abréviation, sans doute par manque de place, qui vient du mot probissimus, superlatif de l'adjectif probus : honnête, bon vertueux, donc très bon, très vertueux, très honnête. En tant qu'adjectif, il s'accorde en genre, nombre et cas avec le nom auquel il se rapporte. L'as-tu trouvé ? quel est le mot complet à ton avis ?

ALVMNO.PROBISSIMo

BENE.MERENTI.FECIT

  Bravo, tu as bien identifié le datif en rapport avec alumno. Ce terme d'alumnus désigne à la fois un nourrisson, un élève, une disciple, un enfant qu'on a élevé mais qui n'est pas de la famille : un enfant trouvé, qui n'a pas le statut d'esclave, ni de fils. Je te propose enfant, ou élève, bien qu'il n'y ait aucun rapport scolaire entre les deux Marcus Caecilius.

la dernière ligne contient enfin le verbe en rapport avec le nominatif de la ligne 6- 7 : c'est le verbe fecit, 3e sing. du parfait de l'indicatif de facere,  faire. Comment le traduiras-tu ? Il n'y a pas de COD exprimé, il faut sous-entendre quelque chose comme hanc stelam, "cette stèle".

Bene merenti signifie "qui l'a bien mérité".

Je reprends donc le texte entièrement développé, en mettant en couleurs les différents cas : jaune pour le datif, bleu pour le nominatif, rose pour l'ablatif.

 

  Diis.Manibus.

 

Marco.CAECILIO.DIOS

 

CORO.QVI.VIXIT. 

 

ANNIS.XVII.Mensibus.XI.DIEbus.

 

            XXVII

 

Marcus.CAECILIVS.PRIM 

 

VS.ALVMNO.PROBISSIMo

 

BENE.MERENTI.FECIT

 

 Muni de toutes ces informations, rédige la traduction de cette stèle, en respectant l'ordre des groupes.

 

 

15:52 Écrit par Vega dans Latin 4ème | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : épigraphie |  Facebook | | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.