Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11 mai 2015

Le théâtre est un genre

A ) Les origines antiques

Remets les éléments suivants à leur place dans le tableau placé en dessous :

- Apparu à la fin -VIe siècle, le genre domine au -Ve siècle

- Apparu en -486, lors des grandes Dyonisies (jeux comiques)

- « Corriger les hommes en les divertissant » Molière, Premier Placet sur Tartuffe

- Culte à Dionysos pour lequel on sacrifie un bouc (tragos en grec)

- Culte à Dionysos avec des cortèges (kômoi), où l'on entend des plaisanteries et des chansons

- Fin funeste, inévitable sanction des erreurs

- Fin heureuse

- « Par la pitié et la crainte [elle] purge ses semblables de ses passions » Aristote, Poétique VI, 2

- Personnages illustres, ils vivent des combats, des passions, des douleurs exceptionnelles

- Plaisanteries grossières, tirades satiriques contre les personnages publics, caricature des dieux

- Récits issus de la mythologie et de l’histoire antique

- Situation familiale associant amour, argent et quiproquos, types sociaux caricaturés, faciles à identifier (père avare, belle-mère acariâtre, etc.)

 

 

La tragédie

La comédie

Origines du genre

 

 

Date de création

 

 

Définition du genre

 

 

Thèmes

 

 

Personnages

 

 

La fin

 

 

 B) Le théâtre en Europe du XVIe au XVIIIe siècle : Commedia dell’arte, Baroque, classicisme

 Complète le tableau ci-dessous qui te permettra d’avoir une vue d’ensemble de ces trois mouvements et des genres théâtraux qu’ils ont produits.

- Apparaît à la fin du XVIe siècle

- Apparaît dans la 2e moitié du XVIIe siècle

- Concerne tous les arts (peinture, sculpture, littérature, architecture, musique)

- Les pièces se caractérisent par des intrigues à rebondissement, un mélange des tons (comique, tragique)

- Les pièces se conforment à la règle des trois unités formulée par le poète français Boileau dans Poétique : « Qu'en un lieu, qu'en un jour, un seul fait accompli / Tienne jusqu'à la fin le théâtre rempli. »

- Mot d’origine portugaise qui désigne une perle ou une pierre irrégulière

- Mot italien qui signifie « théâtre interprété par des gens de l’art »

- Ne concerne que le théâtre

- Né en Italie, se répand en Europe

- Né en France, il concerne surtout ce pays

- Une règle de bienséance interdit ce qui peut choquer le spectateur (meurtre sur scène par ex.) ainsi que le mélange des genres (comédie, tragédie).

- Uniquement comiques, les pièces se composent de lazzis (plaisanteries burlesques, jeux de mots, grimaces, acrobaties)

 

Conseil : complète le tableau ligne par ligne, tu trouveras plus facilement les réponses.

 

 

Commedia dell’arte

Baroque

Classicisme

Origine du mot

 

 

Mot français qui vient de l’adjectif classique

Apparition du mouvement

Apparaît au XVe siècle

 

 

Lieu de naissance du mouvement

 

Né en Italie, se répand dans toute l’Europe

 

Arts concernés

 

 

Concerne tous les arts (peinture, sculpture, littérature, architecture, musique)

Caractéristiques

Les pièces se fondent sur l’improvisation des acteurs qui travaillent à partir d’une simple trame

 

 

Mélange des genres et des tons

 

On trouve aussi bien des combats à l’épée, des scènes d’amour que des scènes comiques

 

Si le tableau n'apparaît pas bien , tu peux télécharger le document  avec le lien ci-dessous et le compléter :

théâtre 17è.doc 

Le théâtre est un lieu

Les origines antiques : Vocabulaire théâtral 

Rends-toi sur cette page

http://www.latinistes.ch/latin/culture/theatre/theatre_a_...

qui va te permettre de compléter le tableau suivant. Attention, il n'y a pas toujours d'équivalent français et ils ne sont pas donnés dans le document : à toi de les retrouver.

 

Mot grec

Équivalent latin puis équivalent  français

La skéné

 

Le proskenion

 

L’orchestra

 

La thymélé

 

Le parodos

 

 Ensuite rends-toi sur le site du théâtre antique d'Orange (un théâtre gallo-romain)

http://theatre-antique.com/fr/dossiers/theatre-antique?ga...

à l'aide du plan du théâtre dans l'image précédente, retrouve sur les photos :

les gradins

la scène

l'avant scène

le mur de scène

le vomitorium

l'orchestre

12 mars 2015

Autocorrection de l'exercice de vocabulaire

 Les vingt mots à trouver sur le thème lexical de la colère et de la douleur sont, dans l'ordre :

1 dépit - 2  indignation - 3 contrariété - 4 jalousie - 5  mépris - 6 rancune - 7 fureur - 8  animosité - 9 xénophobie - 10 misanthropie - 11 chagrin - 12 déception - 13  navrés - 14 désespoir - 15  mélancolie - 16  nostalgie - 17 amertume - 18 détresse - 19 frustration - 20 tourment.

18:20 Écrit par Vega dans Français 4ème | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

Rédaction épistolaire en guise de contrôle de lecture

Voici les meilleures lettres qui ont été écrites en classe, avec des sujets différents liés à des romans différents. Bonne lecture !

corr-rédac-épistolaire-lecture-cursive.pdf

07:17 Écrit par Vega dans Français 4ème | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

04 décembre 2014

La Bataille d'Hernani

Bonjour,

 Pour compléter notre cours de ce matin sur Théophile GAUTIER et le Romantisme, voici des informations supplémentaires ; elles sont destinées à approfondir vos connaissances. Je les ai synthétisées sous la forme d'une carte heuristique qui reprend ce que nous avons dit en classe et explique ou complète certains points d'histoire littéraire. Vous en trouverez deux : l'une dans le sens de lecture horaire (on part d'en haut à droite et on continue dans le sens dans aiguilles d'une montre), l'autre dans le sens vertical droit. Choisissez le sens de lecture qui vous convient le mieux. Comme toujours, un clic sur l'image la fait apparaître en grand dans un nouvel onglet.

La Bataille d'Hernani .png

 romantisme,heuristique,gautier,hugo

Pour situer un peu mieux le contexte historique et culturel de cette année 1830, voici un petit jeu visuel : quelques portraits des grandes figures littéraires et artistiques de 1830. Saurez-vous les reconnaître ?

 Hector BERLIOZ, musicien romantique qui compose en 1830 La Symphonie fantastique 

romantisme,heuristique,gautier,hugo

 Stendhal qui publie la même année son grand roman Le Rouge et le Noir, est un écrivain précurseur du mouvement réaliste.

Honoré de BALZAC , auteur de La Comédie humaine, d'Eugénie Grandet, Le Père Goriot, Le Lys dans la vallée,  un des piliers du Réalisme en France.

 Victor Hugo, représenté seul, jeune et vieux, mais aussi en groupe, caracolant sur son Pégase  à la tête des Romantiques dans une célèbre caricature de Benjamin Roubaud :

romantisme,heuristique,gautier,hugo

romantisme,heuristique,gautier,hugo

romantisme,heuristique,gautier,hugoromantisme,heuristique,gautier,hugo
romantisme,heuristique,gautier,hugo

01 décembre 2014

De beaux modèles de description chez François Place et Timothée de Fombelle

Bonjour, 

 je te propose aujourd'hui d'embellir ton style par imitation, comme les peintres le font en allant copier des tableaux dans les musées. En guise de tableaux de maîtres, voici des extraits de François Place (Atlas des Géographes d'Orbae) et Timothée de Fombelle ( Le livre de Perle, son tout dernier roman - aucun spoiler ! )

Observe comment ils parviennent à rendre leur description vivante et dynamique :

1 - les objets inanimés sont presque tous sujets d'un verbe d'action.

Des rochers, qu’il fallait escalader, perçaient de leur masse sombre les feuillages.  François Place. 

 2 - Ici la description est organisée et présentée par des phrases nominales pleines de références aux sens.

La plage était large et blanche. Au-dessus d'elle le noir des forêts, en dessous les rouleaux de mer, la mousse éclatante, et partout le bruit de cette mer, la tiédeur de la nuit plus lumineuse que le jour.

 3 - des exemples de métaphore qui se présente comme une énigme et trouve sa résolution à la fin du paragraphe :

Une lumière apparut loin devant moi : une tache de lumière qui ondulait. C'était une forme carrée posée par terre dans le noir. Un petit tapis d'or liquide. Il bougeait. Je fermai les yeux. En les rouvrant je vis que le tapis était toujours là. Mais lorsque j'avançai vers lui, mes pieds s'enfoncèrent dans le sol. Je compris enfin ce qui se passait. Il y avait, juste là, une large rivière. Je l'entendais frémir. Et la tache de lumière aux carreaux d'or était le reflet d'une fenêtre éclairée dans l'eau.

4- Ici une personnification : par le verbe "devenir" la tristesse passe du statut d'inanimé à celui d'humain, puis Fombelle la caractérise par 3 éléments : l'alliance, la marche et l'apprivoisement.

Je n'avais pas oublié le désespoir qui m'avait jeté dans les bois. Cette tristesse devenait une alliée, elle marchait avec moi dans l'obscurité. Je l'apprivoisais.

Timothée de Fombelle, Le livre de Perle

27 novembre 2014

Correction de la rédaction 2 : décrire un paysage

Bonjour, 

Voici l'article dans lequel nous travaillerons la correction de la rédaction. Reprenons un peu la méthode de travail : d'abord : 

I - Je lis le sujet

C'est une description, donc un texte à l'imparfait, avec une phrase de récit pour introduire le narrateur et le personnage qui voit (est-ce le même ?) et embrayer sur la description ; on décrit un paysage ou bien un monument en ruines ; ce qu'on voit est sous la lumière du jour (il faut choisir l'heure) ; on écrira une description organisée, donc avec des connecteurs qui orientent le regard et guident la "visite" ; trois obligations de style : comparaison, métaphore et personnification ; trois expansions du nom : épithète (ce sont des adjectifs, donc un mot à chaque fois), complément du nom et proposition relative (là c'est un groupe, noyauté autour d'un verbe et qui commence par qui que quoi dont où lequel auquel duquel). 

Il ne suffira pas de les insérer, il faudra les repérer, soit par leur nom soit par un code couleur : donc  garde 5 minutes pour relire avant la fin et les souligner ou les nommer.

II - Je prépare le brouillon

 Le mieux, c'est de dessiner un arbre de description et même de faire un vrai dessin, avec ou sans couleurs,   pour se représenter ce qu'on veut décrire, même s'il est fait de façon schématique.

Vous trouverez ci-dessous un exemple d'arbre de description que l'on peut construire au brouillon, préparé avec le logiciel gratuit XMind. C'est à partir de cet arbre que nous allons écrire notre texte. Cliquez sur l'image pour l'agrandir. J'ai choisi l'exemple d'un paysage avec une modélisation désagréable ou inquiétante, mais on peut modifier ce choix : tout dépendra des adjectifs et des verbes, voire des adverbes , que l'on ajoutera.

Pour compléter directement ta carte heuristique, enregistre  puis ouvre le fichier Ruines.xmind que tu trouveras au collège sur le serveur NAS de ta classe. Sinon tu pourras travailler sur papier

écriture,description

Paysage de montagne.jpg

III - Je prévois ensuite au brouillon les contraintes de style que le sujet impose : deux adjectifs épithètes, deux CDN et deux relatives, ainsi qu'une comparaison, une métaphore et une personnification.

Pour y arriver, il faut que vous puissiez les identifier puis les reproduire. Alors révisons un peu :

Ex 1 : Relève sur ton classeur les adjectifs épithètes de cette phrase :

De vieilles pierres jonchaient le sol comme des soldats morts au combat. Derrière ces pierres mousseuses, le soleil semblait verdâtre.

Ex 2 : Dans la phrase ci-dessus, pourquoi l'adjectif verdâtre n'est-il pas épithète ?

Ex 3 : Recopie les compléments du nom de ces phrases +le nom dont ils dépendent. Quelles phrases n'en contiennent pas ?

1 -Les feuilles des arbres étaient vertes et développées.

2 -Le soleil au fond de la prairie descendait lentement.

3 -Les épis de blé étaient prêts à être ramassés.

4 -La  mousse recouvrait les arbres d'une chevelure verte et gluante.

Ex 4 : Où est la métaphore ? Où est la comparaison? Qu'est-ce qui t'a aidé(e) ?

Je me sentais comme une petite tortue menée par des mouettes hurlantes et dévorantes.

 Je me tenais devant l'usine, petite tortue fragile face à l'océan inquiétant.

Ex 5 : Crée une comparaison  puis une métaphore où tu assimileras le lac à un visage d'humain en colère (ou souriant, à ta guise). Tu peux développer cette idée à ton gré.

Ex 6 : voir ici.

IV - Je complète les trous du brouillon, en prévoyant tout ce qui est demandé dans le sujet (voir partie I) (vérification obligatoire)

C'est à ce moment qu'on choisit les mots en liste, selon l'effet qu'on veut produire. Je cherche dans un dictionnaire des synonymes, dans un dictionnaire des cooccurrences ou dans mes souvenirs. Thème de l'essai : le sourire.

dans le dictionnaire du cnrtl :

dans le dictionnaire des cooccurrences : je trouve des adjectifs et des verbes qui "vont bien" avec le mot sourire ; j'en recopie au moins trois de chaque pour avoir de quoi choisir plus tard.

V- Je rédige, en soignant le choix des connecteurs et des images. 

On essaie les phrases dans sa tête, on les teste au brouillon avant de les écrire au propre. On peut même parler son texte avant de l'écrire. Pour les élève qui sont très lents à écrire, essayez d'utiliser une application comme Dragon Dictation, (voyez cet article sur le blog), qui permet d'enregistrer vos paroles et de les retranscrire en mots. Ensuite, évidemment , il faut relire pour traquer les erreurs de compréhension du logiciel et corriger les nombreuses erreurs d'accords possibles.

VI - Je me relis ! 

Etape obligatoire et nécessaire ; le but n'est pas de se relire comme on lit une histoire, mais de faire une relecture méthodique et linguistique. Ce qui veut dire que :

on fait une relecture par type d'erreurs à chasser : une relecture pour chercher les passe-partout du style "il y avait" et les supprimer (voir sur le blog une liste de verbes de mouvement pour dynamiser une description et chasser les passepartout) ; une relecture pour regarder et changer l'accord des noms, et seulement eux ; une troisième relecture pour l'accord des verbes. A chaque fois, on s'arrête dès qu'on trouve un nom ou un verbe, on cherche le mot avec lequel il doit être accordé ( le déterminant et l'adjectif pour le nom, le groupe ayant la fonction Sujet pour le verbe = >on pose la question "Qui est-ce qui fait...?" )

Il faut donc garder beaucoup de temps pour relire et corriger l'orthographe, et avoir sous la main un effaceur !

 

19 novembre 2014

Arria Marcella : Visite illustrée de Pompei avec Théophile Gautier

Dans la nouvelle de Théophile Gautier  Arria Marcella, qui se déroule à Pompéi au XIXe siècle, le héros Octavien visite Pompéi avec ses amis : en voici l'illustration en photos qui te permettra de voir ce qu'imaginait Gautier en écrivant.

"Il regardait d’un œil effaré ces ornières de char creusées dans le pavage cyclopéen des rues et qui paraissent dater d’hier tant l’empreinte en est fraîche ;photo 4.JPG

 ces inscriptions tracées en lettres rouges, d’un pinceau cursif, sur les parois des murailles : affiches de spectacle, demandes de location, formules votives, enseignes, annonces de toutes sortes, curieuses comme le serait dans deux mille ans, pour les peuples inconnus de l’avenir, un pan de mur de Paris retrouvé avec ses affiches et ses placards ;

photo 2 copie.JPGphoto 3 copie.JPGphoto 4 copie.JPG

 ces maisons aux toits effondrés laissant pénétrer d’un coup d’ œil tous ces mystères d’intérieur, tous ces détails domestiques que négligent les historiens et dont les civilisations emportent le secret avec elles ;pompei,arria marcela,théâtre,inscription,graffiti

ces fontaines à peine taries, ce forum surpris au milieu d’une réparation par la catastrophe, et dont les colonnes, les architraves toutes taillées, toutes sculptées, attendent dans leur pureté d’ arête qu’on les mette en place ;pompei,arria marcela,théâtre,inscription,graffiti

ces temples voués à des dieux passés à l’état mythologique et qui alors n’avaient pas un athée photo 5-1 copie.JPG; ces boutiques où ne manque que le marchand ;

ces cabarets où se voit encore sur le marbre la tache circulaire laissée par la tasse des buveurs ;pompei,arria marcela,théâtre,inscription,graffiti

cette caserne aux colonnes peintes d’ocre et de minium que les soldats ont égratignée de caricatures de combattants, et ces doubles théâtres de drame et de chant juxtaposés, qui pourraient reprendre leurs représentations, si la troupe qui les desservait, réduite à l’état d’argile, n’était pas occupée, peut-être, à luter le bondon d’un tonneau de bière ou à boucher une fente de mur, comme la poussière d’Alexandre et de César, selon la mélancolique réflexion d’Hamlet.

Fabio monta sur le thymelé du théâtre tragique tandis que Octavien et Max grimpaient jusqu’en haut des gradins,photo 5.JPG et là il se mit à débiter avec force gestes les morceaux de poésie qui lui venaient à la tête, au grand effroi des lézards, qui se dispersaient en frétillant de la queue et en se tapissant dans les fentes des assises ruinées ; et quoique les vases d’airain ou de terre, destinés à répercuter les sons, n’existassent plus, sa voix n’en résonnait pas moins pleine et vibrante. 

Toutes photos : ©Véronique Guillaume

12 mars 2014

Comment parler d'un livre ?

L'objectif est d'éviter les adjectifs banals et triviaux qui complimentent ou détruisent en bloc sans dire précisément les choses. (Du type « c'est bien, c'est génial, c'est nul, c'est bof »)

Dans un avis personnel, on cherche avant tout à être précis, nuancé.

 

 

I – Si le livre t'a plu, c'est que tu y as trouvé le plaisir que tu cherchais :

 

1 – Des émotions, de la sensibilité :

  • Il est émouvant, poignant, intense, sensible, tendre, gai, joyeux, optimiste, frais ;

  •  

  • les personnages sont attachants, réalistes, bien campés ; tu t'es identifié(e) aux personnages , ils sont denses, complexes, vivants, vrais ;

  •  

  • le livre t'a fait rire, c'est un livre drôle, comique, et même hilarant, plein de fantaisie, sa lecture est tonifiante

2 – de l'aventure :

  • l'histoire est dépaysante si elle te permet de découvrir d'autres univers, d'autres paysages ;
  • elle est palpitante, prenante, captivante, pleine de suspense, à rebondissements

3 – de l'intrigue (roman à énigme, roman policier) :

  • l'histoire est captivante, pleine de suspense, à rebondissements, bien / habilement construite, ingénieuse, bien ficelée (fam.),
  • la chute est surprenante, inattendue, l'intrigue est habile

4 – de l'évasion :

  • c'est un livre distrayant, il est d'une lecture divertissante, dépaysante, exotique, pittoresque

5 – des connaissances nouvelles :

  • il est intéressant, instructif, érudit, bien documenté, original, sa lecture est stimulante, fructueuse, utile.

 

Tu as vraiment beaucoup aimé le livre : il est passionnant, fascinant, foisonnant, magnifique ; tu l'as lu d'une traite, il t'a captivé(e), ensorcelé(e).

 

 

II – Si le livre t'a déplu, c'est peut-être que tu l'as trouvé :

 

  • difficile d'accès : il parle de choses difficiles à comprendre à ton âge, il emploie un vocabulaire ancien car il a été écrit il y a plusieurs siècles ; l'intrigue confuse, embrouillée

  • décevant : tu t'attendais à mieux ; il est inégal : parfois agréable et vif, parfois ennuyeux et raté ;

  • mal écrit, truffé de fautes, lourd, répétitif ;

  • ennuyeux, sans épaisseur : les personnages manquent de vie, ils sont peu fouillés, inconsistants ; personne ne se conduit comme ça.

  • dépourvu d'intérêt, bête, stupide, inepte, pitoyable ( il fait pitié) ; médiocre, fade, banal, trivial, commun, insipide, superficiel

  • pénible, sa lecture est fastidieuse, il est inintéressant, soporifique, bavard ;

  •  

  • invraisemblable, on n'y croit pas une seconde,

  •  

  • mièvre (syn. fam : gnangnan), simplet ;

  • inquiétant, sinistre ; sa lecture t'a mis(e) mal à l'aise, gêné(e), dégoûté(e) ; tu as trouvé le livre répugnant

  • énervant, agaçant, horripilant

 

 

Si tu n'as pas compris, il ne t'a ni plu ni déplu, tu ne peux pas donner ton avis.

23 juin 2011

Le mauvais moutard

lemoutardimages.pdf

consignes 4è4 :

Rédige à partir de l'image 2 ( le cours de grammaire)un texte explicatif avec vocabulaire scientifique et ton humortistique qui expliquera pourquoi le mauvais moutard dit qu'il n'aime pas la grammaire.

12:13 Écrit par Vega dans Français 4ème | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |  Imprimer |

22 juin 2011

Le Portrait du mauvais moutard

 

Écriture du portrait du mauvais moutard :

Le mauvais moutard est …(écris plusieurs adjectifs qui le caractérisent)

D'ailleurs ça se voit dès qu'on le rencontre. Il…(Fais son portrait rapide qui illustre les adjectifs. C'est un portrait physique)

Un jour, il… (raconte une anecdote qui illustre les adjectifs)

Quel mauvais moutard !

Consignes d'aide :

Organise le portrait physique : de haut en bas / en partant de la silhouette générale pour finir vers des détails précis /

Utilise des verbes d'actions pour dynamiser la description. Essaie de n'ajouter ni verbe être ni verbe avoir (voir sur le blog)

09:57 Écrit par Vega dans Français 4ème | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |  Imprimer |

19 juin 2011

Du mouvement pour dynamiser une description

Le Magasin des mots :  Pour dynamiser une description
ou comment donner l'impression que c'est vivant et que ça bouge

 

1- Verbes évitant d'employer « être » et « il y a »
Demeurer, devenir, rester, sembler, paraître, avoir l'air, passer pour, considérer comme...
se dresser, se tenir, apparaître

2- Verbes d'action et de mouvement pour éviter de s'ennuyer pendant les descriptions de personne, d'objets et de paysages :

Grimper, monter, encadrer, accéder, affleurer, sourdre, se dresser, émerger,  bondir, se jeter, jaillir, descendre, tomber, pendre, couvrir, s'enfoncer, dépasser, cascader, dévaler, s'étaler, s'étendre, refléter, ouvrir, découvrir,  se cacher, disparaître, tourner, tournoyer, onduler, ondoyer, serpenter, se balancer, traverser, fuir, s'échapper, s'agiter, courir, sauter, sautiller, luire, briller, étinceler, scintiller...

3- Noms dérivés de quelques verbes précédents :

la montée - l'accès - la descente - la cascade - l'étalement - l'étendue - le reflet - l'ouverture - la découverte - la cachette - la disparition - le tournoiemen t- l'ondulation - le balancement - la traversée - la fuite - l'agitation - la course - le saut - la lueur - la brillance - le scintillement…

4- Pour créer une image particulière : deux exemples


a) champ lexical de l'eau :

onde, remous, vague, écume, goutte, gouttelette, mer, océan, lac, rivière, ruisseau, filet, torrent, déluge,
couler, pleuvoir, goutter, ruisseler,


b)  champ lexical de la lumière
verbes : briller, scintiller, éclairer, luire, illuminer, éblouir,  allumer, étinceler, resplendir, rougeoyer,
noms : éclat, lueur, splendeur, scintillement, transparence, éblouissement
adjectifs : diaphane, transparent, luisant, brillant, splendide, resplendissant, illuminé, constellé, éblouissant, lumineux, scintillant, éclatant,

16 juin 2011

l'Orthographe par le jeu : son final en é

Fais tous les modules de ce jeu interactif avant d'envoyer tes résultats par commentaire (avant mardi soir 21 juin, c'est la fête de la musique )

http://www.ccdmd.qc.ca/fr/jeux_pedagogiques/?id=1066&...

16:39 Écrit par Vega dans Français 4ème | Lien permanent | Commentaires (21) |  Facebook | | |  Imprimer |

31 mai 2011

4è4 : où est l'exercice de vocabulaire ?

Par ici, en date du 23 mai 2010

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/8913156394667427/...

Allez, hop, comme ça vous ne me direz plus des choses aussi galvaudées et absconses que "ouaouh il a trop la rage don Diègue ! " 

16 mai 2011

Prix des incorruptibles : on en discute le jeudi 19 mai

Bonsoir à tous, 

J'espère que vous avez pu finir tranquillement vos lectures (vous, c'est Kamel, Anaïs, Anna, Sarah, Marie, Claire, Marine, Victorien, Torn, Clara J., Marion, Margot, Rachel, Lucas et Anne). Nous avons besoin de deux heures pour discuter des 6 romans avant que vous ne vous prononciez sur le vote. Monsieur Eloy nous a donc accordé (à Madame Rigout et moi-même) le créneau S3 et S4 de ce jeudi 19 mai. Donc nous nous réunissons au CDI après la récréation pour débattre. Apportez les livres, vos notes de lecture, aiguisez vos esprits et affûtez vos arguments ! Que le meilleur gagne et que le plus mauvais perde !

Les 4è 5, vous aurez donc sans doute conclu qu'il n'y a pas cours de français et de latin à ces mêmes heures… je vous vois déjà pleurer (de joie, ça va j'ai compris).

Vous savez déjà pour qui vous allez voter ?

21:45 Écrit par Vega dans Français 4ème | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : lecture, prix littéraire |  Facebook | | |  Imprimer |

10 avril 2011

4è 4 et 4è 5 : Le Cid, travail à faire pour la rentrée de mai

Travail à faire pour la rentrée de Mai :

Pour Jeudi 5 : Apprendre par coeur la tirade de Don Diègue jusqu'à "vivre dans la honte ?" avec les liaisons, les différences entre é et è, comme j'aime, quoi …

+ la scène 2 Acte II entre Rodrigue et le Comte  jusqu'à invincible : apprenez les deux rôles (en faisant la différence entre les personnages) : je vous interrogerai au choix sur Don Diègue, Rodrigue ou le Comte. (Pour les  4è 5, cette scène est à apprendre pour le vendredi 15 avril après-midi)

EDIT :  grâce à Rachel (merci à elle !), je rajoute les textes  

dans ce fichier à télécharger vous trouverez la tirade de DonDiègue (I, 4)

lecid-acteI.doc

et ci-dessous la scène de l'affrontement entre Rodrigue et son futur /ex/beau-père (il n'y a que la partie à apprendre)

Acte II, scène 2 – Le Comte, don Rodrigue

La place devant le palais royal.

DON RODRIGUE. — À moi, comte, deux mots.

LE COMTE. — Parle.

DON RODRIGUE. — Ôte-moi d’un doute.

Connais-tu bien don Diègue ?

LE COMTE. — Oui.

DON RODRIGUE. — Parlons bas ; écoute.

Sais-tu que ce vieillard fut la même vertu,

La vaillance et l’honneur de son temps ? Le sais-tu ?

LE COMTE. — Peut-être.

DON RODRIGUE. — Cette ardeur que dans les yeux je porte,

Sais-tu que c’est son sang ? le sais-tu ?

LE COMTE. — Que m’importe ?

DON RODRIGUE. — À quatre pas d’ici je te le fais savoir.

LE COMTE. — Jeune présomptueux !

DON RODRIGUE. — Parle sans t’émouvoir.

Je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées

La valeur n’attend point le nombre des années.

LE COMTE. — Te mesurer à moi ! qui t’a rendu si vain,

Toi qu’on n’a jamais vu les armes à la main !

DON RODRIGUE. — Mes pareils à deux fois ne se font point connaître,

Et pour leurs coups d’essai veulent des coups de maître.

LE COMTE. — Sais-tu bien qui je suis ?

DON RODRIGUE. — Oui ; tout autre que moi

Au seul bruit de ton nom pourrait trembler d’effroi.

Les palmes dont je vois ta tête si couverte

Semblent porter écrit le destin de ma perte.

J’attaque en téméraire un bras toujours vainqueur,

Mais j’aurai trop de force, ayant assez de cœur.

À qui venge son père il n’est rien impossible.

Ton bras est invaincu, mais non pas invincible.


Pour mercredi 4 :  Préparez les  3 questions sur le texte III, 4 en postant vos travaux dans les commentaires. Je ne les ferai pas paraître immédiatement, donc vous ne pourrez pas voir ce que vous écrivez - ni ce que vos camarades écrivent ! et je noterai vos préparations.

http://lelivrescolaire.fr/1689/2_De_la_joute_verbale_a_l_...

1 - Pourquoi Rodrigue vient-il voir Chimène ? En quoi cette action est -elle particulièrement courageuse?

2 - Le registre pathétique est destiné à émouvoir le lecteur ou le spectateur devant une souffrance inhumaine et   à déclencher la compassion du public. En quoi l'action de cette scène est-elle pathétique ? Les mots employés la rendent pathétique ; relève dans un tableau

 3 expressions exclamatives                     
une apostrophe  
3 mots du champ lexical de la douleur  
3 mots du champ lexical de l'amour  
3 mots du champ lexical de la colère  

 3- Dans le dernier vers , quel aveu Chimène fait-elle à Rodrigue ? Explique clairement.

 

Pour Vendredi 5 : Prépare les questions sur la tirade de Rodrigue IV, 3

http://lelivrescolaire.fr/1690/2_Le_recit_du_combat_quand...

1 - Résume la bataille en quelques phrases, en expliquant le stratagème inventé par Rodrigue.

2 - Relève deux hyperboles et deux expressions particulièrement poétiques.

3 - A quel temps sont principalement conjugués les verbes de ce récit ? Quelle valeur cela ajoute-t-il à cet extrait ? Pourquoi Corneille a -t-il choisi de ne pas représenter la bataille sur la scène du théâtre ?

19:35 Écrit par Vega dans Français 4ème | Lien permanent | Commentaires (36) |  Facebook | | |  Imprimer |

01 avril 2011

Rencontre avec Pauline Alphen : je me souviens

Je me souviens d'une femme avec des cheveux roux qui ondulaient, d'un pull rose cyclamen et d'une bague avec une pierre rouge

Je me souviens qu'elle est restée longtemps, plus longtemps que prévu et que j'en ai été ravie

Je me souviens que chacun a participé

Je me souviens qu'elle a touché Nabil du bras parce qu'il devait faire trop de bruit

Je me souviens qu'elle apporté des photos qui sont fixées au mur de la cabane en bois où elle écrit, une avec une crête qui se finit en tête de dragon

Je me souviens qu'elle a écrit Salicande en 2 ans, à raison de 7 heures d'écriture par jour

Je me souviens qu'elle connaît déjà la phrase qui finira les Eveilleurs, mais qu'elle ne sait pas comment elle va y arriver

Je me souviens qu'elle a écrit des dizaines de poèmes, et qu'elle ne se croyait pas capable d'écrire 10 pages de prose

Je me souviens que l'idée d'écrire les Eveilleurs lui est venue un jour de pluie où elle courait après le bus qu'elle venait de rater

Je me souviens avoir pensé à ce moment-là que l'eau est un élément Yin et qu'il y a beaucoup d'eau dans les Eveilleurs

Je me souviens qu'elle organise en tableaux le plan de son roman, avec des intertitres, les personnages actifs et ceux évoqués, le point de vue adopté dans le chapitre, les références et citations des livres et des films, les éléments propres à la fantasy et un petit résumé

Je me souviens qu'elle a dit que la fin s'écrivait avant le début et avant le milieu

Je me souviens qu'elle ne parle que de ce qu'elle aime

Je me souviens qu'elle pratique le Yi king, la capoeira, qu'elle connaît Borges

Je me souviens qu'elle a fait deux allusions au bouddhisme : une avec Maya, qui signifie illusion, l'autre avec le titre des Eveilleurs

Je me souviens que Nicolas a formulé une question géniale, spontanément, bien plus belle que celle que je lui avais préparée, et que j'ai pensé qu'il y avait de la lumière dans ce garçon

Je me souviens avoir pensé : "Nicolas sait, mais il ne sait pas qu'il sait."

Je me souviens de mon impatience à entendre la question de Marion

Je me souviens qu'elle range sa bibliothèque par affinités entre écrivains

Je me souviens que Benoît n'était pas là et que c'était dommage

Je me souviens qu'elle avait des bottines "rouge hermès" avec des lignes serpentines grises asymétriques différentes sur chaque pied

Je me souviens que Mme  Rigout a fait descendre les stores au début pour mettre un peu de couleur

Je me souviens qu'en arrivant elle portait à la main un masque de carnaval à baguette avec des plumes

Je me souviens qu'elle a porté Salicande en tête pendant 10 ans

Je me souviens qu'elle lisait plein de livres quand elle était petite

Je me souviens quelle a eu cette idée grâce à  l'Odyssée d'Ulysse son premier livre

Je me souviens que son 1er lecteur était son fils

Je me souviens que Huseyin est arrivé en retard

Je me souviens de la bonne humeur des élèves et de l'auteure

Je me souviens que son fils met des symboles sur ses brouillons

Je me souviens de l'amour de l'auteure pour son public et ses livres

Je me souviens qu'elle n'était vraiment pas pressée de partir

Je me souviens qu'elle a arrêté son travail pour consacrer 7 heures par jour à l'écriture

Je me souviens quand elle a sorti de son sac, un masque, un grand foulard violet et plus tard son porte-vue

Je me souviens que Pauline retrouvait  le caractère de  sa fille dans Claris et qu'elle retrouvait le caractère de son fils dans le personnage de Ugh.

Je me souviens que vous avez dit que les noms des films que vous avez cités vous avaient plu et pour les livres également.

Je me souviens qu'elle a mis 2 ans à écrire son livre.

Je me souviens qu'elle a commencé a écrire à 10 ans .

Je me souviens qu'elle n'était pas pressée de finir !

Je me souviens que son premier souvenir de lecture est Contes et récits tirés de l'Iliade et de l'Odyssée, un livre à reliure blanche avec des lignes dorées, et que j'en ai lu plein de cette collection quand j'étais petite, surtout les Contes Persans

Je me souviens de sa suprise lorsqu' Anne a proposé de faire un texte avec tous les intertitres mis bout à bout

 Je me souviens de sa façon de parler de ses personnages : ils "arrivent tous les cinq" pour la famille Borges, "ils sont là et elle ne peut plus les effacer, faire comme s'ils n'avaient pas exister" et que j'ai trouvé que ça les rendait très vivants et non pas créés

 Je me souviens qu'elle a découvert le Seigneur des Anneaux à 14 ans et que depuis elle le relit tous les ans et pleure toujours aux mêmes épisodes, et même avant par anticipation !

Je me souviens qu'elle aime Ravages de René Barjavel

Je me souviens qu'elle portait beaucoup d'attention aux questions de chaque élève




 

 

19:05 Écrit par Vega dans Français 4ème | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |  Imprimer |

30 mars 2011

Les terminaisons du présent de l'indicatif

Carte à agrandir en cliquant dessus et à imprimer (en couleurs !).  Pense à paramétrer l'imprimante en format paysage.

 

Les terminaisons du présent de l'indicatif36.jpg
Ou bien cette autre carte avec les mêmes renseignements LES TERMINAISONS DU PRÉSENT DE L'INDICATIF.gif
Pour vérifier que tu sais conjuguer le présent, je te propose une évaluation sur la toile à cette adresse :http://www.trusiad.fr/interactifs/presentind.html
C'est le site d'un de mes collègues de Nantes. Fais les 4 exercices qui te sont demandés : il y en a un par page et tu dois les faire en entier et dans l'ordre, ils vont du plus simple au plus difficile. Si tu fais des erreurs, le cadre apparaîtra en rouge : tu peux alors corriger et demander une nouvelle évaluation. Si tout va bien, le cadre sera en vert. Clique ensuite sur "continuer". A chaque fois, note sur ton cahier la date, le nom de l'exercice et ton score.

 

Les 4è5 rencontrent Pauline Alphen

Hello everybody, 

C'est après-demain le grand jour ! Nous commencerons le travail à 8 h avec Mme Rigout : installation de la salle, mise en ordre ; aussi il n'y aura pas cours de latin et ensuite vous n'aurez pas cours d'anglais non plus car Pauline Alphen nous rejoindra pour  8 h 45 jusqu'à 10 heures. Donc la récréation sera écourtée : prière de ne pas se lever de sa chaise sous prétexte que " ça a sonné M'dame !". Puis de toute façon vous n'aurez peut-être pas envie de sortir… On va essayer de garder quelques minutes pour les dédicaces, mais si on n'a pas le temps, vous aurez le loisir d'aller au Salon du Livre sous le chapiteau blanc samedi, en famille ou entre copains.

Je récapitule là où nous en sommes arrivés ce matin :  

nous démarrerons la rencontre par un constat sur le livre, je ne sais pas encore lequel, mais j'ai en tête une analyse personnelle, une remarque impliquée que je confierai à qui voudra bien commencer (j'ai ma petite idée mais je vous la confierai demain).

Chacun d'entre vous prendra la parole pour :

1 - débuter par une remarque ou un constat perso sur le livre / la vie / l'amour/ les gens / tout ça…

2 - poursuivre par une question impliquée (ça veut dire une question qui m'intéresse, moi XY, que je peux développer, préciser par un exemple, comme nous avons fait ce matin avec Laurine.) Donc n'importe qui ne peut pas prendre en charge n'importe quelle question !

Je vous demande donc pour demain

1 - Pour Valentin, Nicolas et Anthony  : de FINIR le livre

2 - pour tous : de me dire par commentaire quelle(s) question(s) vous voulez prendre en charge ou quel thème vous intéresse (carte n° 1) puis de vous entraîner oralement, devant votre miroir par exemple, à préparer le constat perso (aide dans votre lecture + la carte n°2) + la question, en imaginant que P.A. vous demande des détails sur ce que vous voulez (allez, hop, du théâtre dans la salle de bains !)

Pas moyen de publier le fichier.xmind de la carte heuristique sur ce blog, je vais donc essayer de la transférer en photo, en espérant que ce soit lisible !

Ci-dessous, la carte de la rencontre classé par type de questions (Pourquoi/ Est-ce que  etc…) Cliquez dessus pour l'afficher en grand.

Rencontre Pauline Alphen.jpg

Je sais, c'est écrit tout petit, alors à vos loupes !

 Voici ensuite la carte des Eveilleurs où nous avions noté les remarques et mots-clés

les Eveilleurs.jpg

Et pour finir la carte du déroulé que nous avons faite ce matin ensemble, qui reprend la 1 ère mais dans un  ordre thématique et qui pour l'instant n'est pas finie (on s'en occupera demain)

déroulé.jpg

Bonne après-midi et à demain en salle 209.

EDIT du 31 mars : je remets en ligne la nouvelle carte du déroulé.

déroulé2.jpg

15:36 Écrit par Vega dans Français 4ème | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | | |  Imprimer |

24 mars 2011

Ecrire une critique théâtrale


1er § : L'accroche . Résume ta critique en une ou deux phrases brèves et accrocheuses, comme un slogan de publicité, pour inciter le lecteur à lire ton texte. N'hésite pas à utiliser une image, des jeux de mots, de sons, une antithèse….En général tu trouveras ton accroche quand le texte sera fini.

2 è § : La mise en contexte. Tu dois répondre à ces questions, dans l'ordre qui te paraît le plus pertinent: qui ? où ? quand ? quoi ?

Ce serait bien également faire référence au moment où le spectateur attend le lever du rideau, distingue des bruits, un décor, où se crée une certaine attente.

3è § : L'histoire : de quoi ça parle ? Décris le spectacle et son histoire, ce qu'il raconte, pour informer le lecteur qui n'a pas vu le spectacle . Il doit pouvoir comprendre de quoi il s'agit.
Décris aussi la manière dont est racontée l'histoire : par ceux qui la vivent ? Par d'autres ? Sur le moment ou après coup ? Y a-t-il des analepses ? Y a -t-il des éléments de mise en scène particuliers ?

4è § : Ton avis. En te référant aux différents aspects du spectacle (lumières, décors, costumes, musique, jeu des comédiens), explique en quoi certains de ces éléments ou leur mariage ont été pour toi évocateurs, touchants, réussis ou décevants. Fais systématiquement référence à un aspect précis du spectacle. Que signifient-ils ? Ont-ils ajouté quelque chose à l'histoire ou lui ont-ils nui ? Cette critique fait appel à ta subjectivité ; tu dois être sincère, t'impliquer fortement dans ton analyse.

5è § : Conclusion. Rédige une dernière phrase qui résume ton appréciation du spectacle. Une phrase personnelle et libre, bien entendu !