Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02 octobre 2009

Mémoriser l'orthographe d'un mot

Une  vidéo d'Alain Sotto qui a crée le site cancres.com, une méthode simple applicable à tout âge…Dis-moi ce que tu en penses dans les commentaires !

15 septembre 2009

Journal de lecture



Cette année, je te propose de tenir un journal de lecteur. Ce sera un peu comme ton journal  mais ça ne concernera que tes lectures. Toutes : les obligatoires, les pas obligées, les agréables, les ennuyeuses, les romans, les mangas etc.
Ce journal te sera personnel  mais ne sera ni intime ni privé : il est destiné à être lu, montré, partagé : pour moi, tes camarades, tes parents, tout ton entourage. Un Facebook de la lecture.

Voici ce que je te demande :

Procure- toi un cahier, un carnet, des feuilles à relier ou ton ordinateur, choisis ce que tu préfères, ce qui est le plus pratique pour toi, ce qui te met le plus à l'aise.
Fais-en quelque chose de beau : tu pourras non seulement écrire (dans tous les sens) mais aussi dessiner, peindre, coller etc.

Que vas-tu écrire ?
Obligatoirement le titre, l'auteur, l'éditeur ; puis la date de tes lectures.

Ensuite , au choix : le résumé des événements importants ; des dessins qui reprennent les moments clés de l'histoire ; des portraits des personnages ou des caricatures; la liste des choses les plus belles ou les plus stupides que tu aies lues ; une analyse des personnages ; des poèmes ; une lettre d'admiration ou de révolte à l'auteur (aucune importance s'il est mort, sois sûr(e) qu'elle lui parviendra quand même ) ; un dictionnaire des mots inconnus, émouvants, drôles ; une identification à un des personnages, expliquée ou non ; une analyse, un commentaire ; un pastiche, une parodie ; un lien avec d'autres lectures, avec des évènements de ta vie.
S'il y a quelque chose dans tout cela qui te plaît mais que tu n'arrives pas encore à écrire, demande-moi de l'aide.


Pour t'aider à faire vivre cette communauté de lecteurs, je vais mettre en place avec Mme Rigout une bibliothèque de classe :10 livres (ou à peu près) que nous adorons, que nous avons lus,à ton  âge ou presque, qu'il faut absolument que tu lises aussi parce que ce serait trop bête de mourir avant. Tu n'es pas obligé de les lire tous. Tu n'es même pas obligé d'en lire un seul. Juste, je t'invite- nous t'invitons- à une fête, à partager quelque chose.

Je te souhaite de belles lectures.
Véronique Guillaume

23:15 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |  Imprimer |

10 septembre 2009

Lettres étonnantes 2

A  M. DE COULANGES

A Paris, ce lundi 15 décembre 1667

 

Je m'en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe, la plus singulière, la plus extraordinaire, la plus incroyable, la plus imprévue, la plus grande, la plus petite, la plus rare, la plus commune, la plus éclatante, la plus secrète jusqu'aujourd'hui, la plus brillante, la plus digne d'envie : enfin une chose dont on ne trouve qu'un exemples dans les siècles passés, encore cet exemple n'est-il pas juste ; une chose que l'on ne peut pas croire à Paris (comment la pourrait-on croire à Lyon ?) ; une chose qui fait crier miséricorde à tout le monde ; une chose qui comble de joie Mme de Rohan et Mme d'Hauterive- ; une chose enfin qui se fera dimanche, où ceux qui la verront croiront avoir la berlue ; une chose qui se fera dimanche, et qui ne sera peut-être pas faite lundi. Je ne puis me résoudre à la dire ; devinez-la : je vous le donne en trois. Jetez-vous votre langue aux chiens ? Eh bien il faut donc vous la dire : M de Lauzun épouse dimanche au Louvre, devinez qui ? je vous le donne en quatre, je vous le donne en dix, je vous le donne en cent. Mme de Coulanges dit : " Voilà qui est bien difficile à deviner ; c'est Mme de la Vallière. - Point du tout, Madame. C'est donc Mlle de Retz ? -. Point du tout, vous êtes bien provinciale. - Vraiment nous sommes bien bêtes, dites-vous, c'est Mlle Colbert. - Encore moins. - C'est assurément Mlle de Créquy. - Vous n'y êtes pas. Il faut donc à la fin vous le dire : il épouse, dimanche, au Louvre, avec la permission du Roi, Mademoiselle de..., Mademoiselle.... devinez le nom : il épouse Mademoiselle, ma foi par ma foi ma foi jurée Mademoiselle, la grande Mademoiselle ; Mademoiselle, fille de feu Monsieur ; Mademoiselle, petite-fille de Henri IV ; Mlle d'Eu, Mlle de Dombes, Mlle de Montpensier, Mlle d'Orléans, Mademoiselle, cousine germaine du Roi ; Mademoiselle, destinée au trône; Mademoiselle, le seul parti de France qui fût digne de Monsieur. "

Voilà un beau sujet de discourir. Si vous criez, si vous êtes hors de vous-même, si vous dites que nous avons menti, que cela est faux, qu'on se moque de vous, que voilà une belle raillerie, que cela est bien fade à imaginer ; si enfin vous nous dites des injures : nous trouverons que vous avez raison ; nous en avons fait autant que vous.

Madame de Sévigné


Pour étudier le texte : Travail de groupe, par 3 ou 4 puis mise en commun avec un secrétaire par groupe.

Qui écrit ? A qui ? Quand et où ? A cause de quoi écrit-elle  ? Quel but cherche-t-elle à atteindre ?

 

Pour bien comprendre le contexte de cette lettre, tu vas devoir chercher des renseignements sur son auteur.

 

A CONSULTER POUR TROUVER LES REPONSES

Pour ces rubriques tu consulteras:

 une encyclopédie ou un  dictionnaire

http://www.histoire-en-ligne.com

 Wikipédia

http://www.evene.fr/celebre/biographie/madame-de-sevigne-...

Réalisation d’une fiche biographique

Prénom + Nom de l’auteur ( + pseudonyme éventuel)

 

 Renseignements généraux sur Mme de Sévigné

 

1. Nationalité

2. Identité complète

3. Dates de naissance et de mort

4 .  Siècle où a été écrit l’essentiel de son œuvre

 

5. Qu' a écrit Mme de Sévigné ?

 

6.  Biographie courte : la difficulté est de parvenir à sélectionner parmi une grande abondance de renseignements ceux qui sont intéressants pour toi. Il est hors de question de recopier le dictionnaire. Simplifie, résume. Tout mot incompris doit être éliminé : reconstruis la phrase simplement.

Dans un tableau à 2 colonnes et 6 lignes, indique les 5 dates et les 5 évènements importants de sa vie.

 

 

La vie privée de Mme de Sévigné ( consulter Evène)

7. Qui est Mme de Grignan ? Où habite-t-elle ? Où habite Mme de Sévigné ?

8. De qui refusa-t- elle les avances ? Qui était-il ?

9. Qui est M. FOUQUET ?

10. Qu'est -il arrivé à la tombe de Mme de Sévigné ?

 Citation de Mme de Sévigné

Sur évène, choisis une citation de Mme de Sévigné, recopie- la ci dessous et explique ce qu'elle signifie.

 

 

12:25 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |  Imprimer |

Lettres étonnantes 1

Comment déclarer son amour quand on est très timide ?

Voici une réponse possible parmi tant d'autres :

lettrecryptée1.jpg

Cette lettre est extraite du recueil de Gilbert Salachas, Lettres à moitié timbrées, éditions Atelier Akimbo.

Quels procédés son auteur a-t-il trouvé pour camoufler son message ?

 

11:37 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

09 septembre 2009

Commentaires et orthographe

Bonjour à vous qui me lisez.

Avez-vous remarqué que je mettais un point d'honneur à ne pas laisser traîner d'erreurs d'orthographe ?

Bien sûr , nul n'est à l'abri d'une faute de frappe ; mais dans la mesure du possible, je me relis et je corrige tout ce qui me paraît inexact. Si un élève me signale un mot mal écrit, j'essaie d'y remédier .

Pourquoi donc ?

Parce que pour moi l'orthographe d'un texte est un comme un vêtement, un bijou ou un maquillage . C'est beau,c'est propre,  ça veut dire quelque chose et on ne fait pas n'importe quoi avec, sauf si on s'amuse, exprès et qu'on fait de la cacographie.

vou savé, là cacographie s'est kan jé crie comssa equssprait pour ke vou reflechisier ala fasson don vou zécriver.

Je parie que là vous aviez plus de mal à me lire ?(Et imaginez-moi en train de lire vos rédactions …)

Alors , à votre avis, qu'est-ce qu'on écrit qund on laisse un commentaire ? Une phrase orthographiée ou "cacographiée" ?

22:30 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

08 septembre 2009

Blog mode d'emploi

BRAVO !

Si tu réussis à lire cette note, c'est que tu as réussi à respecter les consignes.

Voici mon blog de travail.

Dans cette partie, j'écris des notes, des billets. Ils apparaissent dans l'ordre chronologique, le plus récent est en haut et  ils sont classés par catégorie : regarde en dessous, c'est indiqué en orange. A chaque fois que tu viens, tu peux laisser un commentaire (regarde en dessous également).

A gauche de mes billets, il y a un menu sur fond jaune orangé avec plusieurs rubriques.

1- En haut, Le latin sur la Toile indique plusieurs sites utiles pour les latinistes qui veulent lire ou écouter du latin sur le web.

2- En dessous, des images classées par album : photos, tableaux, objets d'art etc

3-Les catégories, un  outil de recherche qui me permet de classer mes billets et qui te permet de les retrouver plus facilement.

4- Puis une photo que j'aime bien, je l'ai prise dans la forêt des Vaseix.

5-Un calendrier : en orange apparaissent les jours où j'ai écrit des billets.

6-Les notes récentes que j'ai publiées.

7- A propos donne quelques rapides renseignements sur le rôle de ce blog.

8-Les tags : ce sont des mots-clés avec lesquels tu peux faire une recherche sur ce blog-ci. Un clic sur un mot te donnera toutes les notes qui se rapportent à ce mot (mais pas les notes dans lesquels le mot apparaît !)

9- Les commentaires récents laissés par mes visiteurs.

 

Maintenant, laisse-moi un commentaire ! Clique sur le mot "commentaire" en orange sous cette note et remplis les cases demandées.

Enfin, va voir la citation du jour et recopie-la dans ton grand cahier de français en indiquant bien la date.

11:25 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : mode d'emploi |  Facebook | | |  Imprimer |

24 juin 2009

Comment commencer un récit ?



MADAME, JE NE SAIS PAS COMMENT COMMENCER MA RÉDAC !(AIR CONNU)
Comment commencer un récit (qu'il soit par la suite argumentatif , dialogué, narratif...)? Sur le thème « parviendrai- je à convaincre ma mère  de me laisser sortir? », voici comment tu pourrais débuter.


Début 1

Je présente la situation et les circonstances de départ (à l'imparfait), puis la 1ère action (au passé simple) :


C'était un samedi après-midi orageux  et triste de novembre. J'avais lu tous mes livres, écouté tous mes disques. Je m'ennuyais ferme sur mon lit, quand le téléphone sonna. C'était Delphine qui me dit : « Est-ce que tu viendrais au cinéma avec moi ce soir ? »


Intérêt

Assurer la compréhension immédiate de l'histoire en répondant aux questions fondamentales : Qui ? Où ? Quand ? Quoi?
Classique, clair, sans risque, pas très original mais c'est rassurant.

!!! ne raconte pas  tout le coup de fil !!!


Début 2

Je présente directement une action au passé simple :


La voix de Delphine résonna dans le téléphone : elle m' invitait au cinéma pour voir Brad Pitt et Leonard di Caprio. Je sautai de joie. Mais ma mère serait-elle aussi contente ?

Intérêt

Plonger le lecteur dans l'action dès les 1ères lignes. Tu crées un intérêt immédiat.


Début 3

Commencer par un très court dialogue, puis fournir les détails sur les circonstances de l'action :


« Brad Pitt et Leonardo di Caprio sur écran géant, ce soir, ça te dirait ? »
On pouvait dire que Delphine avait le chic pour me remonter instantanément le moral, même par le plus brumeux des après-midis de novembre.
« Bon, c'est ok, préviens ta mère, on se retrouve à 19 h devant les Écrans. » Ma mère. Le hic. Depuis que j'étais en troisième, son vocabulaire s'était curieusement restreint à  deux expressions : « As-tu fait tes devoirs ? » et « C'est pas les enfants qui vont faire la loi. »

Intérêt

Début particulièrement dynamique. Tu crées un effet de vie .


Début 4

Formuler un commentaire, citer un proverbe, une morale :


Il ne faut jurer de rien ! Ce samedi 2 novembre, jour triste s'il en est, Delphine venait de m'inviter à voir en avant-première le dernier Leonardo di Caprio et moi, je me lançais dans un rangement de chambre en forme de tornade blanche avant d'affronter ma mère et son arme de destruction massive : le « Ici, c'est moi qui commande. »

Intérêt

Tu donnes dès le début une idée de ce qui va se passer (à condition que le commentaire soit en rapport avec l'histoire, quand même !).
Le lecteur se demande comment vont se dérouler les faits, il a déjà compris comment cela doit finir. Pas de suspense, intérêt augmenté pour l'enchaînement des faits et la psychologie des personnages. (Ici, la fille a un a priori négatif sur sa mère , elle est persuadée qu'elle va refuser sa demande mais tout s'arrangera à la fin.)

00:25 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

18 juin 2009

Comment écrire une rédaction ?

I - ÉCRIRE UN RÉCIT

1. Je structure mon récit avec 3 composantes essentielles :

a) l'introduction : elle situe l'action en répondant aux questions importantes : qui ? quoi ? où ? quand ? comment ? à cause de qui ? dans quel but ?

b) les faits, développés en plusieurs paragraphes. Ils s'enchaînent logiquement  et les § commencent par des adverbes chronologiques ou logiques variés : puis, alors, mais, enfin, plus tard , néanmoins…

c) un § final de quelques lignes précise la situation finale.

2. Je détermine la voix du narrateur :

a) 1ère personne : le narrateur participe à l'action, on aura accès à ses pensées et ses sentiments

b) 3ème personne : le narrateur ne vit pas les faits qu'il raconte, il n'apparaît pas dans le récit.

3. Je détermine le système des temps du récit :

a) si le passé simple est le temps de référence, j'utiliserai l'imparfait pour le 2ème plan et le décor, le plus-que -parfait pour le passé lointain et le conditionnel pour l'avenir.

b) Si le présent est le temps de référence, j'utiliserai l'imparfait et le passé composé pour le passé, le future pour l'avenir.

4. En fonction de ce que me demande le sujet, j'enrichis mon texte de

a) dialogue

b) description

c) analyse des sentiments

d) argumentation

 

II – ÉCRIRE UNE SUITE DE TEXTE


1. Elle doit respecter les contraintes narratives et stylistiques du texte de départ, c'est-à-dire garder :

a) le genre du récit (réaliste, science-fiction, fantastique, fantasy, conte merveilleux…)
b) le narrateur et le point de vue
c) l'époque
d) le système des temps
e) les personnages , leurs caractéristiques  et surtout leur façon d'agir et de parler
f) le ton, la langue de l'auteur (c'est le plus difficile : il faut essayer d'imiter le style de quelqu'un d'autre)


2. Je dois donc veiller à


a) éviter l'anachronisme
b) éviter les changements brusques dans les personnages
c) m'appuyer sur le texte et mes réponses aux questions
d) me servir des indications explicites et implicites contenues dans le texte
e) bien comprendre la dernière phrase du texte, car elle oriente vers une suite possible
f) inventer ma première phrase dans la parfaite continuité de la précédente
g) rester cohérent quoiqu'il arrive


3. Je commence par recopier sans guillemets la dernière phrase du texte.

 

 

 

 

 

III – ÉCRIRE UN DIALOGUE


1. Dans un dialogue, les personnages parlent au discours direct. Les temps sont ancrés dans la situation d'énonciation ; j'utiliserai donc le présent, le passé composé, le futur et le mode impératif.


2. Mon dialogue s'inscrit toujours dans un récit qui présente avec la plus grande précision les personnages , les circonstances et le but du dialogue. Je m'interdis donc toute repartie banale et sans intérêt du genre : « Bonjour . - Bonjour. - Ça va ?- Oui et toi ? -Merci d'avoir accepté de venir. - Mais de rien. - Au revoir. - Au revoir.» L'intérêt du dialogue est de faire avancer l'action et de mieux faire connaître les personnages, notamment grâce à leur façon de parler.


3. Dans le cas du dialogue argumentatif, le 3ème intérêt est de  faire entrer des idées intelligentes dans la conversation. Le plan suivra donc le schéma suivant
- Locuteur 1 :  1er argument
- Locuteur 2 : contre-argument 1 + argument 2
- Locuteur 1 : contre-argument 2 + argument 3 et ainsi de suite.


4. Je veille à la correction de la ponctuation :


a) après la dernière phrase du récit, je mets deux points (:) et je vais à la ligne pour la première prise de parole
b) j'ouvre les guillemets pour le locuteur 1,(« )
c) lorsque le 2ème locuteur intervient, je vais à la ligne et je commence par un tiret
d) pour chaque prise de parole, je répète l'étape c)
e) avant le dialogue ou à l'intérieur, j'emploie des verbes de parole variés et qui indiquent précisément la manière de parler des personnages (le ton, la force de la voix, le contenu de la réplique). Voir liste des verbes de dialogue dans le magasin des mots.
f) à la fin de la dernière prise de parole, je ferme les guillemets ( »)


5. Puisque c'est un devoir, mes personnages doivent utiliser le niveau de langue courant ou soutenu, rarement familier. Je m'interdis tout usage de vulgarités.

 

 

 

 

 

IV – ÉCRIRE UNE DESCRIPTION OU UN PORTRAIT

1. Une description permet de donner à voir au lecteur un lieu, un objet, une personne. Au brouillon, je me fabrique une fleur avec les mots qui vont montrer ce que je veux décrire. J'enrichis ma fleur en écrivant dans les derniers pétales des mots évoquant les 5 sens : toucher, vue, goût, ouïe, odorat.

2. Je choisis l'organisation de ma description avec un petit dessin ou un schéma au brouillon :


a) l'observateur est immobile : je le place en hauteur pour qu'il puisse mieux voir ce qu'il va décrire. J'organise ma description avec des connecteurs spatiaux, du plus éloigné (vue d'ensemble) au plus proche (gros plan) : au loin…plus bas …à mes pieds …sur la gauche…etc.
b) L'observateur est en mouvement : il décrit la réalité au fur et à mesure qu'il la découvre. J'organise ma description avec des connecteurs temporels comme tout d'abord…puis…alors…enfin etc.
c) Si c'est le portrait d'une personne, je choisis mon organisation : le physique d'abord, les caractères ensuite, de la silhouette vers les détails ou bien des détails vers la silhouette. Je trouve les caractéristiques vraiment significatives et je décris l'impression qui se dégage de ce personnage.

3. Après l'organisation, je commence ma description par un verbe de perception et j'en ajoute deux autres au cours de mon texte.

4. J'enrichis les noms avec des expansions précises et variées : adjectifs épithètes, CDN, relatives pour décrire les formes, les couleurs, les matières et les sensations.

5. Je supprime tous les  « il y a » et les verbes « être » par des verbes de mouvements pour dynamiser la description (voir liste des verbes de mouvement  dans le magasin des mots).

23:11 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

14 juin 2009

Réviser le français sur la toile

Avant tout, la connaissance complète des cours est indispensable pour faire ses révisions (sinon ce ne sont que des visions). Donc à vos classeurs, fiches de leçons et exercices .

Maintenant que vous avez fait le nécessaire, vous pouvez aller vous entraîner sur un site québécois bien fait qui vous propose des exercices interactifs en grammaire, orthographe, ponctuation.

Quelques précisions : la terminologie grammaticale canadienne est un peu différente de la nôtre : par exemple au lieu de COD tu pourras trouver  complément direct ; au lieu de COI , complément indirect.

Bon travail à tous.

Exercices / jeux pour réviser conjugaison et orthographe grammaticale

Exercices interactifs orthographe (usage et grammaticale), grammaire (nature, fonction, emploi des modes), ponctuation

12:33 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook | | |  Imprimer |

22 mai 2009

Comment Wang-Fô fut sauvé : Lecture de l'image

Clique sur chacun des liens pour voir les oeuvres que nous allons étudier et réponds précisément au questionnaire de lecture de l'image.

Le Musée Guimet des Arts et Traditions asiatiques est par ailleurs un excellent endroit pour voir la culture chinoise qu'évoque la nouvelle de Marguerite Yourcenar. A défaut d'aller à Paris le visiter, tu pourras faire une visite virtuelle en allant voir le site (2 è image)

Sentier de montagne :http://www.civilisations.ca/cmc/exhibitions/cultur/chine1/chilab55.shtml

Un chemin de montagne : http://www.guimet.fr/Yosa-Buson-1716-1783

La plaine de Musashi : http://www.guimet.fr/La-plaine-de-Musashi-Mushashino?page=portfolio&id_article=68&id_document=1423

 

Quels adjectifs utiliserais-tu pour qualifier l'atmosphère / le dessin / les couleurs / les perspectives de ces 3 oeuvres ?

Voici quelques citations extraites de la nouvelle de M. Yourcenar. Quel écho trouves-tu dans les peintures ?

1/ la couleur

« la splendeur brune des viandes … »

« les murs violets se dressaient en plein jour comme un pan de crépuscule »

 

2/ la lumière

« …inégalement léchées par les coups de langue du feu… »

« La flamme filtrant à travers le papier bariolé jetait des lueurs rouges ou bleues sur leurs casques de cuir »

 

3/ les comparaisons

« L’épouse de Ling était frêle comme un roseau, enfantine comme du lait, douce comme la salive, salée comme les larmes. »

 

Peux-tu te perdre dans un tableau  ?

http://www.guimet.fr/visite_virtuelle/collections/

Clique ensuite sur "4è étage" pour voir le paravent chinois et si ta connexion est assez rapide clique sur plein écran. Tu peux zoomer avec la touche Shift / Maj

09:38 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

26 mars 2009

Première sortie au théâtre : Merceries

Rendez-vous Mardi 31 mars pour les 3ème 1 dans le hall du CCSM Jean-Gagnant, à 20 h 15 pour recevoir votre billet d'entrée. Nous allons voir Merceries, mis en scène par Alban Coulaud, que nous recevrons dans notre classe le lendemain Mercredi 1er Avril.

Munissez-vous d'un carnet, d'un stylo et oubliez vos portables.

 Soyez attentifs à tout : l'ambiance, les lumières, les sons, le décor, la façon de jouer de l'actrice - avec la voix, avec le corps, avec les objets, avec  les silences.

Pour mémoire , voici un rappel de la forme que pourra prendre votre article de critique :

ECRIRE UNE CRITIQUE THÉÂTRALE

1er § : l'accroche : Résume ta critique en une ou deux phrases brèves et accrocheuses, comme un slogan de publicité, pour inciter le lecteur à lire ton texte. N'hésite pas à utiliser une image, des jeux de mots, de sons, une antithèse….A trouver quand le texte est fini.

 

2 è § : La mise en contexte. Tu dois répondre à ces questions, dans l'ordre qui te paraît le plus pertinent:  qui ? où ? quand ? quoi ? Tu peux également faire référence au moment où le spectateur attend le lever du rideau, distingue des bruits, un décor, où se crée une certaine attente.

 

3è § : L'histoire: de quoi ça parle ? Décris le spectacle et son histoire, ce qu'il raconte, pour informer le lecteur qui n'a pas vu le spectacle . Il doit pouvoir comprendre de quoi il s'agit.

● Décris aussi la manière dont est racontée l'histoire : par ceux qui la vivent ? Par d'autres ? Sur le moment ou après coup ? Y a-t-il des analepses ?  Y a -t-il des éléments de mise en scène particuliers ?

 

4è § : Ton avis. En te référant aux différents aspects du spectacle (lumières, décors, costumes, musique, jeu des comédiens), explique en quoi certains de ces éléments ou leur mariage ont été pour toi évocateurs, touchants, réussis ou décevants. Fais systématiquement référence  à un aspect précis du spectacle. Que signifient-ils? Ont-ils ajouté quelque chose à l'histoire ou lui ont-ils nui ? Cette critique fait appel à ta subjectivité ; tu dois être sincère, t'impliquer dans ton analyse.

 

●   5è § : Conclusion. Rédige une dernière phrase qui résume ton appréciation du spectacle. Une phrase personnelle et libre, bien entendu !

09:30 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

18 mars 2009

Figures de style

Quelles figures de style repères-tu dans ces citations?

  1. «La Terre est bleue comme une orange»        (Paul Eluard)
  2. «Tout m'afflige et me nuit et conspire à me nuire» ( Jean Racine)
  3. «Va, je ne te hais point »(Corneille)
  4. «Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes ? »   (Racine)
  5. «Bergère, Ô Tour Eiffel / Le troupeau des ponts bêle ce matin »   (Apollinaire)
  6. «Je vis, je meurs […] j'ai chaud extrême en endurant froidure »           ( Louise Labé)
  7. «Il n'avait pas de fange en l'eau de son moulin /Il n'avait pas d'enfer dans le feu de sa forge .» (Victor Hugo ) (il y a 2 figures)
  8. «Sa gerbe n'était point avare ni haineuse »  (Victor Hugo)
  9. «Sa barbe était d'argent »
  10. «Sa barbe était d'argent comme un ruisseau d'avril» ( toujours Hugo)
  11. «Vêtu de probité candide et de lin blanc »( Hugo encore)
  12. «Et l'on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens / Mais dans l'oeil du vieillard on voit de la lumière »   (Hugo)
  13. (Ruth lève les yeux vers la nuit étoilée et se demande quel dieu a "négligemment jeté") «Cette faucille d'or dans le champ des étoiles » (Hugo, forcément ; les vers sont extraits de Booz endormi )

 

 

 

11:11 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

11 mars 2009

Le Lyrisme dans la poésie française

 

Première séance :

Découverte des textes . Qu'est- ce que le lyrisme?

Pour commencer, intéresse-toi à l'étymologie du mot. D'où vient "lyre"? Qu'est-ce que c'est ? Quel personnage  mythologique l'a inventée ?

Tu trouveras des éléments de réponse dans la partie mythologie des tags.

Deuxième séance

Toujours en groupe de travail (petits groupes de 4), complète le tableau préparatoire ci-joint;

pour Baudelaire, Apollinaire et Hugo  tu trouveras des éléments biographiques ainsi que des extraits de leurs oeuvres ici: 

http://www.ac-strasbourg.fr/pedago/lettres/Lecture/Index....

Il y a d'autres auteurs; utilise le menu déroulant de gauche pour naviguer. Pour Paul Eluard, voici un site complet à consulter; attention à ne pas être trop lent dans ta lecture: chaque page de la biographie n'apparaît que durant 5 minutes: http://www.paul-eluard.com

 

Auteur + dates

Titre + date d'écriture

Ce qui se passe dans la vie du poète à cette période

 

        Courant littéraire       

Thème abordé         

 

 

 

 

 





 Notions de métrique et de versification: rimes, vers, strophes, enjambement, rejet.

Troisième séance, en groupes de 4 + synthèse collective:

 

Analyse des textes de Labé, Apollinaire, Hugo

 

Texte 1 : Apollinaire, Le Pont Mirabeau
1) Où se trouve le poète ? Son interlocuteur est-il présent ?

2) Comment surgit le passé ?

3) Relève les expressions qui évoquent le couple. Qu'a-t-il pu arriver au couple ?

4) Pourquoi le mot " Espérance " a-t-il une majuscule ?

5) Relève les champs lexicaux du temps et du mouvement. Comment sont-ils reliés l'un à l'autre ?

6) Quelles sont les valeurs de l'indicatif présent dans ce texte ?


Texte 2 : Louise Labé, Je vis, je meurs…
1) Qui est " je " ?

2) De quoi parle ce texte ?

3) Quel est le vers qui exprime la cause de l'état décrit par la poétesse ?

4) Quels sont les effets de cet état ?

5) Sur quelle figure de style repose le poème ?

6) Dans un tableau à doubles colonnes, relève les champs lexicaux des sentiments et des sensations.

7) Quel adverbe exprime cette idée d'un état instable ?

8) Quelle est la tonalité de ce poème ?

Texte 3 : Hugo, Demain, dès l'aube…

1)Qu'imagines-tu quant aux rapports de "je " et "tu" au début du poème? A quel moment découvres-tu la vérité? Quel est l'effet produit?

2)Quels mots évoquent l'idée d'un pèlerinage?

3) Quel est le rythme des vers 4, 5, 7-8 et dans le dernier quatrain ? Qu'évoque-t-il ?

4) Entoure les deux rejets du texte. Quelle est leur valeur ?

5) Que penses-tu vous du dernier vers ?

6) Quelle est la tonalité de ce poème ?

 Pour la séance suivante, travail à la maison:

Lecture à la maison de Spleen de Baudelaire + travail préparatoire:

1- A quoi se compare successivement le poète ? Quel effet cela produit-il ?

2- Combien y a-t-il de strophes ? Quel est le mouvement du poème?


 

 

 

10:39 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, lyrisme |  Facebook | | |  Imprimer |

09 mars 2009

Vermeer: Vue de Delft

delft-vermeer.jpgUn tableau, 4 formats différents pour mieux voir les détails.

Quatre fois la même vue de Delft, peinte par Vermeer, célébrée par Marcel Proust dans Du côté de chez Swann; c'est cette vue que peint Vermeer dans le roman de Tracy Chevalier La jeune fille à la perle.

 Cliquez sur l'image pour la voir en grand. (c'est le 4 ème format)


delft-vermeer.jpg
delft-vermeer.jpg


 

23:33 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peinture |  Facebook | | |  Imprimer |

Les fonctions des subordonnées relatives

Pour les mordus d'analyse et de raisonnement logique.

 On dit dans toute bonne grammaire scolaire que la fonction d'une subordonnée relative est d'être complément de son antécédent.

C'est vrai, mais ce n'est pas tout…

Quelle est la fonction des différentes subordonnées relatives en italique? (3 carambars à ceux qui trouveront; j'indiquerai les solutions le 16 mars au soir; postez vos réponses dans les commentaires).

1- Embrassez qui vous voudrez.

2- Rira bien qui rira le dernier.

3- Bien malin qui trouvera la solution.

 

23:03 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeu, analyse logique |  Facebook | | |  Imprimer |

Comment découper une proposition sans scie sauteuse

 Les verbes sont tous soulignés ;  je rappelle qu'un verbe = une proposition, donc comptez les verbes!

 Les mots subordonnants sont en italique (les conjonctifs et les relatifs). Pour savoir de quel mot ils dépendent, regardez le mot juste au-dessus: c'est lui.

Pour savoir où commence une proposition, rappelez-vous que tout mot subordonnant débute une proposition subordonnée.

Voici le code de couleur pour comprendre le découpage:

en bleu, la proposition principale.

En rouge la proposition subordonnée conjonctive ( qui peut être complétive ou circonstancielle);    

en vert, la proposition subordonnée relative

et en rose la proposition subordonnée interrogative indirecte  (il y en avait une)

 

Dans ce texte se pose le problème de l'analyse de "que" dans "avec pour fâcheuse conséquence que"; contre toute attente, il s'agit là d'une subordonnée complétive qui dépend d'un nom, comme dans les phrases 

Je suis très contente à l'idée qu'il vienne.   A la pensée qu'il va falloir encore se lever demain, j'ai envie de me recoucher.

On le comprend bien en réfléchissant: "ils se noieront" = c'est la conséquence de leurs actes. On ne peut pas dire *ils se noieront conséquence; que ne reprend pas ce nom, il le complète.

Mais je le reconnais, c'était difficile.

 

 


Le premier pingouin jure 

                              que la valise ne contient aucun jeu de cartes, ce en 

                                                                                                quoi il dit la vérité pour une fois,

tandis que le deuxième veut savoir 

                                        comment les serpents parviennent à jouer aux cartes,

mais  la colombe décrète 

                           qu'elle n'a pas envie de poursuivre cette discussion, 

                           qu'elle va ouvrir cette valise 

et                        que                                                             les deux pingouins peuvent faire une croix sur leur place, avec pour

                           {si elle y trouve autre chose qu'un gros vent,}

fâcheuse conséquence 

                     qu'ils se noieront         

et                  qu'il n'y aura plus de pingouin à l'avenir, ce  

                                                                               dont, personnellement, elle se bat l'oeil éperdument.

 

          Ulrich Hub  -  L'arche part à 8 heures,   Alice éditions

 

 

 

12 novembre 2008

Les substituts du nom

Savoir varier la façon de nommer ses personnages: voilà ce qui fait les textes agréables à lire. On peut utiliser des groupes nominaux (ce sont les substituts lexicaux) ou des pronoms (ce sont des substituts pronominaux). Va piocher dans les exercices ci-joints pour t'entraîner.



substituts_du_nom.pdf

01:16 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

08 novembre 2008

Anthony Browne : Une histoire à quatre voix

Cela ressemble à un album pour les tout-petits; les personnages en sont des animaux, de grands singes. Une histoire simple: deux familles, parent et enfant, vont au parc. Les parents s'assoient, les enfants jouent. Certains se parlent, d'autres non. La narration se fait à quatre voix: chaque personnage raconte, dans son registre de langue, un événement aussi simple que personnel: une promenade au parc. C'est l'occasion de redécouvrir une vérité élémentaire; même si nous sommes tous présents au même endroit, en même temps, pour faire la même chose, chacun de nous vit une expérience unique. La lecture pour les très grands révèle un plaisir bien plus profond, celui de comprendre ce qui n'est pas dit. Chaque illustration est conçue comme un deuxième discours, qui dit par les images ce que le personnage a en tête et ne peut exprimer par des mots. Il faut y chercher les leitmotiv: la forme du chapeau, écho aux tableaux de Magritte, la course des chiens, les clins d'oeil à la Joconde, à King Kong, à Cupidon. Bonne lecture et bonne découverte.

Première voix ici: noname.pdf Deuxième voix ici:Browne2ème voix pages10-15.pdf
troisième voix ici:Browne3è voix.pdf
Fin de la troisième voix et quatrième voix là:brownep22-32.pdf


14:51 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

comment accorder le participe passé des verbes pronominaux?


accord p.p..pdf

00:41 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

07 novembre 2008

L'énonciation


I -QU'EST-CE QUE LA SITUATION D'ÉNONCIATION?

C'est la situation dans laquelle on se trouve au moment où l'on produit un énoncé oral ou écrit. On la définit en répondant à ces questions:
* Qui parle? L' énonciateur. * À qui parle-t-on? L'énonciataire. *Dans quelles circonstances? (où, quand et pour quoi faire?) Le lieu, le moment et le but de l'énonciation.

II- LES INDICES D'ÉNONCIATION ou DÉICTIQUES
Ils se comprennent par rapport à la situation d 'énonciation:
*les indices de personne: pronoms personnels de 1ère et 2ème pers., déterminants et pronoms possessifs de 1ère et 2ème pers.: je, toi, vous, les miens, votre, tes…
*les indices de temps: hier, aujourd'hui, demain, l 'année dernière, il y a quatre ans, le mois prochain…
*les indices de lieu: ici, chez moi, près de vous, dans ma rue…
*les pronoms et déterminants démonstratifs qui servent à montrer ou à situer par rapport à l'énonciation: Ce matin j'ai trouvé ceci dans ma poche.

III- LES DEUX TYPES D'ÉNONCÉS
*L'énoncé ancré dans la situation d'énonciation ne se comprend que par rapport à cette situation. Ce sont les dialogues, insérés dans les récits, les lettres, les journaux intimes …Il contient des indices d'énonciation. Ses temps sont le présent d'énonciation, le passé composé et le futur, éventuellement des impératifs.
*L'énoncé coupé de la situation d'énonciation se comprend sans qu'on ait besoin de connaître la situation d'énonciation. C'est le cas des romans, récits, nouvelles, contes, qui racontent à la 1ère ou à la 3ème pers des évènements passés, mais aussi des textes documentaires…

MAINTENANT EXERCE-TOI !

1-Imagine une situation d'énonciation pour chaque énoncé et définis-la. Tiens compte des niveaux de langue. ( Leçon I)

1.Tu dois pouvoir encore améliorer tes performances.
2.Je vous prie de bien vouloir excuser pour ce retard indépendant de ma volonté.
3.T'as pas dix balles?
4.J' te dis qu'elle démarrera pas , fallait faire le plein quand j' te l'ai dit!
5.T'es vraiment trop cloche!

2- Imagine 3 énoncés correspondant à cette situation d'énonciation.(Leçon I)

Énonciateur: un client. Enonciataire: un libraire. Lieu: une librairie. Moment: quelques jours avant le fêtes de Noël. But: à définir (3 différents)


3- Les mots soulignés sont-ils ou non des indices d'énonciation? (Leçon II)

Dimanche dernier, mon frère et moi avons promis à nos parents de préparer le repas de midi. On voulait leur faire plaisir: ils sont un peu fatigués depuis la rentrée. A mon avis, c'était un désastre. Mais ils ont été très indulgents.

2- Énoncé ancré ou coupé de la situation d'énonciation? Repère les mots qui t'ont mis(e) sur la voie. (Leçon II et III)

1.Demain matin, je t'emmènerai à la piscine.
2.Cela faisait deux ans que la petite fille n'avait pas vu sa grand-mère. Elle la trouva vieillie.
3.Mamie nous a annoncé qu'elle partait en croisière avec papy après-demain.
4.Aujourd'hui maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais plus.
5.Il fait bon vivre ici!
6.Un soir de décembre, la neige tombe à gros flocons.
7.Devine qui vient dîner à la maison!

09:41 Écrit par Vega dans Français | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |