Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06 février 2015

Correction du conte : exercices d'écriture

Ouvre le fichier joint, enregistre-le sur ta clé et fais les exercices proposés.

corr-conte.doc

09:56 Écrit par Vega dans Français Sixième | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

01 décembre 2014

De beaux modèles de description chez François Place et Timothée de Fombelle

Bonjour, 

 je te propose aujourd'hui d'embellir ton style par imitation, comme les peintres le font en allant copier des tableaux dans les musées. En guise de tableaux de maîtres, voici des extraits de François Place (Atlas des Géographes d'Orbae) et Timothée de Fombelle ( Le livre de Perle, son tout dernier roman - aucun spoiler ! )

Observe comment ils parviennent à rendre leur description vivante et dynamique :

1 - les objets inanimés sont presque tous sujets d'un verbe d'action.

Des rochers, qu’il fallait escalader, perçaient de leur masse sombre les feuillages.  François Place. 

 2 - Ici la description est organisée et présentée par des phrases nominales pleines de références aux sens.

La plage était large et blanche. Au-dessus d'elle le noir des forêts, en dessous les rouleaux de mer, la mousse éclatante, et partout le bruit de cette mer, la tiédeur de la nuit plus lumineuse que le jour.

 3 - des exemples de métaphore qui se présente comme une énigme et trouve sa résolution à la fin du paragraphe :

Une lumière apparut loin devant moi : une tache de lumière qui ondulait. C'était une forme carrée posée par terre dans le noir. Un petit tapis d'or liquide. Il bougeait. Je fermai les yeux. En les rouvrant je vis que le tapis était toujours là. Mais lorsque j'avançai vers lui, mes pieds s'enfoncèrent dans le sol. Je compris enfin ce qui se passait. Il y avait, juste là, une large rivière. Je l'entendais frémir. Et la tache de lumière aux carreaux d'or était le reflet d'une fenêtre éclairée dans l'eau.

4- Ici une personnification : par le verbe "devenir" la tristesse passe du statut d'inanimé à celui d'humain, puis Fombelle la caractérise par 3 éléments : l'alliance, la marche et l'apprivoisement.

Je n'avais pas oublié le désespoir qui m'avait jeté dans les bois. Cette tristesse devenait une alliée, elle marchait avec moi dans l'obscurité. Je l'apprivoisais.

Timothée de Fombelle, Le livre de Perle

07 novembre 2014

PPO 6e 4

travail d'orthographe : Programme personnalisé d'orthographe, à recommencer autant que nécessaire pour que tout soit juste
 
repérage du sujet : http://www.ccdmd.qc.ca/fr/modules/phraseanime1/ puis choisir module A exercice 2
les accords du participe passé : http://www.ccdmd.qc.ca/fr/modules/phraseanime3/
 

10:36 Écrit par Vega dans Français Sixième | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

10 octobre 2014

Un roman pour une 6e

Bonsoir, 

Suite à la lecture de roman que je vous ai demandée, voici une liste pour vous aider à trouver de l'inspiration. Il y a de tout, pour tous les appétits de lecteur ; vous pouvez aussi trouver autre chose par vous-mêmes. Bonne lecture et bonnes vacances !

 J. K. ROWLING, Harry Potter à l'école des sorciers

A lire ABSOLUMENT ! Le jour de ses onze ans, Harry, jeune orphelin maltraité par son oncle et sa tante qui l'hébergent à contrecœur, reçoit une lettre  d'inscription dans une école de sorciers, Poudlard. Il y découvre ses dons magiques, le mystère de ses origines, l'amitié, et l'on entend parler du retour d'un terrible mage noir. Un extraordinaire univers de fantasy, avec des personnages attachants qui grandissent avec le lecteur livre après livre.

Anna GAVALDA, 35 kilos d'espoir

Grégoire déteste la sixième et adore bricoler avec son grand-père Léon. Mais lorsqu'il est renvoyé du collège, Grégoire ne trouve pas la protection qu'il attendait chez son Léon et doit prendre ses responsabilités et son destin en main

Brigitte SMADJA, Il faut sauver Saïd

Saïd entre en sixième et tient un journal. Confronté à la dureté de la vie au collège et dans sa cité, il perd peu à peu espoir. Qui viendra le sauver ? Récit bouleversant.

Paul THIES, Intrigue à Athènes

Défaite d'Athènes contre Sparte : Lyncée, jeune esclave de Ménon, se rend compte que les hommes sont prêts à tout pour garder le pouvoir... Callias, pourtant jeune héritier, est ainsi à son tour vendu comme esclave. Lyncée a l'occasion de deviser avec Socrate, ce qui bouleverse sa vie et lui donne l'envie d'apprendre. Mais Socrate est condamné... Lyncée, Callias, et la belle esclave Dori décident de s'enfuir à bord du navire qui doit emmener Socrate loin d'Athènes.

Daniel PENNAC, Kamo, l'agence Babel

Kamo n'aime pas travailler l'anglais en 6e. Sa mère, polyglotte, l'inscrit dans une agence qui lui trouve une correspondante. Kamo, d'abord désagréable, est vite intrigué et fasciné par les lettres mystérieuses de sa correspondante. D'autant plus que ses copains, inscrits comme lui, se rendent compte que leurs correspondants vivent dans un autre siècle…

Claire MAZARD, L.O.L.A.

 Lola vit avec sa mère, le compagnon de sa mère et Jérôme, le fils de celui-ci. Elle accepte mal de devoir s'occuper de Jérôme et le rejette, se montrant agressive et méchante avec lui. Un jour, elle reçoit une lettre anonyme de quelqu'un qui souhaite lui confier son secret en six lettres. Intriguée, Lola essaie de découvrir qui lui écrit. Avec son ami Medhi, elle mène l'enquête...

Jean-Claude MOURLEVAT, La rivière à l'envers

Tomek est orphelin. À treize ans, il travaille dans une épicerie où rien ne manque. Rien ? Une jeune inconnue, Hannah, lui demande de l'eau de la rivière Qjar, une eau miraculeuse qui rend immortel. Tomek décide de se lancer sur les traces d'Hannah, dont il est tombé amoureux. Il part lui aussi à la recherche de cette rivière qui coule à l'envers. Il rencontre des gens insolites, traverse des mondes merveilleux. Un magnifique récit d'apprentissage écrit par un grand raconter d'histoires.

Gilles BARRAQUE, La loi du roi Boris

Le roi Boris s'ennuie tellement que, pour trouver une occupation, il est prêt à déclarer la guerre au royaume voisin. Dans la déclaration de guerre qu'il lui adresse se glisse une faute d'orthographe : un a mis à la place d'un e. Ne voulant reconnaître son erreur, il interdit l'usage de la lettre e dans son royaume. Cela va entraîner quelques rebondissements.

Irène COHEN-JACA, Le plus vieux de la classe

À Tsevo, au Kenya, c’est la rentrée des classes de l’année 2003. John est surpris de constater qu'il y a un nouvel élève, très grand et très vieux. Zefiano n'a pas eu la possibilité d'apprendre à lire et à écrire quand il était petit, alors il revient maintenant à l'école... un roman court, facile mais riche.

Pierre BOTTERO, Le garçon qui voulait courir vite

Jules a été témoin de l'accident qui a tué son père. Depuis, Jules n’arrive plus à courir et ne parle plus. Toute la famille s'inquiète pour lui. Sa sœur, Agathe, est son meilleur bouclier contre les moqueries et les injures. Elle essaie de l’aider de tout son cœur. Un beau roman, sensible et juste.

Pascal VATINEL, Le tigre de Baiming

Dans le sud de la Chine, deux enfants, Baiming et son ami Chu, partis dans la jungle à la recherche de papillons rares qu'ils apportent à une vétérinaire, le Dr Song, découvrent en fait une femelle tigre et ses deux petits. Ce sont des animaux très protégés mais des braconniers sans scrupules vont essayer de s'en emparer. Baiming et le Dr Song parviendront-ils à protéger les derniers survivants de cette espèce en voie d'extinction ? Un très beau roman d'aventures moderne, bien écrit, qui te dépaysera en t'apprenant beaucoup de choses sur la vie actuelle en Chine.

Susie MORGENSTERN, Lettres d'amour de 0 à 10

Ernest, dix ans, vit seul avec sa grand-mère. Mais, un jour, une nouvelle élève arrive dans sa classe, Victoire. Sa gaieté et sa pétulance vont illuminer la vie d’Ernest. Drôle et pétillant comme l'ouragan qu'est Victoire dans la vie monotone d'Ernest.

Loïs LOWRY, Passeuse de rêves

Les passeurs de rêves viennent la nuit dans les maisons toucher les objets pour créer de doux rêves qu'ils offrent aux dormeurs. Petite est une jeune passeuse, douée, espiègle et curieuse. Elle travaille dans une maison où est recueilli le jeune John, un garçon qui a beaucoup souffert et fait une proie facile pour les Saboteurs,  maîtres des cauchemars. Un récit poétique, court, attachant, qui offre une vision positive de la vie. Une pépite.

Valérie SIGWARD, Les bizarres

Une nuit, où il ne parvient pas à trouver le sommeil, Thibault aperçoit, à la fenêtre du pavillon situé en face de celui de ses parents, une fille de son âge qui regarde les étoiles. Mais, soudain, un homme fait irruption pour éteindre la lumière. Il n'en faut pas plus à Thibault et à ses deux amis, Ginou et Dialo, pour se lancer dans une enquête qui va les mener de surprise en surprise et leur montrer qu'il ne faut pas toujours se fier aux apparences. Un récit policier intelligent et drôle.

22:16 Écrit par Vega dans Français Sixième | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

02 juillet 2014

Sirènes, Charybde et Scylla

image.jpg image.jpg image.jpg

25 juin 2014

Les représentations des monstres dans l'Odyssée : Polyphème

Dans cet article, c'est de Polyphème le Cyclope que nous parlerons.

Ulysse a abordé l'île des Cyclopes, mais ces bergers géants sont faussement hospitaliers : ils enferment Ulysse et ses compagnons dans leur grotte et Polyphème, fils de Poséidon, en dévore deux chaque jour. Ulysse invente une ruse pour se tirer de ce mauvais pas.

"…je lui reversai du vin de feu ; trois fois je l’en servis, et trois fois l’imprudent le but. Puis, quand le vin lui eut embrumé les esprits,

je lui soufflai ces mots aussi doux que du miel : Cyclope, tu t’enquiers de mon illustre nom. Eh bien, je répondrai : mais tu n’oublieras pas le don promis ! 
Je m’appelle Personne, et Personne est le nom que mes parents et tous mes autres Compagnons me donnent."
A ces mots, aussitôt, il repartit d’un cœur cruel "Eh bien, je mangerai Personne le dernier et les autres d’abord. Voilà le don que je te fais!" Alors, tête en arrière, il tomba sur le dos ; puis sa grosse nuque fléchit, le souverain dompteur, le sommeil, le gagna ; de sa gorge du vin jaillit et des morceaux de chair humaine ; il rotait, lourd de vin.
J’enfouis alors le pieu sous l’abondante cendre pour le chauffer ; j’encourageai de mes propos mes compagnons, afin qu’aucun, de peur, ne défaillît. Mais, quand bientôt le pieu d’olivier dans le feu rougeoyant, quoique vert, jeta une lueur terrible, m’approchant, je l’en retirai ; mes compagnons étaient autour de moi ; un dieu nous insufflait un grand courage. Eux, s’emparant du pieu d’olivier acéré, l’enfoncèrent dans l’œil ; moi, appuyant par en dessous, je tournai, comme on fore une poutre pour un bateau à la tarière, en bas les aides manient la courroie qu’ils tiennent aux deux bouts, cependant que la mèche tourne : ainsi, tenant dans l’œil le pieu affûté à la flamme, nous tournions, et le sang coulait autour du pieu brûlant. Partout sur la paupière et le sourcil grillait l’ardeur de la prunelle en feu ; et ses racines grésillaient. Comme quand le forgeron plonge une grande hache ou une doloire dans l’eau froide pour la tremper, le métal siffle, et là gît la force du fer, ainsi son œil sifflait sous l’action du pieu d’olivier. Il poussa un rugissement, la roche en retentit, nous nous enfuîmes apeurés ; alors, il arracha le pieu qu’un sang nombreux salissait de son œil, le jeta loin de lui de ses mains, affolé, et à grands cris héla les Cyclopes qui habitaient dans les grottes des alentours, sur les cimes venteuses.
En entendant ses cris, ils accoururent de partout et, demeurés dehors, lui demandèrent ses ennuis :
"Quel mal t’accable, Polyphème, pour que tu cries ainsi dans la céleste nuit, et nous empêches de dormir ? Serait-ce qu’on te tue par la ruse ou la force ?"
Du fond de l’antre, le grand Polyphème répondit : "Par ruse, et non par force, amis ! Mais qui me tue ? Personne !"

Homère, Odyssée, chant IX, 360-408. 
Traduction par Philippe Jaccottet.
La Découverte, 1982.

 

Ulysse et ses compagnons aveuglant Polyphème, Coupe laconienne attribuée au Peintre du Cavalier, Sparte, vers - 560-550 av. J.C-., BNF, Monnaies, Médailles et Antiques, De Ridder, 190

Odyssée-Polyphème-coupe.png

Cette coupe du VIe siècle, époque archaïque, présente la célèbre scène de l'aveuglement du Cyclope racontée par Homère dans l'Odyssée. On y voit 4 hommes debout, de profil, tenant sur l'épaule un long bâton qui atterrit dans l'œil d'un géant assis à droite. On y reconnaît les compagnons d'Ulysse et Ulysse lui-même, sur la gauche, le 4e, dans la position où le décrit Homère. Le premier compagnon donne du vin à boire au Cyclope pour l'enivrer ; en même temps, le Cyclope dévore des compagnons d'Ulysse, dont on voit deux jambes qui demeurent entre ses mains. Le grand poisson en bas de la coupe rappelle la présence de la mer et donc de Poséidon, dieu des mers, l'Ebranleur du Sol, dont Polyphème est le fils. Cette allusion  permet d'identifier les personnages. Cette représentation montre tous les détails de la scène en même temps, alors que dans le texte ces détails se succèdent chronologiquement : c'est une représentation synthétique, caractéristique de la façon de représenter les évènements dans l'époque archaïque.

Trois caractéristiques le désignent comme un monstrum : il est géant, il est anthropophage et il n'a qu'un œil rond au milieu du front (Oeil rond, c'est le sens du mot Cyclope en grec) : c'est donc un être a-normal, qui n'existe pas dans la nature. 

 

23 juin 2014

Une Odyssée théâtrale, Acte II.

Les Voyages d'Ulysse et leur signification :

épreuves pour le héros, épreuves pour les navigateurs.

L’Odyssée, Homère / exposition BNF

http://expositions.bnf.fr/homere/v/21/index.htm 

I – Un voyage mouvementé

Écoute le commentaire de la visite de l’exposition Homère et remets les escales et les épreuves d’Ulysse dans le bon ordre.

 

Les Sirènes - Les Kikones – Calypso- L’île d’Éole - Charybde et Scylla - Les Phéaciens - Les Lotophages - Les Lestrygons – Les Enfers – Le royaume d’Ulysse- Troie -  Les Cyclopes –le Cap Malée – Circé

 

Départ : Troie

2.     14. Arrivée : le Royaume d’Ulysse, Ithaque.

08:12 Écrit par Vega dans Français Sixième | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

22 juin 2014

Clément Marot, l'interview

"Bonjour Clément Marot, merci d'avoir accepté notre interview. Comment vous définissez-vous ?

— Bonjour. Je me considère comme un poète, je suis d'ailleurs le poète officiel de François Ier. Sa sœur, Marguerite de Navarre, est ma protectrice. J'appartiens à l'Ecole de rhétoriqueurs. J'ai fait de la prison pour mes opinions religieuses - on m'a accusé d'être proche de Luther et Calvin - et j'ai même dû m'exiler de France.

— François Ier vous aimait beaucoup ?

— Il aimait mon esprit, ce qu'à présent vous nommez " humour "et ma façon d'être - incorrigible - et surtout ce que j'écrivais : des épîtres, des élégies : Mon épitre de Marot envoyée au Roy m'a permis de sortir de prison.

— Vous n'écrivez qu'à vos amis ?

— Oh non ! J'écris aussi pour me défendre de l'injustice, pour demander de l'aide, pour remercier d'en avoir reçu… ou pour déclarer mon amour. J'ai un esprit vif, mais j'ai bon cœur. Vous connaissez sûrement mes vers :

« J’avais, un jour, un valet de Gascogne,

Gourmand, ivrogne et assuré menteur,

Pipeur, larron, jureur, blasphémateur,

Sentant la hart de cent pas à la ronde,

Au demeurant, le meilleur fils du monde. »


23:35 Écrit par Vega dans Français Sixième | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer |

17 juin 2014

Une Odyssée théâtrale, acte I.

Une Odyssée théâtrale. Adaptation Véronique GUILLAUME, d'après Homère.

Acte I.

(La scène se passe à Colone, petite bourgade près d'Athènes, près d'un bois d'oliviers. Il fait chaud.)

Scène 1. HOMERE et DEMODOKOS

 (Homère entre, s'avance à petits pas. Il sera toujours accompagné d'un jeune garçon, Demodokos. Il s'assoit sur un tronc, époussète ses vêtements et tend la main. Demodokos lui tend quelques olives.)

HOMERE - Je suis l'aède. Je suis aveugle. (Il mange.) Les dieux m'ont enlevé la vue, mais j'ai reçu en échange un bien plus précieux. (Le garçon s'installe, mange avec lui, range la besace.Je ne vois pas le monde des hommes, mais je lis dans leur cœur, dans leur âme. Je peux les émouvoir, les charmer, les terrifier. Je vis dans le séjour des Muses. Ce soir je chanterai Ulysse qui veut rentrer chez lui. 

odyssée,théâtre,ulysse,homère

Scène 2. LA FOULE, HOMERE, DEMODOKOS puis ULYSSE, CALYPSO

(Soir)

(La foule s'impatiente. Bruits. Entrent Homère et Demodokos)

HOMERE  - Chante-moi, Muse, cet homme aux mille ruses qui erra si longtemps, après qu'il eut renversé la citadelle sacrée de Troie. Et il vit les cités de peuples nombreux, et il connut leur esprit ; et, dans son coeur, il endura beaucoup de maux, sur la mer, pour sa propre vie et le retour de ses compagnons Mais il ne les sauva point, malgré son désir ; et ils périrent par leur impiété, les insensés ! ayant mangé les boeufs de Hélios  Et ce dernier leur ravit l'heure du retour. Dis-moi une partie de ces choses, Déesse, fille de Zeus. Tous ceux qui avaient évité la noire mort, échappés de la guerre et de la mer, étaient rentrés dans leurs demeures ; mais Ulysse restait seul, loin de son pays et de sa femme, et la vénérable Nymphe Calypso, la très noble déesse, le retenait dans ses grottes creuses, le désirant pour mari. Et quand le temps vint, après le déroulement des années, où les Dieux voulurent qu'il revît sa demeure en Ithaque, même alors il devait subir des combats au milieu des siens. Et tous les Dieux le prenaient en pitié, excepté Poséidon, qui était toujours irrité contre le divin Ulysse, jusqu'à ce qu'il fût rentré dans son pays. (…) 

 

Scène 3.   ZEUS, ATHENA, APOLLON, APHRODITE, HERA, POSEIDON, entrant

 

ZEUS - Ah ! Que les hommes sont insensés ! Ils disent que leurs malheurs viennent de nous, et pourtant ils se débrouillent bien tout seuls pour être malheureux. Voyez Oreste, le fils d'Agamemnon, qui vient d'assassiner Egisthe, l'amant de sa mère. Quoi de plus normal ! Egisthe avait tué Agamemnon, le propre père d'Oreste, lui volant ainsi et sa femme et son trône. Nous l'avions bien prévenu pourtant de ne pas agir ainsi. Peine perdue !

ATHENA - Oui, père Zeus, fils de Cronos, tu as bien parlé. Mais mon coeur est dévoré de chagrins en pensant au valeureux Ulysse, à cet infortuné, qui depuis longtemps, loin de ses amis, souffre d’amères douleurs dans une île lointaine, située au milieu de la mer ; c’est dans cette île, couverte de forêts, qu’habite une déesse, la fille du prudent Atlas, qui connaît tous les abîmes de la mer, et qui soutient les hautes colonnes appuis de la terre et des cieux. Oui, sa fille retient ce héros malheureux et gémissant, elle le flatte sans cesse par de douces et de trompeuses paroles, pour lui faire oublier Ithaque ; mais Ulysse, dont l’unique désir est de revoir la fumée s’élever de la terre natale, voudrait mourir. Ton coeur ne se laissera-t-il point fléchir, roi de l’Olympe ? quoi donc ! Ulysse près des vaisseaux argiens, et dans les vastes champs d’Ilion, a-t-il jamais négligé tes sacrifices ? Pourquoi donc es-tu maintenant si fort irrité contre lui, grand Zeus ? 

ZEUS - (étonné) Ma fille, quelle parole s'est échappée de l'enclos de tes dents ? Comment pourrais-je oublier le divin Ulysse, le subtil Ulysse, le rusé Ulysse ? C'est Poseidon, mon frère,  qui lui en veut ! Oublies-tu qu'il a aveuglé son fils chéri, le cyclope Polyphème ? Il est si en colère qu'il ne veut même pas le tuer, mais le faire souffrir, en ébranlant le sol, en provoquant les tempêtes qui éloignent chaque jour un peu plus Ulysse de son pays ! L'errance, voilà à quoi Poséidon a condamné ton protégé.

ATHENA - O Père, le plus haut des Rois ! S'il te plaît, laisse repartir Ulysse chez lui. Envoie Hermès dans l'île d'Ogygiè où réside Calypso qui tient Ulysse captif depuis sept ans qu'elle l'aime. Ordonne-lui de le laisser repartir. Et moi , pendant ce temps, j'irai à Ithaque, je parlerai à son fils Télémaque, je le pousserai à partir à Sparte et dans la Pylos des Sables chercher des nouvelles de son père. (Zeus sourit et acquiesce. Ils sortent.)

 

iliadandtheodyssey15assembléesdesdieux.png

Scène 4. Dans l'île d'Ogygiè, chez Calypso. HERMÈS, ULYSSE, CALYPSO.

HERMES - Zeus l'a ordonné, Calypso,  : tu dois te soumettre toi aussi aux ordres du roi des dieux.

CALYPSO  (pleurant) - Mais je l'aime ! Et notre enfant, y songes-tu ?

HERMES - Calypso, ne le retiens pas de force ! Il ne peut plus regagner la terre de sa patrie. Apprends-lui à construire un radeau, et qu'il reprenne la mer.

Scène 5.  Sur la plage. CALYPSO, ULYSSE.

(Calypso et Ulysse se tiennent longtemps embrassés. Ulysse finit les derniers préparatifs de son radeau et s'en va.)

Scène 6. CALYPSO

CALYPSO  - (Elle est en transe.)  Tu t'engages pour un long voyage, mon bien-aimé ! Oh ! Horreur ! Poséidon l'Ebranler du sol déchaîne sur toi sa colère ! Je vois les vagues qui te submergent, et ton pauvre radeau englouti dans les flots. Mais tu vivras ! Tu survivras ! Tu aborderas les rivages de Phéacie, le corps tout abimé par la tempête ! La princesse Nausicaa t'accueillera et te mènera au palais de son père, le roi Alkinoos.

(Illustrations : Alice et Martin  PROVENSEN)odyssée,théâtre,ulysse,homère

15 juin 2014

Homère nous parle

Homere-bnf.jpg

 

Gravure d'après un original du IIe siècle av. J.-C.
H. Guill. Tischbein, Figures d'Homère dessinées d'après l'antique. Tome premier : Iliade. Metz, 1801.
BnF, Estampes et photographie, Ta 4, t. 1 p. 8

Homère, bonjour et merci d'avoir accepté notre interview. Qui êtes-vous ?

Χαίρε ! Je suis un poète grec, un aède pour être exact. Ma vie est une légende, je suis une légende. Certains vont même jusqu'à dire que je n'ai jamais existé ! 7 villes grecques, pas moins, revendiquent l'honneur de m'avoir vu naître, dans cette ancienne partie du monde que l'on nommait Asie mineure et qui aujourd'hui appartient à un pays que vous nommez Turquie. J'ai vécu au VIIIe siècle avant notre ère. On dit de moi que j'étais aveugle. En tant qu'aède, j'ai inventé et chanté L'Iliade et L'Odyssée, des histoires de combats, d'amour, de héros, de dieux et de voyages, qui appartenaient à notre tradition orale.

 

Homer_by_Philippe-Laurent_Roland_(Louvre_2004_134_cor).jpg

Homère, 1812, Philippe-Laurent Roland, Musée du Louvre, Paris.

 

Un aède ? Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste ce métier ?

Je suis à la fois un conteur, un inventeur d'histoire, un compositeur, un musicien, un poète, un chanteur : je raconte des mythes et des légendes à mon auditoire, en m'accompagnant de mon instrument favori, la phormynx, qui est une sorte de lyre.

 

 

Apotheose-Homere- Jean_Auguste_Dominique_Ingres,_1827.jpg

Apothéose d'Homère, Jean-Dominique INGRES, 1827, Musée du Louvre, Paris.

Mais alors, pourquoi dit-on que vous êtes un poète ?

 Mais parce que mes deux oeuvres sont des poèmes ! Ce sont même des épopées. Tout est en vers, en grec, dans ma langue d'origine. Rendez-vous compte : 15 693 vers pour L'Iliade, 12 110 pour  L'Odyssée, et tout cela appris par cœur ! Un travail de titan ! Tenez, voici les deux premiers vers de mon Odyssée :

῎Ανδρα μοι ἔννεπε, Μοῦσα, πολύτροπον, ὅς μάλα πολλὰ

πλάγθη, ἐπεὶ Τροίης ἱερὸν πτολίεθρον ἔπερσε

Ce que je traduirais dans votre langue par :

Chante-moi ce héros, Muse, [cet homme] aux mille ruses, qui porta de toutes parts

Ses pas errants, après avoir détruit les remparts sacrés de Troie.

Comment avez-vous construit votre poème L'Odyssée ?

C'est une œuvre en 24 chants, que j'ai imaginée avec des retours en arrière. Dans la première partie, du chant I au chant IV, c'est moi qui prends la parole : je raconte comment Télémaque décide de partir d'Ithaque à la recherche de son père, Ulysse, disparu depuis dix ans, après qu'il a quitté Troie. Télémaque est un jeune homme, son père est parti alors qu'il était tout petit, il ne sait même pas à quoi il ressemble.

Ensuite, dans la deuxième partie, du chant V au chant VIII, je dépayse mon auditoire, je l'emmène auprès des dieux et de la nymphe Calypso. Les dieux demandent à Calypso de laisser partir Ulysse, qu'elle retient auprès d'elle depuis sept ans. C'est Hermès qui porte ce message à la nymphe. Ulysse prend donc la mer, construit un radeau - il n' a plus de bateau- mais il se heurte à une terrible tempête comme on en voit en Méditerranée, déchaînée par le dieu Poséidon. Ulysse fait naufrage et aborde dans un état épouvantable sur les rives du royaume des Phéaciens. La princesse Nausicaa le trouve sur la plage et, malgré son état, elle n'a pas peur et l'emmène auprès de son père le roi Alkinoos.

Dans ma troisième partie, du chant IX au chant XII,  Ulysse va lui-même, par ma bouche, raconter son histoire à Alkinoos , le roi des Phéaciens et à tous les membres du banquet. Ulysse revient donc des années en arrière, après son départ de Troie et narre comment il a dû affronter des épreuves et des êtres terribles : les Cicones, les Lotophages, les Cyclopes, le dieu des vents Eole, les Lestrygons, la magicienne Circé et ses sortilèges, le pays des morts, les Sirènes et leurs chants, Charybde et Skylla, la colère d'Hélios et enfin Calypso et son amour merveilleux mais possessif.

Dans ma dernière partie, du chant XIII au chant XXIV, je reprends la parole et je raconte-enfin- le retour d'Ulysse en son île d'Ithaque, la manière dont il se déguise en mendiant puis se fait reconnaître par les siens : son chien Argos, sa nourrice Euryclée et enfin sa femme, Pénélope, qui est aussi rusée que lui et qui lui donne bien du fil à retordre. Je raconte comment il se venge des prétendants qui convoitent son trône et sa femme et comment il retrouve enfin son épouse et son foyer.

Regardez le voyage qu'il a fait, en tout cas tel que nous nous représentions notre monde et la Méditerranée à notre époque :

 

homère,odyssée,grec,

Si vous voulez en savoir davantage sur moi, je vous recommande d'aller voir la très belle exposition de la BNF : http://expositions.bnf.fr/homere/expo/salle1/index.htm

Il ya un gros plan sur moi, avec beaucoup d'images, d'informations et même des commentaires parlés : http://expositions.bnf.fr/homere/borne1.htm

Je sens que nous sommes appelés à nous revoir : alors, à bientôt ! Ὑγιαίνε !

22 mai 2014

Une autre version du Jardin d'Eden

Cette vidéo a été créée par l'ESMA. Double-clique sur le lecteur pour l'afficher en plein écran.

12 mars 2014

Comment parler d'un livre ?

L'objectif est d'éviter les adjectifs banals et triviaux qui complimentent ou détruisent en bloc sans dire précisément les choses. (Du type « c'est bien, c'est génial, c'est nul, c'est bof »)

Dans un avis personnel, on cherche avant tout à être précis, nuancé.

 

 

I – Si le livre t'a plu, c'est que tu y as trouvé le plaisir que tu cherchais :

 

1 – Des émotions, de la sensibilité :

  • Il est émouvant, poignant, intense, sensible, tendre, gai, joyeux, optimiste, frais ;

  •  

  • les personnages sont attachants, réalistes, bien campés ; tu t'es identifié(e) aux personnages , ils sont denses, complexes, vivants, vrais ;

  •  

  • le livre t'a fait rire, c'est un livre drôle, comique, et même hilarant, plein de fantaisie, sa lecture est tonifiante

2 – de l'aventure :

  • l'histoire est dépaysante si elle te permet de découvrir d'autres univers, d'autres paysages ;
  • elle est palpitante, prenante, captivante, pleine de suspense, à rebondissements

3 – de l'intrigue (roman à énigme, roman policier) :

  • l'histoire est captivante, pleine de suspense, à rebondissements, bien / habilement construite, ingénieuse, bien ficelée (fam.),
  • la chute est surprenante, inattendue, l'intrigue est habile

4 – de l'évasion :

  • c'est un livre distrayant, il est d'une lecture divertissante, dépaysante, exotique, pittoresque

5 – des connaissances nouvelles :

  • il est intéressant, instructif, érudit, bien documenté, original, sa lecture est stimulante, fructueuse, utile.

 

Tu as vraiment beaucoup aimé le livre : il est passionnant, fascinant, foisonnant, magnifique ; tu l'as lu d'une traite, il t'a captivé(e), ensorcelé(e).

 

 

II – Si le livre t'a déplu, c'est peut-être que tu l'as trouvé :

 

  • difficile d'accès : il parle de choses difficiles à comprendre à ton âge, il emploie un vocabulaire ancien car il a été écrit il y a plusieurs siècles ; l'intrigue confuse, embrouillée

  • décevant : tu t'attendais à mieux ; il est inégal : parfois agréable et vif, parfois ennuyeux et raté ;

  • mal écrit, truffé de fautes, lourd, répétitif ;

  • ennuyeux, sans épaisseur : les personnages manquent de vie, ils sont peu fouillés, inconsistants ; personne ne se conduit comme ça.

  • dépourvu d'intérêt, bête, stupide, inepte, pitoyable ( il fait pitié) ; médiocre, fade, banal, trivial, commun, insipide, superficiel

  • pénible, sa lecture est fastidieuse, il est inintéressant, soporifique, bavard ;

  •  

  • invraisemblable, on n'y croit pas une seconde,

  •  

  • mièvre (syn. fam : gnangnan), simplet ;

  • inquiétant, sinistre ; sa lecture t'a mis(e) mal à l'aise, gêné(e), dégoûté(e) ; tu as trouvé le livre répugnant

  • énervant, agaçant, horripilant

 

 

Si tu n'as pas compris, il ne t'a ni plu ni déplu, tu ne peux pas donner ton avis.

16 septembre 2013

Bonjour, comment ça va ?

Tu viens de découvrir le collège, le blog, la vie de sixième : qu'est-ce que tu en penses ? Qu'est-ce que tu aimes faire quand tu es au collège ? Pour répondre, utilise les commentaires ci-dessous.

10:42 Écrit par Vega dans Français Sixième | Lien permanent | Commentaires (24) |  Facebook | | |  Imprimer |

08 mai 2013

Pour un bestiaire poétique

colombe.jpg

La Colombe poignardée et le Jet d'eau, Guillaume APOLLINAIRE, Calligrammes

Si tu as du mal à lire, voici le texte : 

Douces figures poignardées / Chères lèvres fleuries / Mia / Mareye / Yette / Lorie /Annie / et toi Marie / où êtes-vous ô jeunes filles ?/ MAis / Près d'un / Jet d'eau qui /pleure et qui prie / Cette colombe s'extasie.

 

tous les souvenirs de naguère /  Ô mes amis partis en guerre / jaillissent vers le firmament / Et vos regards en l'eau dormant / Meurent mélancoliquement /Où sont-ils, Braque et Max Jacob / Derain aux yeux gris comme l'aube ? / où sont Raynal billy Dalize / Dont les noms se mélancolisent /Comme des pas dans une église / Où est Cremnitz qui s'engagea / Peut-être sont-ils morts déjà / desouvenirs mon âme est pleine / Le jet d'eau pleure sur ma peine/

Ceux qui sont partis àla guerre au Nord se battent maintenant /

le soir tombe  Ô sanglante mer/

Jardins où saigne abondamment le laurier-rose fleur guerrière

 

Capture d’écran 2013-05-06 à 20.34.17.png

Scriptoforme du hérisson, Michel BEAU. Cet écrivian estt originaire de la Haute-Vienn, vous pourrez en apprendre un peu plus sur lui ici :http://www.lenouvelliste.fr/actualite/Michel-Beau,-create...

Humble Hobereau Haï des Hommes dans ton Habit tout Hérissé de Hallebardes, sous l'Hortensia qui t'Héberge, tu sais

que l'Horloge a sonné l'Heure des Hulottes et des Hiboux aux yeux Hagards, que l'Hirondelle qui Habite le Hangar, là-Haut, Harcèle un

dernier moucHeron, et que le Héron, Hôte de notre étang, regagne le Hamac d'un Hêtre Hospitalier. Alors, Hardiment,

tu quittes ton Havre. A l'Horizon, Hésite et se Hausse le Hublot de la lune dans son Halo. La nuit sur le Hameau fait

Halte. Comme un Hommage harmonieux s'élève un Hosanna de Hautbois et de Harpes. Toi tu te Hâtes. Tu te

Hâtes au hasard parmi les rangs de Haricots où t'attend depuis Hier un repas d'Hermaphrodites Herbivores.

Voici qu'un Hanneton, petit Hélicoptère, Heurte de son hélice la Hampe d'une fleur et ta Hure Horrible

en Hérite. ET tu te Hâtes, tu te Hâtes et tu Halètes dans l'Herbe Humide. Hélas, déjà le Houx rend

Hommage à l'Hiver. Le vent Hostile Hurle dans les Haubans du bois.Alors, Hargneux,

tu enfouis dans ta Hure Hermétique ta mauvaise Humeur Héréditaire

et pourattendre le printemps, tu te racontes des

Histoires qui font tes nuits de Hors-la-loi

Hantées

de rêves Héroïques.

autruche.gif

L'Autruche, Vette de Fonclare

voir sur le blog de l'auteure : http://poemes-provence.fr/lautruche/

A-t-on jamais vu / plus ridicue / oiseau ? / lourd /long/laid/long/laid/long/laid/long/laid/lourd/si lourd/long laid / qu'il ne peut/voler sur la savane./ Ses ailes n'étant que tristes/ plumeux , lamentablea, inutiles ! /Son cou qui s'accroche aux nuages / est si  laid, si long, si déplumé/qu'il est une caricature /de col de cygne, de héron, de grue./ Quant à sa tête minuscule et aplatie/ et presque chaOh, Ah, Oh !/uve, elle apitoierait /même le lion qui geint car il a faim/ Mais sur son derrière/                Regardez/Approchez-vous donc/    regardez/ ces plumes, là ! /  merveilleuse / Parure / douce/fine/soie/ Joie / des /yeux/ Oh / Ah / Oh /Ah/Oh/ah/ Oh/ Ah/ Jolie parure/ Pour/les danseuses                                              Oh, Ah, Oh !/

Oh, Ah, Oh !/Oh, Ah, Oh !/Oh, Ah, Oh !/Oh, Ah, Oh !/Oh, Ah, Oh !/Oh, Ah, Oh !/Oh, Ah, Oh !/Oh, Ah, Oh !/

15:36 Écrit par Vega dans Français Sixième | Lien permanent | Commentaires (29) |  Facebook | | |  Imprimer |

11 avril 2013

Le journal de lecture


A quoi cela sert-il ?

Un journal de lecture t’apprendra à :

ð  prendre conscience de la manière dont tu lis ;

ð  sentir et nommer tes réactions à ce que tu lis,

ð  lire mieux, c'est-à-dire comprendre, interpréter et apprécier un livre.

 

Comment le faire ?

Tout d’abord, il faudra t’arrêter plusieurs fois au fil de ta lecture afin de prendre des notes : tu peux t’arrêter à chaque page, à chaque chapitre, à chaque journée de lecture : à toi de voir le rythme que tu choisis.

Au cours de ces arrêts, tu vas écrire sur un joli cahier ou un bloc-notes ou des feuilles volantes afin de :

   faire le point : que s’est-il passé dans le livre ?

   noter des éléments qui semblent importants : noms de personnage, indices, descriptions, choses étonnantes ou amusantes,

   établir des hypothèses quant à la suite,

   noter ce que tu ne comprends pas

   exprimer des réactions personnelles : émotions, impressions, idées que le livre suscite en toi,

   faire des liens avec d'autres livres que tu as lus, des choses de ta vie

   dessiner des illustrations, un plan des lieux,

   noter une phrase qui te paraît belle ou surprenante, dont tu aimerais être l'auteur

   écrire un poème sur ce que tu ressens, sur ce que ta lecture t’inspire

   créer un dictionnaire des mots inconnus, ou drôles, ou bizarres

   écrire une lettre à l’auteur pour exprimer ton admiration, ou au contraire ton indignation !

 

Ce n’est pas un travail de recherche : pas d’internet ni de recopiage !

Ce n’est pas une fiche de lecture ni un résumé.

C’est un travail entièrement personnel.

Je te souhaite de belles lectures !

14 mars 2013

Je révise mes déclinaison latines sur youtube

Le latin, c'est moderne ! Voici un petit anime qui te rappellera des souvenirs de 1ère déclinaison. Puisse-t-il t'aider à les mémoriser toutes et te donner envie d'étudier cette langue !


04 mars 2013

Histoire de la langue : du latin au français

Cours et exercices sont logés à cette adresse :

http://lelivrescolaire.fr/exerciser/resolve/display/16754

Vous aurez besoin de votre identifiant et de votre mot de passe pour faire ces exercics en ligne. Je les corrigerai en ligne aussi et vous recevrez un mail pour vous prévenir que la correction a été faite. Aussi vérifiez que vous avez donné une adresse mail valide dans votre profil.

Je sais faire une recherche étymologique sur le dictionnaire du CNRTL

Ouvre un nouvel onglet .

Pour trouver le sens d'un mot, connecte-toi au site du CNRTL avec le lien suivant :

http://cnrtl.fr/definition/

Dans la barre de recherche, tape le mot : par exemple odyssée.

Sur ton cahier, complète les phrases suivantes (un point = un signe) :

Dans le CNRTL, le mot - entrée est écrit en lettres capitales de couleur . . . . . ; il est suivi de la classe grammaticale du mot. Les sens principaux sont surlignés en . . . . .  et les . . . . . . . . . . .   en vert. La prononciation est située à la fin de l'article avec l'abréviation . . . . . . . .,  elle est indiquée par l'Alphabet Phonétique International et placée entre . . . . . . . .    .

Après la prononciation, à la fin de l'article,  se trouvent l'étymologie (abréviation : . . . . . . .) et l'histoire du mot (abréviation : . . . .).

Pour trouver l'étymologie du mot, tu as trois solutions :

- cliquer sur l'onglet blanc étymologie, au-dessus de la barre de recherche ( si un jour tu veux y aller sans passer par la définition , clique cette adresse : http://cnrtl.fr/etymologie/ )

- descendre à la fin de l'article et chercher "étymol" avec tes yeux

- utiliser le raccourci clavier pour la fonction de recherche : appuie en même temps sur les touches cmd /Pomme + f (pour les Mac) ou ctrl+f (pour les PC) et tape "étymol"

Quand tu as trouvé le paragraphe, l'étymologie est donnée à la fin.

Complète cette phrase :

Le mot odyssée vient de la langue . . . . . . . puis de la langue latine et désigne à l'origine un . . . . .     épique d'     . . . . . .     consacré aux aventures d'    . . . . . .  dont le nom en grec se dit Odysseus.

A présent sers-toi de ce dictionnaire pour faire l'exercice de vocabulaire de la fiche 2.

27 février 2013

Vocabulaire hérité du grec

Ces mots et expressions sont tirés des réalités grecques. En t’aidant de tes connaissances et d’un dictionnaire, par exemple celui du CNRTL,

http://cnrtl.fr/definition/

cherche à qui ou à quoi font référence ces mots, puis indique ce qu’ils désignent aujourd’hui :

une odyssée –

se méfier du chant des sirènes –

un marathon –

un atlas –

le chaos –

le panthéon –

la panique –  

une furie –

une mégère –

une chimère –

méduser –

un musée –

un hybride –

une voix de stentor –

un mentor –

une minerve 

14 février 2013

Tifenn raconte la Finlande

Mon fantastique voyage en Finlande


CIMG2518.JPG

 

lundi:

Le matin nous sommes parti vers 8h de Limoges et nous sommes arrivés à l'aéroport

de Paris pour nous envoler direction Helsinki, dans l'avion tout s'est bien passé.

Arrivés à destination, nous avons pris un car pour nous amener à Loviisa, notre

destination finale. Et c'est ici que j'ai rencontré la famille qui devait m'accueillir

pendant mon séjour.

Ma famille se compose d'une très gentille maman, d'un papa qui est parti vivre à

Helsinki avec le grand frère et d'Ella, qui est ma correspondante finlandaise.

 

Ella, ma correspondante

CIMG2567.jpeg

 

Mardi:

Le matin, à 6h42,je me suis réveillée avec beaucoup de difficultés (peut-être à cause

du décalage horaire) et puis j'ai pris mon petit déjeuner avec des croissants, des

concombres et des tomates...

Ensuite à 8h15, nous sommes partis à pied à l'école d'Ella, pour présenter notre projet

sur les lois de l'environnement en Limousin. Toute l'école et toutes les personnes du

projet Coménius étaient là. Nous nous sommes beaucoup amusés à le faire.

Ensuite, nous avons fait un jeu de piste, et avec Garance, nous n'avons pas beaucoup

suivi le parcours d'orientation mais nous avons visité la ville qui est vraiment très

jolie.

A 12h nous avons mangé du porridge (personnellement je trouve cela dégoûtant).

Après le repas nous sommes partis en forêt pour voir des machines qui coupent les

arbres ainsi qu'une scierie.

Et à 15h COURSE de luge!!!

C'était bien, et Mme Guillaume est tombée de nombreuses fois.

Puis retour dans la famille.

 

Ci-dessous, l'équipe finnoise présente son travail sur les lois de l'environnement.

CIMG2546.JPG

 

Ci-dessous, une machine à bois dans la forêt près de Loviisa.

CIMG2601.JPG

 

Mercredi:

Ce matin je me suis réveillée de bonne humeur.

A 8h30 nous avons pris un bus pour Helsinki pour une visite guidée (Églises

orthodoxe, chrétienne, et protestante).

Déjeuner en ville, il y avait plein de choses à manger (pizza, coca...).

L'après -midi, nous sommes montés sur un bateau brise- glace pour aller sur une île du

nom de Suomenlina pour la visiter. Sur le bateau, je ne suis pas restée longtemps

dehors car il faisait très froid.

Avant notre retour pour Loviisa, nous avons pu faire les boutiques dans un centre

commercial.

Une fois à la maison, la famille d'Ella m'a proposé d'aller dans leur sauna (cela m'a

fait du bien).

 

Eglise catholique toute ronde, creusée dans la pierre, dans le centre d'Helsinki

CIMG2698.jpeg

 

vue de la mer depuis le bateau brise-glace

CIMG2727.jpeg

 

Jeudi:

Réveil en douceur, et là une grosse journée m'attend car aujourd'hui nous allons faire

des activités dehors. Arrivées à l'école, Ella et ses copines nous invitent à faire de la

cuisine, nous nous sommes beaucoup amusés à réaliser des sortes de gâteaux à la

crème, que nous avons dévorés.

Ensuite nous sommes allés à une grande patinoire, nous avions le droit de faire du

patin ou du ski de fond.

Après ça nous avons pris des motos neige pour aller sur une toute petite île et nous

avons pêché sur la glace.

Le midi nous avons mangé a la cantine de l'école.

Ensuite nous prenons le départ pour la mairie, pour que le maire nous accueille, puis

nous avons goûté.

Enfin, pour dire au revoir à nos familles, il y a eu la fête des adieux où je me suis bien

amusée.

 

Les gâteaux

CIMG2771.jpeg

 

dans l'igloo

CIMG2782.jpeg

 

Vendredi:

Ce matin là, je me réveille à 7h pile. Juste le temps de dire un dernier au revoir à ma

famille, qui m'a si bien accueillie, et direction l'aéroport où nous prenons un avion

pour Paris et le train pour Limoges. J'ai alors pu retrouver mes parents et ma petite

soeur qui m'attendaient sur le quai de la gare.

Et voilà, fin de mon aventure.

 

CIMG2584.jpeg