Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11 mars 2014

Méthode pour réussir la dictée

La dictée nécessite de votre part concentration et méthode de relecture. Voici les six grands pièges dans lesquels les élèves tombent chaque année :

  • 1- Les fautes d'accord : sujet-verbe , déterminant-nom-adjectif
  • 2- les terminaisons des verbes
  • 3- L'orthographe des verbes et participes passés se terminant par le son "é" ou "è"
  • 4- Les consonnes doubles
  • 5- Les mots peu ou mal connus, y compris les invariables
  • 6 - Les oublis de mots

MÉTHODE DE TRAVAIL

1- Pendant la dictée :   Soyez très concentrés, notamment pendant la première lecture du professeur ; il lit avec "le ton", fait entendre les liaisons. Repérez- les à l'écoute et attendez-vous à les retrouver pour bien écrire les consonnes finales. C'est pendant cette première lecture que vous découvrirez des difficultés évidentes. Ne décrochez pas votre attention, vous risqueriez de paniquer.   Si vous ne savez pas comment orthographier un mot, mettez un  ? à côté pour  revenir lors de vos relectures. Par exemple : En cet* journée, l'ombre des pilliers(?) permettaient* de trouvé* un peu de fraîcheur.   Espacez      vos      mots      pour      avoir     la      place de    les       corriger         ensuite.                                         

2- Pendant la relecture du texte dicté par le professeur :   Soyez vigilants, ajoutez tout de suite les mots oubliés. Ex : En cet* chaude journée, l'ombre des pilliers (?) permettaient de trouvé* un peu de fraîcheur . Corrigez aussi les fautes évidentes repérées qui sont liées aux accords dans le groupe nominal, avec des mots qui se suivent : En cette chaude journée, l'ombre des pilliers (?) permettaient de trouvé un peu de fraîcheur.   Puis soulignez au crayon les mots sur lesquels vous hésitez encore. Ex : En cette chaude journée, l'ombre des pilliers (?) permettaient de trouvé* un peu de fraîcheur.

3- Au moment de votre relecture personnelle :     

 a)Vérifiez les accords, en reliant mentalement chaque sujet avec son verbe, chaque nom avec son adjectif . Ex : En cette chaude journée, l'ombre des pilliers (?) permettait de trouvé un peu de fraîcheur.                         

b) Cherchez ensuite à remplacer tous les sons en "é" qui posent problème par un verbe du 3è groupe, vouloir par exemple ; dans l'exemple, cela donne "permettait de vouloir"; donc j'écris un infinitif,  trouver avec -e-r. Ex : En cette chaude journée, l'ombre des pilliers ? permettait de trouver un peu de fraîcheur.    

c) Puis prenez une décision pour vos dernières difficultés. Demandez-vous quels mots vous  connaissez qui appartiennent à la même famille que pilliers ? : pile, empiler ; le nom prend donc un seul l. Ex : En cette chaude journée, l'ombre des piliers permettait de trouver un peu de fraîcheur.     

d)Gommez les traces de crayon, les mots soulignés : Ex : En cette chaude journée, l'ombre des piliers permettait de trouver un peu de fraîcheur.

 

Exercice

Que de fautes !  En te souvenant des six grands pièges de la dictée, applique un raisonnement logique à l'orthographe de ce texte et corrige les 31  erreurs qui y sont semées.

Cette dictée comporte trop de faute. Une relecture atentive vous permettrez de les corrigées. Mais hélas ! Vous n'êtes pas concentrer. Il est absolumant nécésaire de vous mettre au calme. Si vous  aviez eu à écrire le mot antropologue ou le mot mysentrope, je comprendré vos ésitations léjitimes ! Mais là, il n'enait rien. Avec un  peu de métode,vous pourrié réusir dans cet matière et comblées vos lacune. vos notes serait s'en nulle doute meilleure. Alors, ses dicters que vous avé toujour temps redouté ne vous feront plus peur et n'aurons plus aucuns secrets pour vous.

29 décembre 2013

Comment apprendre une leçon

 
Clique sur cette carte heuristique pour l'agrandir.Apprendre une leçon.gif

27 janvier 2013

Apprendre une leçon

Bonjour à tous,

Un bon dessin valant mieux qu'un long discours, je commencerai naturellement par une carte heuristique, que je viens de créer avec le site en ligne framapmind.org. Aucune installation de logiciel ou de connexion à un compte n'est nécessaire et la carte s'exporte en image en.jpg, que vous pouvez ensuite agrandir, imprimer et coller dans votre cahier.

apprendreTrois grands mots-clés : comprendre (pas utile si vous devez apprendre par coeur), répéter et vérifier.

En répétant, j'apprends, en vérifiant, je me rends compte que je sais  (ou pas) et ce n'est pas du tout pareil.

Voici deux techniques qui ont fait leur preuve : la boule de neige (pour tout ce qui doit être appris par coeur) et les loci, pour tout ce qui est long (exposé, théâtre).

La boule de neige, comme son nom l'indique, est un travail de répétition qui part de peu et va vers beaucoup.

Imaginons que je doive apprendre une chanson ou la déclinaison de consul, consulis, m. Je la lis une première fois, pour voir où je vais, puis je commence : 

 Je lis le nominatif consul, je le vois mentalement et je répète à voix haute : "consul".

 Je lis le nominatif et le vocatif : consul, consul, je le vois mentalement et je répète à voix haute : "consul, consul".

 Je lis le nominatif, le vocatif et l'accusatif : consul, consul, consulem, je le vois mentalement et je répète à voix haute : "consul, consul, consulem".

 Je lis le nominatif, le vocatif , l'accusatif et le datif, je le vois mentalement et... bref vous avez compris : à chaque fois j'ajoute + 1.

 Quand j'ai tout prononcé, je répète la ou les séries plusieurs fois.

Puis je passe à l'étape Vérification, qui pour la déclinaison (ou la conjugaison, c'est pareil) se fait de la même façon :  je me pose une question, à l'oral ou à l'écrit, et j'y réponds, à l'oral ou à l'écrit. Le vérificateur (moi ou la personne qui me fait travailler me donne immédiatement une validation (c'est bien / non, la réponse c'est ça)- donc on n'attend pas 10 questions pour corriger ; la vérification n'est pas un examen, c'est une réassurance.

Pour vérifier , je procède dans on exemple en 2 temps : je me donne une forme latine (consuli) ou je me donne une analyse (accusatif singulier) et je dois trouver immédiatement la solution correspondante (s'il y a plus de quatre secondes d'attente, ce n'est pas su et je reviens à l'étape répétition de la boule neige).

La deuxième technique est celle des Loci, inventée, dit la tradition, par Cicéron pour retenir ses très longs discours (il ne lisait pas ses notes à haute voix devant les juges.)

Loci signifie lieux en latin ; c'est une technique qui combine la répétition et la visualisation. Cicéron un lieu qu'il connait bien : sa maison ; elle possède un sens de circulation : on entre par l'entrée, laquelle donne accès à l'atrium, qui débouche sur le tablinum ou des cubicula, puis à l'arrière sur l'hortus avec un péristyle ; bref : à chaque lieu il attribue unparagraphe ou unepartie, à chaue objet une phrase, un mot ou une idée. Il apprend son texte en faisant le parcours de sa maison. Arrivé devant les juges, CIcéron n'a plus qu'à invoquer mentalemetn le plan de sa maison et le parcourir dans sa tête pour voir apparaître les mots, phrases idées ou gestes qu'il a associés à chque lieu.


Envie d'approfondir la question ?

Les techniques d'apprentissage sont liées à qui je suis ; c'est donc valorisant et efficace de bien se connaître pour bien apprendre. Est-ce que j'apprends mieux en marchant ? assis ? couché ? le matin ? le soir ? en écrivant ? en parlant ? en regardant ? avec des couleurs ? De quels détails est-ce que je me souviens le mieux, en général ? les voix ? les formes ? les places ? 

La première chose nécessaire pour apprendre ma leçon, c'est d'en avoir envie et d'y trouver de l'intérêt. Ca s'appelle la motivation : c'est une énergie qui vient de l'intérieur de moi-même, c'est lié à la façon dont je vois ma vie, mon travail, l'intérêt de ce que j'apprends pour moi. Quand j'ai conscience que je travaille pour moi, quand je prends plaisir à apprendre quelque chose, quand mes yeux brillent, je suis motivé. Sinon, je suis sous la pression extérieure (menaces, peur, cadeaux, récompenses etc.), une forme très différente de motivation,  qui ne fonctionnera qu'un temps : je travaille pour autrui,  pour obtenir de bonnes notes ou éviter les mauvaises, ne pas me sentir coupable, faire plaisir à autrui ; donc j'arrêterai assez vite dès qu'autrui m'ennuiera ou que la récompense (ou la punition) ne vaudra plus assez à mes yeux. C'est ainsi que j'apprendrai plus facilement ce qui me plaît, si j'y vois un intérêt, même si ça n'a rien à voir avec les cours et l'école (des chansons en langue étrangère exotique, une chorégraphie, le fonctionnement d'un moteur 6 cylindres en V etc.)

Mais il existe aussi des gens pas spécialement motivés qui apprennent vite, parce qu'ils ont beaucoup de connaissances et que ces nouvelles choses apprises se greffent vite et bien sur leurs connaissances antérieures.

La deuxième chose, c'est de savoir se relaxer, se détendre pour être en bonnes conditions d'apprendre, et de faire des pauses. 20 minutes de travail efficace, 3 minutes de pause (le temps d'une chanson).

Partons quand même du principe que je suis motivé.

Une leçon apprise doit être sue, et pour longtemps, sinon il faudra recommencer, donc  attention aux informations parasites ; mieux vaut solliciter ma mémoire à long terme (celle qui me permet de me rappeler comment on fait du vélo, les poèmes appris en CE2, les visages des gens que j'ai connus enfant, des dates, des évènements anciens, des concepts, des savoir-faire, des façons de faire). Le meilleur moyen, c'est de savoir si ma mémoire fonctionne mieux en regardant, en écoutant, en bougeant. Pour le savoir, quelques tests faciles existent, à commencer par le quiz des intelligences multiples, mais aussi d'autres trouvables dans la liste Apprendre à apprendre ci-contre, notamment la BD pour apprendre.

Mais peut-être as-tu d'autres techniques, d'autres idées très efficaces, quels que soient ton âge et ton expérience scolaire, que tu accepterais de partager dans les commentaires ?


01 octobre 2009

Carte heuristique, mind map, carte mentale et topogramme

 

Voilà plusieurs mots différents pour une seule technique inventée dans les années 1970 par l'Anglais Tony Buzan qui a fait des recherches sur l'apprentissage et le cerveau humain. Son but a été de créer un outil facile d'accès, une façon de penser qui sollicite le cerveau tout entier et libère son potentiel.

C'est quoi ce mot ?

Heuristique est à rapprocher d'Eurèka, la formule d'Archimède ( qui criait " J'ai trouvé ! " en grec en sortant de son bain ) ; c'est l'art d'inventer, de faire des découvertes et cela concerne tout ce qui peut aider à trouver. Le cerveau fonctionne par découvertes successives et par association d'idées, ce qu'ont déjà montré il y a plus d'un siècle les travaux de Sigmund Freud (quelques citations et une photo sur Evene ) sur les associations libres, l'accès à l'inconscient et aux rêves. Idem pour l'écrivain Marcel Proust avec l'épisode de la madeleine, qui fait revivre au narrateur tout un pan de son enfance - visions, goûts, émotions…-  grâce à un bout de madeleine trempée dans du thé : " tout cela qui prend forme et solidité est sorti, ville et jardins, de ma tasse de thé ".

Une carte heuristique , qu'est ce que c'est ?

Pour faire simple , c'est une technique de représentation graphique des idées et des relations entre ces idées qui fait travailler la totalité du cerveau (droit + gauche, limbique, émotionnel et cortex). pour ceux que le fonctionnement du cerveau passionne, c'est par ici qu'il faut regarder : site canadien le cerveau à tous les niveaux.

Alors comment je fais ?

Eh bien je commence par prendre mes crayons de couleur et une grande feuille (au moins A4) en format paysage.

  • * Je dessine (pas besoin d'être Picasso ou Vinci) au centre mon thème et partant de lui mes sous-thèmes : de grosses branches près du tronc, des branches plus fines au fur et à mesure qu'elle s'éloignent.
  • * J'utilise une couleur pour chaque branche afin de mieux les différencier, donc de mieux les mémoriser.
  • Chacune porte un mot, pour générer davantage d'associations d'idées, et chaque branche est de la même longueur que le mot pour que mon cerveau associe les deux.
  • * Je dessine une image par mot,
  • * Je trouve des mots-clés,
  • * Je varie les tailles des lettres,
  • * J'associe des codes, des couleurs, des symboles qui vont rendre mon travail PERSONNEL, propre à mon cerveau.
  • * Je dessine des flèches pour établir les connexions entre les idées.

Et comme on voit mieux avec des exemples :

Un exemple d'arbre à idées dessiné par Émile Zola pendant la préparation des Rougon -Macquart sur le site de la BNF

Un exemple ici, tout plein d'exemples là sur le site Pétillant

Des cartes heuristiques dessinées à la main : 

voici la galerie de Marion Charreau sur Flickr : en cliquant ur la première carte vous verrez défiler en diaporama toutes celles qu'elle a créées 

 

A quoi ça sert ?

  1. A coucher sur le papier des idées de façon visuelle.
  2. A trier ses idées, apprendre à developper et détailler.
  3. A trouver et organiser ses idées pour une rédaction.
  4. A préparer une prise de parole : cours, exposé, réunion etc.
  5. A éviter de lire à haute voix un texte lors d'un exposé.
  6. A prendre des notes. Dessiner, colorier et classer les informations font intervenir le cerveau droit et gauche. Alors que quand on écrit son cours de haut en bas  (en mode texte), c'est le cerveau gauche qui travaille, celui qui gère la logique et le langage (mais pas les émotions qui permettent de mémoriser ! )
  7. A inventer des associations d'idées quand on se prépare à écrire, quand on imagine quelque chose, ce qui favorise non seulement la créativité mais aussi la mémoire longue, celle qui a besoin de représentations personnelles.
  8. A résumer ce qu'on lit.
  9. A apprendre autrement, à réfléchir plus clairement : comme on utilise son cerveau droit, on développe son intelligence visuelle et spatiale et on mémorise donc mieux.
  10. A prendre des notes rapides et personnelles pendant la lecture d'un roman au lieu d'écrire toute une page et de perdre le fil (ou le plaisir) de la lecture.
  11. A provoquer des synapses (les connexions des neurones entre eux qui génèrent la mémoire des informations rencontrées et traitées ensuite par le cerveau). Pour en savoir plus sur les synapses, voyez le lien à gauche dans la catégorie "Apprendre"= >BD pour savoir comment fonctionne… Cliquez ensuite sur Sommaire, puis sur Aile Changeux. 

N'oublions pas que l'important, ce n'est pas l'outil, c'est la façon de s'en servir ! Donc vous n'êtes pas obligés d'adopter la carte heuristique : soyez libres de trouver ce qui vous convient le mieux. Mais n'en ayez pas peur non plus : c'est nouveau pour vous, probablement, cela va donc vous demander de vous adapter à une situation nouvelle, donc de développer vos intelligences !

Pour aller plus loin :

Des ressources sur la Toile :

le site Pétillant, en français http://www.petillant.com/rubrique1.html  ; une introduction aux cartes heuristiques

le blog d'une de mes collègues, prof de français et latin et spécialiste des cartes heuristiques : http://lewebpedagogique.com/litterae/

Le site créativité.net : ,http://www.creativite.net/mindmap-schema-heuristique-topo...