Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15 mai 2015

Subordonnées de condition : autocorrection

Bonsoir les 3e, voici la correction promise pour que vous puissiez terminer votre travail (avant de partir en Espagne, chanceux :)

Ex 1 : Souligne les propositions subordonnées de condition et entoure le subordonnant : (je colorierai le subordonnant en bleu)

1) Ses parents ont accepté de le recevoir à condition qu’il ne parle pas de religion.

2) Si vous voulez continuer à vous voir, il faudra ne pas parler de religion.

3) Pour peu que le professeur adhère à ses idées, il pourra continuer ses brimades.

4) Je t’ai apporté le tract, au cas où tu ne l’aurais jamais lu.

5) Dès lors que vous aurez frappé un camarade, vous serez sanctionné.

Ex 2 : Recopie les phrases en conjuguant le verbe de la subordonnée aux temps et mode qui conviennent : (j'ajoute en complément ce que je vous aurais demandé en classe : l'identification du verbe et la valeur de la subordonnée de condition : potentiel / irréel du présent / irréel du passé)

1) Il viendra avec plaisir en classe, pour peu que vous sachiez être corrects. Présent du subjonctif. potentiel

2) Si ç' avait été possible, Hans aurait préféré ne pas se battre. plus-que parfait de l'indicatif. Irréel du passé

3) Au cas où Hans rencontrerait le groupe d’élèves, il serait préférable de les éviter. Conditionnel simple ou conditionnel présent, irréel du présent.

4) Conrad l’aurait aidé si Hans le lui avait demandé. Plus-que-parfait de l'indicatif, irréel du passé.

5) Il vous laissera entrer dans la classe à condition que vous respectiez les autres élèves. Présent du subjonctif . Potentiel

16:38 Écrit par Vega dans Français 3ème | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grammaire |  Facebook | | |  Imprimer |

15 mars 2011

Grammaire : la modalisation.

Observe ces extraits des Contes fantastiques 

1 - " Est-ce qu'il n'y serait pas ? "(chez lui). La toilette ...paraissait avoir servi la veille.

2 - Le feu qui flambait jetait des reflets rougeâtres.

3 - Ses cheveuxse séparaient ...et coulaient comme deux fleuves d'or.

a) Quels sentiments comprends- tu dans les phrases  1 et 3 ? Quels procédés (mots, figures de style) te les signalent ?

b) Comment l'incertitude se manifeste-t-elle dans les extraits 1- ?

c) Trouves-tu ce feu beau ou non ? Justifie ta réponse.

 

Leçon

I - La modalisation : qu'est-ce que c'est ?

Presque tous les énoncés portent la marque de l'émetteur qui les a produits. L'émetteur peut ainsi communiquer ses goûts, ses sensations, ses émotions, ses opinions.

Cette subjectivité de l'émetteur existe dans tous les types de texte : narratif, descriptif, argumentatif, dans les textes réels comme dans les textes de fiction, à l'écrit autant qu'à l'oral.

De nombreux indices signalent la présence de l'émetteur dans son énoncé.

La modalisation c'est l'ensemble des éléments qui indiquent la position de l'émetteur par rapport à son énoncé : s'il est sincère, ironique, s'il veut nous influencer, indiquer que son information est tout à fait sûre ou au contraire seulement probable.

 

II - Les différentes modalités

A : LA PRAGMATIQUE ou  les relations

Je peux dans mon énoncé rendre compte des diverses relations qui existent entre moi et mon interlocuteur :

-la permission : Vous pouvez sortir.

-l'obligation : Vous devez travailler. Silence ! Asseyez - vous.

-la requête polie : Tu peux me passer ton livre, s'il te plaît ? Asseyez-vous, je vous prie. Tu pourrais te taire ?

-le conseil : Tu ne devrais pas te taire. Il vaut mieux ne pas en parler à ta sœur.

-la promesse : On ira au ciné demain. Je t'assure qu'on ira. C'est promis, on ira.

B: LE DOUTE ou probabilité (indispensable pour faire naitre le doute fantastique)

L'information que je donne n'est pas certaine, elle n'est que probable et je le dis avec :

-des verbes modaux pouvoir, devoir (pensez à l'anglais may, can)

Pierre doit normalement aller chercher les enfants à l'école.

Ça peut se faire.

- des verbes sembler, paraître, avoir l'air etc. (voir le magasin des mots pour plus de détails)

Il a l'air facile, ton exercice. La toilette semblait avoir servi la veille.

- du futur antérieur à valeur modale

Bébé tousse. Il aura pris froid hier à la piscine.

- du conditionnel à valeur modale

Les cambrioleurs se seraient enfuis  dans une Renault grise.

C: L'ÉVALUATION ou donner un prix, une valeur à ce qu'on dit.

Je peux donner mon opinion, positive ou négative, sur ce que je dis. J'exprimerai cette modalisation par mon vocabulaire, des figures de style, des noms ou des adverbes que je place fréquemment en tête de phrase :

Heureusement que tu es arrivé ! C'était vraiment trop de la balle, cette soirée ! Il est complètement barré, celui-là !

 

III - Comment modaliser ? Quels sont les procédés ?

A : l'intonation à l'oral, la typographie à l'écrit, la ponctuation soulignent les émotions de l'émetteur :

Quoi !! Tu OSES me soupçonner ?

B : le vocabulaire péjoratif ou mélioratif

Cet adorable enfant. Cet exécrable marmot. Tu parles à cette vieille blondasse !

C : certains types de phrase : exclamatif et interrogatif (question rhétorique)

Tu te fiches de moi, hein, c'est ça

D : les verbes

d'opinion, de jugement, de possibilité, de certitude (voir le magasin des mots)

E : les adverbes (voir le magasin), très intéressants pour marquer le doute

F : les figures de style,

notamment les images : comparaison et métaphores

  et les figures d'ironie :

antiphrase : Bravo, c'est du propre ce bulletin, tu peux être fier de toi !

litote Va, je ne te hais point.

périphrase : Le locataire de l'Élysée (= il ne va pas y rester éternellement, il n'en est pas propriétaire)

IV - Modaliser pour mettre à distance

Je peux donner une information et en même temps signaler que ce n'est pas mon opinion :

D'après les journaux de TF1, aucune fuite nucléaire n'est à craindre au Japon.

Selon un communiqué de presse, le mariage princier aura lieu au mois de juin.

Citer sa source permet en effet d'être précis et honnête, mais aussi de prendre de la distance par rapport à son information, de parodier, d'imiter, de rendre hommage ou d'indiquer qu'on n'est pas responsable des propos qu'on émet. Le conditionnel, notamment, permet de dégager sa responsabilité.

Le colonel aurait quitté le pays depuis ce matin.

 

 

23:46 Écrit par Vega dans Français 4ème | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grammaire |  Facebook | | |  Imprimer |

09 septembre 2010

communication et énonciation

La leçon et les exercices de grammaire sont  ci-dessous et dans le fichier joint.

énonciation leçon +ex.doc

Communication et énonciation

Si on te demande

*Des consignes avec certains de ces mots « communication, énonciation, narrateur, énoncé, locuteur, destinataire »

*Tous les sujets de rédaction.

Tu dois savoir …

 

I – Qu'est-ce que la situation de communication ?

C’est la situation dans laquelle on se trouve au moment où l'on communique avec quelqu'un, par le langage oral ou écrit, par les gestes, les attitudes ou les images. Pour la définir, on identifie plusieurs éléments : qui communique avec qui ?- dans quel but ? - par quel moyen? - dans quelles circonstances ?

 

II – Qu'est-ce que la situation d'énonciation ?

C'est une situation de communication où l'on communique un message par le langage oral ou écrit. Par ex, un professeur qui parle à ses élèves, des élèves qui répondent, un enfant qui envoie une carte à ses parents, un député qui écrit son discours pour l'Assemblée Nationale.

 

 

III- Les éléments de la situation d'énonciation : indices d'énonciation ou déictiques (racine deik/digit : montrer, désigner)

Pour comprendre et définir une situation d'énonciation il faut repérer les éléments qui la composent :

· Qui parle? L' énonciateur.

· À qui parle-t-on? L'énonciataire

· Dans quelles circonstances? (où, quand et pour quoi faire?) Le lieu, le moment et le but de l'énonciation.

On tient compte également des niveaux de langue (soutenu, courant, familier).

 

 

Le locuteur ou émetteur ou énonciateur

Celui qui produit le message

Qui parle ? Indices : Nom propre (parfois signalé au début). Pronoms personnels, pronoms/adj poss de la 1°pers. Marques de jugement du locuteur : mots positifs ou négatifs. Marques de ses sentiments. Registre de langue

Le destinataire ou récepteur ou énonciataire

Celui a qui est destiné le message

À qui ? Indices : Nom propre Apostrophe. Pronoms personnels, pronoms /adj. poss de la 2~ pers

L’énoncé ou message

La phrase ou le texte produit

Quoi ? À quel sujet?

Indice : Champ lexical dominant

Le but du message

Ce que l'on veut transmettre

Dans quel but ? Émouvoir? Informer ? Convaincre ? Indices : Tonalité du texte. Forme des phrases

Le contexte ou les circonstances

Le lieu et le temps de l'énoncé

Où et quand est produit l'énoncé?Indices : Marques de l'espace ou du temps .Certains compl. circ lieu (ici; à ma gauche)Certains compl. circ de temps (maintenant.) Temps des verbes /présent d'énonciation,passé composé, futur ...

Comment savoir si un texte porte des marques d'énonciation ? Un texte porte les marques de la situation d'énonciation si tu peux y repérer des déictiques.*

Les déictiques sont des mots qui désignent la situation d’énonciation, les gens ou les lieux qui en font partie :

l les indices concernant le locuteur, le destinataire. Ce sont des indices de personne : pronoms personnels de 1ère et 2ème pers., déterminants et pronoms possessifs de 1ère et 2ème pers.: je, tu, toi, vous, les miens, votre, tes…

l les indices de temps : maintenant, hier, aujourd'hui, demain, l’année dernière, il y a quatre ans, le mois prochain…

l les indices de lieu : ici, chez moi, près de vous, dans ma rue…

l les pronoms et déterminants démonstratifs qui servent à montrer ou à situer par rapport à l'énonciation. ex : Qu'est-ce que vous me racontez-là, bande de petits flemmards ? Vous essayez de me dire que vous ne voulez pas rendre votre devoir ni revenir travailler ici demain ? C'est absolument hors de question ; de toute façon, je suis certain que vous serez tous !

Les indices roses montrent qu'il s'agit d'un professeur, qu'il est en colère (voir le !), qu'il porte un jugement sur ses élèves en précisant leur caractère (flemmard) et qu'il l'affirme avec certitude, les bleus qu'il s'adresse à ses élèves, les rouges permettent de situer le lieu et le temps de ce discours.

l Dans ce cas, on dit que le texte est ancré dans la situation d'énonciation.

IV – Les deux types d'énoncés

l L'énoncé ancré dans la situation d'énonciation ne se comprend que par rapport à cette situation : ce sont les dialogues insérés dans les récits, les lettres, les journaux intimes etc. Il contient des indices d'énonciation. Ses temps sont le présent d'énonciation, le passé composé et le futur, éventuellement des impératifs.

l L'énoncé coupé de la situation d'énonciation se comprend sans qu'on ait besoin de connaître la situation d'énonciation. C'est le cas des romans, récits, nouvelles, contes,écrits à la 1ère ou à la 3ème pers qui racontent des évènements passés, mais aussi des textes documentaires…

Ex: Le chevalier d'Artagnan descendit de cheval et jeta un coup d'œil autour de lui. Un groupe de cavaliers vêtus de rouge lui faisait barrage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MAINTENANT EXERCE-TOI !

 

1-Imagine une situation d'énonciation pour chaque énoncé et définis-la. Tiens compte des niveaux de langue. (Leçon II et III)

1. Tu dois pouvoir encore améliorer tes performances.

2. Je vous prie de bien vouloir m’excuser pour ce retard indépendant de ma volonté.

3. T'as pas dix balles?

4. J' te répète qu'elle démarrera pas, fallait faire le plein quand j' te l'ai dit!

 

2- Imagine 2 énoncés correspondant à cette situation d'énonciation : (Leçon II)

Énonciateur : un enfant. Enonciataire : un parent. Lieu : une librairie de centre-ville. Moment : quelques jours avant les fêtes de Noël. But : 1) attirer l'attention du parent – 2) obtenir un cadeau.

 

3- Les mots soulignés sont-ils ou non des indices d'énonciation? (Leçon III)

 

Dimanche dernier, mon frère et moi avons promis à nos parents de préparer le repas de midi. On voulait leur faire plaisir : ils sont un peu fatigués depuis la rentrée. A mon avis, c'était un désastre. Mais ils ont été très indulgents.

4- L'énoncé est-il ancré ou coupé de la situation d'énonciation ? Colorie les mots qui t'ont mis(e) sur la voie. (Leçon III et IV)

1. Demain matin, je t'emmènerai à la piscine.

2. Cela faisait deux ans que la petite fille n'avait pas vu sa grand-mère. Elle la trouva vieillie.

3. Mamie nous a annoncé qu'elle partait en croisière avec papy après-demain.

4. Aujourd'hui maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais plus.

5. Il fait bon vivre ici !

6 . Un soir de décembre, la neige tombe à gros flocons.

23:59 Écrit par Vega dans Français 4ème | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : énonciation, grammaire |  Facebook | | |  Imprimer |

01 février 2010

GRAMMAIRE : LES CAS DIFFICILES

Grammaire  : Remédiation
Préambule : ex interactif par internet
http://www.ccdmd.qc.ca/fr/jeux_pedagogiques/?id=1041&...

SAVOIR IDENTIFIER LES NATURES : LE PROBLÈME DES HOMONYMES


Cas 1 : la, les, les  : pronom ou déterminant ?

A savoir : un déterminant complète un nom , se place devant le nom et fait partie d'un groupe nominal
Un pronom remplace un nom : donc il n'y a pas de nom à côté d'un pronom !

Quelle clé utiliser  ? La clé de la place.=> Où est placé le mot ? A côté de qui ?
Déterminant : Devant un nom ou d'un adjectif ; le nom est tout près.
Pronom : Devant un verbe conjugué ou à l'infinitif. Aucun nom à proximité immédiate.

Exercice 1 : En utilisant la clé de la place, identifie la nature des mots en gras : déterminant ou pronom.
Ex : Il la mange . La est devant un verbe conjugué =>c'est un pronom
Je les aperçois, les feuilles qui tombent de la forêt voisine ; elles jonchent le sol et le recouvrent de la plus belle livrée d'automne qui soit.


Cas 2 : en : préposition ou pronom adverbial ?

A savoir : une préposition se place devant un nom, propre ou commun, ou un participe présent.
Un pronom remplace un nom et se place devant un verbe conjugué.
Quelle clé utiliser ? La clé de la place. (voir ci-dessus)

Exercice 2 : en utilisant la clé de la place, identifie la nature du mot en : Ex  On en parle souvent . En est devant un verbe conjugué =>c'est un pronom
En passant par la Lorraine, j'ai rencontré trois capitaines qui préféraient  circuler en voiture plutôt qu'en bateau ; ils en avaient vu, du pays,  et ils en parlaient tellement bien qu'ils m'ont donné envie de m'installer en Italie.


Cas 3 : que : pronom relatif ou conjonction de subordination ?

A savoir : un pronom relatif remplace un nom (son antécédent) qui se trouve le plus souvent avant ce pronom relatif (d'où son nom : anté- cédent = qui marche avant / devant) ; dans ce cas, la fonction est liée à la forme « que » : il servira de  COD, c'est  un reste de l'ancienne déclinaison qui subsiste en français. Il peut aussi être associé au pronom c' + est : on obtient la forme emphatique c'est… que .
Une conjonction de subordination ne porte pas de sens (c'est un pur mot-outil) et n'a donc aucune fonction. Donc si la consigne comporte « nature ET fonction », la réponse ne peut pas être « conjonction » ! En outre elle suit un verbe (le verbe principal) afin d'introduire une nouvelle proposition (subordonnée conjonctive) ou parfois un adverbe.
Cas difficile : « et que »
« que » reprend une conjonction de subordination déjà citée : il est conjonction de subordination.
Ex : Si tu viens demain et que le temps le permet, nous irons à la piscine. que, conj de sub, remplace « si ».
que reprend le nom précédemment cité : c'est un pronom relatif et il y a2 relatives dépendant du même nom.
Voilà la fille que j'aime et que je veux épouser. que, pronom relatif ayant pr antécédent « fille »

Quelle clé utiliser ? La clé de la place : derrière un nom =>pronom relatif ; derrière un verbe : =>conjonction de subordination ; derrière un adverbe : conjonction de subordination
et la clé du remplacement : si je peux remplacer que par un nom présent dans la phrase, alors c'est un pronom relatif.

Exercice 3 : en utilisant la clé de la place ou celle du remplacement, identifie la nature de que :

C'est le 3ème épisode de « La petite maison dans la prairie » que tu regardes ; il faudrait que tu ailles te coucher maintenant, parce que tu vas à l'école demain et que tu as un contrôle de math ; et comme tu as un peu raté  le dernier que tu aies fait et que je ne veux pas que ça recommence,  tu as intérêt à le réussir si tu veux que j'autorise Karim à passer les vacances avec toi !

Exercice 4 par internet
http://www.ccdmd.qc.ca/fr/exercices_interactifs/index.cgi...

 

00:31 Écrit par Vega dans Français 3ème | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : grammaire, analyse |  Facebook | | |  Imprimer |

05 novembre 2008

Le sujet

Si tu as besoin de faire le point sur la fonction essentielle de toutes les langues, ces petits exercices simples sont faits pour toi.

J'observe et je réfléchis

Deux pigeons construisent un nid. Nous les observons. Bientôt naîtront les oisillons

Souligne les verbes.

 Qui construit?...................................................... Qui observe?..................... Qui naîtra?..........................................

 

 

Le sujet fait l'action ou se trouve dans l'état exprimé par le verbe.

Je m'exerce

Souligne en noir les verbes conjugués et en bleu les sujets.

1 Une grande cheminée occupait le centre de la pièce. 2 Toi et moi avons obtenu les meilleures notes. 3 Ce magasin appartient à la même famille depuis plus d'un siècle. 4 Faire du sport est parfois fatigant, mais cela nous maintient en forme. 5 Qui vient avec moi au cinéma? 6 Il paraît que le dernier lndiana Jones est sorti.

 

Le sujet a des classes grammaticales variées: nom,GN, pronom, infinitif,groupe infinitif...

 

Indique la classe grammaticale des sujets que tu viens de souligner.

1                                               5

2                                               6

3                                               7

4                                               8

 

Le plus souvent, le sujet se place devant le verbe. Mais il existe des sujets inversés : ils sont placés après le verbe. Cela se produit souvent dans les phrases interrogatives

 

Souligne en bleu les sujets placés devant le verbe et en noir les sujets inversés.

Je vois qu'à l'horizon se forment de gros nuages noirs. Peut-être devrions-nous rentrer; qu'en penses- tu?

 

Le verbe s'accorde en nombre et en personne avec le sujet.

 

Mets les verbes entre parenthèses au présent puis au passé composé de l'indicatif. Puis souligne les sujets.

Un géranium et un dahlia (garnir)................................................................................................la jardinière. Je les (arroser)......................................................................................................souvent. (Prendre).............................................................................................-nous la bonne direction?

Un livre de contes et de légendes de tous les pays (se trouver)................................................................................................sur mon bureau. En Amazonie (vivre).........................................................................................................des espèces animales inconnues de l'homme.

 

 

21:02 Écrit par Vega dans Remédiation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : grammaire, fonctions |  Facebook | | |  Imprimer |