Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09 mars 2009

Comment découper une proposition sans scie sauteuse

 Les verbes sont tous soulignés ;  je rappelle qu'un verbe = une proposition, donc comptez les verbes!

 Les mots subordonnants sont en italique (les conjonctifs et les relatifs). Pour savoir de quel mot ils dépendent, regardez le mot juste au-dessus: c'est lui.

Pour savoir où commence une proposition, rappelez-vous que tout mot subordonnant débute une proposition subordonnée.

Voici le code de couleur pour comprendre le découpage:

en bleu, la proposition principale.

En rouge la proposition subordonnée conjonctive ( qui peut être complétive ou circonstancielle);    

en vert, la proposition subordonnée relative

et en rose la proposition subordonnée interrogative indirecte  (il y en avait une)

 

Dans ce texte se pose le problème de l'analyse de "que" dans "avec pour fâcheuse conséquence que"; contre toute attente, il s'agit là d'une subordonnée complétive qui dépend d'un nom, comme dans les phrases 

Je suis très contente à l'idée qu'il vienne.   A la pensée qu'il va falloir encore se lever demain, j'ai envie de me recoucher.

On le comprend bien en réfléchissant: "ils se noieront" = c'est la conséquence de leurs actes. On ne peut pas dire *ils se noieront conséquence; que ne reprend pas ce nom, il le complète.

Mais je le reconnais, c'était difficile.

 

 


Le premier pingouin jure 

                              que la valise ne contient aucun jeu de cartes, ce en 

                                                                                                quoi il dit la vérité pour une fois,

tandis que le deuxième veut savoir 

                                        comment les serpents parviennent à jouer aux cartes,

mais  la colombe décrète 

                           qu'elle n'a pas envie de poursuivre cette discussion, 

                           qu'elle va ouvrir cette valise 

et                        que                                                             les deux pingouins peuvent faire une croix sur leur place, avec pour

                           {si elle y trouve autre chose qu'un gros vent,}

fâcheuse conséquence 

                     qu'ils se noieront         

et                  qu'il n'y aura plus de pingouin à l'avenir, ce  

                                                                               dont, personnellement, elle se bat l'oeil éperdument.

 

          Ulrich Hub  -  L'arche part à 8 heures,   Alice éditions