Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11 mai 2015

Le théâtre est un genre

A ) Les origines antiques

Remets les éléments suivants à leur place dans le tableau placé en dessous :

- Apparu à la fin -VIe siècle, le genre domine au -Ve siècle

- Apparu en -486, lors des grandes Dyonisies (jeux comiques)

- « Corriger les hommes en les divertissant » Molière, Premier Placet sur Tartuffe

- Culte à Dionysos pour lequel on sacrifie un bouc (tragos en grec)

- Culte à Dionysos avec des cortèges (kômoi), où l'on entend des plaisanteries et des chansons

- Fin funeste, inévitable sanction des erreurs

- Fin heureuse

- « Par la pitié et la crainte [elle] purge ses semblables de ses passions » Aristote, Poétique VI, 2

- Personnages illustres, ils vivent des combats, des passions, des douleurs exceptionnelles

- Plaisanteries grossières, tirades satiriques contre les personnages publics, caricature des dieux

- Récits issus de la mythologie et de l’histoire antique

- Situation familiale associant amour, argent et quiproquos, types sociaux caricaturés, faciles à identifier (père avare, belle-mère acariâtre, etc.)

 

 

La tragédie

La comédie

Origines du genre

 

 

Date de création

 

 

Définition du genre

 

 

Thèmes

 

 

Personnages

 

 

La fin

 

 

 B) Le théâtre en Europe du XVIe au XVIIIe siècle : Commedia dell’arte, Baroque, classicisme

 Complète le tableau ci-dessous qui te permettra d’avoir une vue d’ensemble de ces trois mouvements et des genres théâtraux qu’ils ont produits.

- Apparaît à la fin du XVIe siècle

- Apparaît dans la 2e moitié du XVIIe siècle

- Concerne tous les arts (peinture, sculpture, littérature, architecture, musique)

- Les pièces se caractérisent par des intrigues à rebondissement, un mélange des tons (comique, tragique)

- Les pièces se conforment à la règle des trois unités formulée par le poète français Boileau dans Poétique : « Qu'en un lieu, qu'en un jour, un seul fait accompli / Tienne jusqu'à la fin le théâtre rempli. »

- Mot d’origine portugaise qui désigne une perle ou une pierre irrégulière

- Mot italien qui signifie « théâtre interprété par des gens de l’art »

- Ne concerne que le théâtre

- Né en Italie, se répand en Europe

- Né en France, il concerne surtout ce pays

- Une règle de bienséance interdit ce qui peut choquer le spectateur (meurtre sur scène par ex.) ainsi que le mélange des genres (comédie, tragédie).

- Uniquement comiques, les pièces se composent de lazzis (plaisanteries burlesques, jeux de mots, grimaces, acrobaties)

 

Conseil : complète le tableau ligne par ligne, tu trouveras plus facilement les réponses.

 

 

Commedia dell’arte

Baroque

Classicisme

Origine du mot

 

 

Mot français qui vient de l’adjectif classique

Apparition du mouvement

Apparaît au XVe siècle

 

 

Lieu de naissance du mouvement

 

Né en Italie, se répand dans toute l’Europe

 

Arts concernés

 

 

Concerne tous les arts (peinture, sculpture, littérature, architecture, musique)

Caractéristiques

Les pièces se fondent sur l’improvisation des acteurs qui travaillent à partir d’une simple trame

 

 

Mélange des genres et des tons

 

On trouve aussi bien des combats à l’épée, des scènes d’amour que des scènes comiques

 

Si le tableau n'apparaît pas bien , tu peux télécharger le document  avec le lien ci-dessous et le compléter :

théâtre 17è.doc 

Le théâtre est un lieu

Les origines antiques : Vocabulaire théâtral 

Rends-toi sur cette page

http://www.latinistes.ch/latin/culture/theatre/theatre_a_...

qui va te permettre de compléter le tableau suivant. Attention, il n'y a pas toujours d'équivalent français et ils ne sont pas donnés dans le document : à toi de les retrouver.

 

Mot grec

Équivalent latin puis équivalent  français

La skéné

 

Le proskenion

 

L’orchestra

 

La thymélé

 

Le parodos

 

 Ensuite rends-toi sur le site du théâtre antique d'Orange (un théâtre gallo-romain)

http://theatre-antique.com/fr/dossiers/theatre-antique?ga...

à l'aide du plan du théâtre dans l'image précédente, retrouve sur les photos :

les gradins

la scène

l'avant scène

le mur de scène

le vomitorium

l'orchestre

28 janvier 2015

Latin vivant : le prologue de l'Aulularia de Plaute par Antoine

Ecoutons Antoine dire en latin le prologue de l'Aulularia de Plaute :



podcast

 


podcast

 

 

 

 

19 novembre 2014

Arria Marcella : Visite illustrée de Pompei avec Théophile Gautier

Dans la nouvelle de Théophile Gautier  Arria Marcella, qui se déroule à Pompéi au XIXe siècle, le héros Octavien visite Pompéi avec ses amis : en voici l'illustration en photos qui te permettra de voir ce qu'imaginait Gautier en écrivant.

"Il regardait d’un œil effaré ces ornières de char creusées dans le pavage cyclopéen des rues et qui paraissent dater d’hier tant l’empreinte en est fraîche ;photo 4.JPG

 ces inscriptions tracées en lettres rouges, d’un pinceau cursif, sur les parois des murailles : affiches de spectacle, demandes de location, formules votives, enseignes, annonces de toutes sortes, curieuses comme le serait dans deux mille ans, pour les peuples inconnus de l’avenir, un pan de mur de Paris retrouvé avec ses affiches et ses placards ;

photo 2 copie.JPGphoto 3 copie.JPGphoto 4 copie.JPG

 ces maisons aux toits effondrés laissant pénétrer d’un coup d’ œil tous ces mystères d’intérieur, tous ces détails domestiques que négligent les historiens et dont les civilisations emportent le secret avec elles ;pompei,arria marcela,théâtre,inscription,graffiti

ces fontaines à peine taries, ce forum surpris au milieu d’une réparation par la catastrophe, et dont les colonnes, les architraves toutes taillées, toutes sculptées, attendent dans leur pureté d’ arête qu’on les mette en place ;pompei,arria marcela,théâtre,inscription,graffiti

ces temples voués à des dieux passés à l’état mythologique et qui alors n’avaient pas un athée photo 5-1 copie.JPG; ces boutiques où ne manque que le marchand ;

ces cabarets où se voit encore sur le marbre la tache circulaire laissée par la tasse des buveurs ;pompei,arria marcela,théâtre,inscription,graffiti

cette caserne aux colonnes peintes d’ocre et de minium que les soldats ont égratignée de caricatures de combattants, et ces doubles théâtres de drame et de chant juxtaposés, qui pourraient reprendre leurs représentations, si la troupe qui les desservait, réduite à l’état d’argile, n’était pas occupée, peut-être, à luter le bondon d’un tonneau de bière ou à boucher une fente de mur, comme la poussière d’Alexandre et de César, selon la mélancolique réflexion d’Hamlet.

Fabio monta sur le thymelé du théâtre tragique tandis que Octavien et Max grimpaient jusqu’en haut des gradins,photo 5.JPG et là il se mit à débiter avec force gestes les morceaux de poésie qui lui venaient à la tête, au grand effroi des lézards, qui se dispersaient en frétillant de la queue et en se tapissant dans les fentes des assises ruinées ; et quoique les vases d’airain ou de terre, destinés à répercuter les sons, n’existassent plus, sa voix n’en résonnait pas moins pleine et vibrante. 

Toutes photos : ©Véronique Guillaume

17 juin 2014

Une Odyssée théâtrale, acte I.

Une Odyssée théâtrale. Adaptation Véronique GUILLAUME, d'après Homère.

Acte I.

(La scène se passe à Colone, petite bourgade près d'Athènes, près d'un bois d'oliviers. Il fait chaud.)

Scène 1. HOMERE et DEMODOKOS

 (Homère entre, s'avance à petits pas. Il sera toujours accompagné d'un jeune garçon, Demodokos. Il s'assoit sur un tronc, époussète ses vêtements et tend la main. Demodokos lui tend quelques olives.)

HOMERE - Je suis l'aède. Je suis aveugle. (Il mange.) Les dieux m'ont enlevé la vue, mais j'ai reçu en échange un bien plus précieux. (Le garçon s'installe, mange avec lui, range la besace.Je ne vois pas le monde des hommes, mais je lis dans leur cœur, dans leur âme. Je peux les émouvoir, les charmer, les terrifier. Je vis dans le séjour des Muses. Ce soir je chanterai Ulysse qui veut rentrer chez lui. 

odyssée,théâtre,ulysse,homère

Scène 2. LA FOULE, HOMERE, DEMODOKOS puis ULYSSE, CALYPSO

(Soir)

(La foule s'impatiente. Bruits. Entrent Homère et Demodokos)

HOMERE  - Chante-moi, Muse, cet homme aux mille ruses qui erra si longtemps, après qu'il eut renversé la citadelle sacrée de Troie. Et il vit les cités de peuples nombreux, et il connut leur esprit ; et, dans son coeur, il endura beaucoup de maux, sur la mer, pour sa propre vie et le retour de ses compagnons Mais il ne les sauva point, malgré son désir ; et ils périrent par leur impiété, les insensés ! ayant mangé les boeufs de Hélios  Et ce dernier leur ravit l'heure du retour. Dis-moi une partie de ces choses, Déesse, fille de Zeus. Tous ceux qui avaient évité la noire mort, échappés de la guerre et de la mer, étaient rentrés dans leurs demeures ; mais Ulysse restait seul, loin de son pays et de sa femme, et la vénérable Nymphe Calypso, la très noble déesse, le retenait dans ses grottes creuses, le désirant pour mari. Et quand le temps vint, après le déroulement des années, où les Dieux voulurent qu'il revît sa demeure en Ithaque, même alors il devait subir des combats au milieu des siens. Et tous les Dieux le prenaient en pitié, excepté Poséidon, qui était toujours irrité contre le divin Ulysse, jusqu'à ce qu'il fût rentré dans son pays. (…) 

 

Scène 3.   ZEUS, ATHENA, APOLLON, APHRODITE, HERA, POSEIDON, entrant

 

ZEUS - Ah ! Que les hommes sont insensés ! Ils disent que leurs malheurs viennent de nous, et pourtant ils se débrouillent bien tout seuls pour être malheureux. Voyez Oreste, le fils d'Agamemnon, qui vient d'assassiner Egisthe, l'amant de sa mère. Quoi de plus normal ! Egisthe avait tué Agamemnon, le propre père d'Oreste, lui volant ainsi et sa femme et son trône. Nous l'avions bien prévenu pourtant de ne pas agir ainsi. Peine perdue !

ATHENA - Oui, père Zeus, fils de Cronos, tu as bien parlé. Mais mon coeur est dévoré de chagrins en pensant au valeureux Ulysse, à cet infortuné, qui depuis longtemps, loin de ses amis, souffre d’amères douleurs dans une île lointaine, située au milieu de la mer ; c’est dans cette île, couverte de forêts, qu’habite une déesse, la fille du prudent Atlas, qui connaît tous les abîmes de la mer, et qui soutient les hautes colonnes appuis de la terre et des cieux. Oui, sa fille retient ce héros malheureux et gémissant, elle le flatte sans cesse par de douces et de trompeuses paroles, pour lui faire oublier Ithaque ; mais Ulysse, dont l’unique désir est de revoir la fumée s’élever de la terre natale, voudrait mourir. Ton coeur ne se laissera-t-il point fléchir, roi de l’Olympe ? quoi donc ! Ulysse près des vaisseaux argiens, et dans les vastes champs d’Ilion, a-t-il jamais négligé tes sacrifices ? Pourquoi donc es-tu maintenant si fort irrité contre lui, grand Zeus ? 

ZEUS - (étonné) Ma fille, quelle parole s'est échappée de l'enclos de tes dents ? Comment pourrais-je oublier le divin Ulysse, le subtil Ulysse, le rusé Ulysse ? C'est Poseidon, mon frère,  qui lui en veut ! Oublies-tu qu'il a aveuglé son fils chéri, le cyclope Polyphème ? Il est si en colère qu'il ne veut même pas le tuer, mais le faire souffrir, en ébranlant le sol, en provoquant les tempêtes qui éloignent chaque jour un peu plus Ulysse de son pays ! L'errance, voilà à quoi Poséidon a condamné ton protégé.

ATHENA - O Père, le plus haut des Rois ! S'il te plaît, laisse repartir Ulysse chez lui. Envoie Hermès dans l'île d'Ogygiè où réside Calypso qui tient Ulysse captif depuis sept ans qu'elle l'aime. Ordonne-lui de le laisser repartir. Et moi , pendant ce temps, j'irai à Ithaque, je parlerai à son fils Télémaque, je le pousserai à partir à Sparte et dans la Pylos des Sables chercher des nouvelles de son père. (Zeus sourit et acquiesce. Ils sortent.)

 

iliadandtheodyssey15assembléesdesdieux.png

Scène 4. Dans l'île d'Ogygiè, chez Calypso. HERMÈS, ULYSSE, CALYPSO.

HERMES - Zeus l'a ordonné, Calypso,  : tu dois te soumettre toi aussi aux ordres du roi des dieux.

CALYPSO  (pleurant) - Mais je l'aime ! Et notre enfant, y songes-tu ?

HERMES - Calypso, ne le retiens pas de force ! Il ne peut plus regagner la terre de sa patrie. Apprends-lui à construire un radeau, et qu'il reprenne la mer.

Scène 5.  Sur la plage. CALYPSO, ULYSSE.

(Calypso et Ulysse se tiennent longtemps embrassés. Ulysse finit les derniers préparatifs de son radeau et s'en va.)

Scène 6. CALYPSO

CALYPSO  - (Elle est en transe.)  Tu t'engages pour un long voyage, mon bien-aimé ! Oh ! Horreur ! Poséidon l'Ebranler du sol déchaîne sur toi sa colère ! Je vois les vagues qui te submergent, et ton pauvre radeau englouti dans les flots. Mais tu vivras ! Tu survivras ! Tu aborderas les rivages de Phéacie, le corps tout abimé par la tempête ! La princesse Nausicaa t'accueillera et te mènera au palais de son père, le roi Alkinoos.

(Illustrations : Alice et Martin  PROVENSEN)odyssée,théâtre,ulysse,homère

15 mai 2012

Présentation d'une pièce de théâtre

Bonjour,
Je rappelle ici ce que vous devez faire pour demain mercredi :
Présenter une pièce de Molière ou de Shakespeare
Carte heuristique autorisée pour les notes
Résumé de l'intrigue de la pièce : il doit permettre à vos camarades de comprendre qui est le personnage principal de la pièce et qui sont les autres personnages par rapport à lui, ce qu'il veut, qui peut l'aider pour y arriver et qui l'empêche.
Dites qui interprétait l'extrait que vous avez vu en vidéo ( sont bannies les expressions :" c'était bien, génial, super, nul, bof " quine donnent aucun argument ni opinion personnelle )
N'oubliez pas de vous entraîner devant votre miroir et de capter votre propre regard !

13 mai 2012

Lire en ligne l'Antigone de Sophocle

Vous pouvez télécharger un e- book gratuitement et légalement à cette adresse
http://www.livres-et-ebooks.fr/telecharger.php?id=7959
La scène entre Antigone et Creon commence p14 , après la tirade du gardien, jusqu'à la page 17, entrée d'Ismène.
EDIT : je place également le fichier ici pour le consulter au collège.

Antigone.pdf

09 mai 2012

Interprétation d'Antigone

Lorsque Barsacq créé la pièce d'Anouilh en 1944, la France est occupée par les Allemands et le gouvernement de Vichy dirige par le maréchal Pétain. Il a commencé à écrire des pièces de théâtre en 1932 mais le succès n'arrive qu'en 1937 avec Le voyageur sans bagage. On ne peut pas considérer Anouilh comme un écrivain engagé : apolitique, il a été également traité de fasciste et de communiste. Il essaie en 1945 de sauver l'ecrivain collaborateur Robert Brasillach, condamné à la peine de mort, mais en vain.
Que penser d'Antigone ? Certains spectateurs et critiques ont vu en Créon l'image de Pétain, et en Antigone une figure de la Résistance parce qu'elle s'oppose à Créon. Mais le poète et critique Claude Roy, sous le pseudonyme de Georges Adam, reproche à Anouilh dans Les Lettres francaises une Antigone égoïste, sans valeur humaine, sans altruisme, s'opposant de façon désespérée à un Créon trop présent et trop humain :
"C'est à Créon qu'il appartiendra de démasquer Antigone, l'Antigone de 1944 de Jean Anouilh. Un à un, il lui arrache ses faux visages. La nouvelle Antigone ne meurt plus par fidélité à une mémoire car elle accepte l'image que Créon lui propose de Polynice : un imposteur et un jeune voyou. Elle ne se sacrifie pas à une foi religieuse car elle partage le scepticisme ironique du dictateur. Et ce n'est pas non plus à l'opresseur de Thèbes qu'elle s'attaque...
[...]
Quand Créon lui demande pourquoi, en fin de compte, elle meurt, elle répond : "Pour moi". Cette parole sonne lugubrement, dans le même temps où sur tout le continent, dans le monde entier, des hommes et des femmes meurent qui pourraient, à la question de Créon, répondre: "Pour nous... pour les hommes !"


Voir les dessins et photos de la scénographie de Jean Barsacq ici descendre en milieu de page à Antigone

Voir aussi un très intéressant article de L'assocaition de la Régie Théâtrale qui décrit avec précision le contexte dans lequel Antigone a été créée en 1944.

06 mai 2012

Tragédie antique et représentation actuelle: quels choix de mise en scène ?

Dans le cadre de notre travail en Histoire des Arts, en lien avec la thématique Ruptures et Continuités, je vous propose une plongée dans le théâtre antique avant d'examiner quelques images de représentations théâtrales d'Antigone ( celle de Sophocle, d'Anouilh,  mais aussi de Cocteau ou de Brecht ) afin d'étudier les choix de mise en scène. Nous verrons si le choix d'un sujet ou d'une pièce antique influe ou pas sur la mise en scène, et notamment si la représentation garde des éléments antiques. Votre analyse reposera sur ces trois questions :

La mise en scène inclut-elle des éléments antiques ou modernes ?

A quoi cela se voit -il ?

Pourquoi ces choix ?

Cela posé, faisons quelques rappels de connaissances,  bien sûr en images, sur la naissance du théâtre et de la tragédie : vous devrez en faire une synthèse sur votre cahier. Certaines images sont trop grandes pour la place dont je dispose sur cette page web : ouvrez-les dans un nouvel onglet, elles s'afficheront en entier avec leur adresse d'origine.

En Occident, le théâtre naît en Grèce : son étymologie, theatron, τὸ θέατρον, insiste sur le regard. Theaomai θεάομαι θεῶμαι  signifie " je regarde ", theatron désigne la chose regardée puis le lieu  du spectacle. Les représentations, ou dithyrambe, font partie du culte de Dionysos, dieu du vin et de la fête, fils de Zeus et de la mortelle Sémélé. On lui sacrifie un bouc, tragos en grec ; la tragédie signifie étymologiquement " le chant du bouc " et place son origine sous les auspices religieux, entre 800 et 500 av. JC.

Le Dithyrambe était chanté et dansé ( pas de texte parlé)  par un choeur de citoyens qui évoluait sur un lieu rond de terre battue, l'Orchestra, au milieu duquel se tenait un flûtiste debout sur une pierre qui rythmait la mélodie et les  danses. C'est déjà du spectacle, pas tout à fait du théâtre  mais pas encore de la tragédie

 Puis vers 550 av J.-C., le tyran d'Athènes Pisistrate associe au choeur de citoyens des acteurs dirigés par Thespis : c'étaient des acteurs itinérants qui passaient de village en village pour représenter les héros grecs. C'est à Thespis que reviendrait l'idée de faire dialoguer un acteur avec le choeur. De purement lyrique et musical, le spectacle devient dramatique puisque les acteurs vont raconter une action par la parole.

Au début, il n'y a qu'un acteur, le choeur et le coryphée. Le dramaturge Eschyle ajoute un 2e acteur et Sophocle un 3e. Les acteurs sont exclusivement masculins, jouent masqués, vêtus de lourds vêtements très rembourrés, coiffés de très hautes perruques et chaussés de cothurnes pour symboliser la dignité et le gigantisme des dieux. Malgré tous ces accessoires qui peuvent paraître gênants, ces acteurs arrivent à se différencier par leur diction, l'expressivité de leur voix et leurs attitudes.

 Le théâtre se déroule pendant les fêtes des Dionysies. Des processions précèdent les représentations qui durent toute la journée : on joue à la suite 3 tragédies, un drame satyrique et une comédie. C'est un spectacle vivant et joyeux y compris dans les gradins : on apporte son pique-nique, on s'apostrophe, les lazzis fusent.

Nicolas Boileau résume toute cette évolution dans un extrait de son Art Poétique

La tragédie, informe et grossière en naissant,

N'était qu'un simple choeur où chacun en dansant,

Et du dieu des raisins entonnant les louanges,

S'efforçait d'attirer de fertiles vendanges.

 Là, le vin et la joie éveillant les esprits,

Du plus habile chantre un bouc était le prix.

Thespis fut le premier qui, barbouillé de lie,

Promena par les bourgs cette heureuse folie ;

Et, d'acteurs mal ornés chargeant un tombereau,

 Amusa les passants d'un spectacle nouveau.

Eschyle dans le choeur jeta les personnages,

D'un masque plus honnête habilla les visages,

Sur les ais d'un théâtre en public exhaussé,

Fit paraître l'acteur d'un brodequin chaussé.

 Sophocle enfin, donnant l'essor à son génie,

Accrut encor la pompe, augmenta l'harmonie,

Intéressa le choeur dans toute l'action,

Des vers trop raboteux polit l'expression,

Lui donna chez les Grecs cette hauteur divine

 Où jamais n'atteignit la faiblesse latine.

BOILEAU, Art poétique, chant III, 1674, v. 61 -80

 

Reste Euripide, le 3e grand tragédien grec : tous trois ont vécu, plus ou moins, au Ve siècle av. J.-C..

0rigine_theatre_grec.JPG

 théâtre, grec, epidaure

 

 

 

théâtre, epidaure, grec

 

Le théâtre grec d'Épidaure : en plein air, en pierres, construit sur une pente de  30 °, adossé à une colline, avec un hémicycle élargi de 240 °.

 

  théâtre

Les cothurnes sont des chaussures antiques montées sur une épaisse semelle de liège, qui permet aux acteurs d'obtenir une stature plus imposante. Si cette question des cothurnes vous intrigue, lisez l'excellent article de Daremberg et Saglio ici : http://www.mediterranees.net/civilisation/spectacles/thea...

 

Passons à présent aux photos des représentations d'Antigone que vous allez analyser: 

théâtre

Image 1 : Antigone , Jean Anouilh, adaptée en anglais par Lewis Galantière, Octobre 2000, Theater department, St Ambrose University

 

 

 

antigone1.jpg

image 2 : Antigone, Sophocle

2371129763.jpg

image 3 : Antigone, Anouilh

antigone-1944-prologue.jpg

Image 4 : Antigone, Anouih, création en 1944 (le Prologue), au moment où la France est sous occupation nazie 

théâtre

Image 5 : Antigone, Sophocle, représentée en 2005 par le Valdosta State University Theatre Department, directeur Jacque Wheeler.

 

 

creon-garde.jpgimage 6 : Créon et le Garde, Antigone, Sophocle, représentée par La sauce piquante au théâtre des Opprimés

11 octobre 2011

Atelier théâtre Des îles et des ailes : la reprise !

Bonjour tout le monde, 

notre atelier reprendra la semaine prochaine ; j'ai obtenu de M. Eloy que nous puissions décaler le jour afin de permettre au plus grand nombre de pouvoir y venir. Nous nous retrouverons donc lundi 17 Octobre au foyer, de 16 h 30 à 18 h00.

10:48 Écrit par Vega | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : théâtre |  Facebook | | |  Imprimer |

11 juin 2009

L'Avare, Molière : voir des interprétations

 

acte I : Père et fils parlent de mariage et de Mariane


Le monologue "Au voleur " par Louis de Funès, acte IV, scène  7. Il s'agit d'un film qui reprend le texte de Molière. L'espace n'est donc pas clos comme dans un théâtre, et l'on passe de l'intérieur à l'extérieur comme le montre cet extrait.


19:01 Écrit par Vega dans Français 4ème | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : molière, théâtre, vidéo |  Facebook | | |  Imprimer |